Évènements

13e jour du mois de Rajab, jour de la naissance de l’Imam Ali (p)

Cheikh Mohamad Kanso

Au nom de Dieu Le Clément Le Miséricordieux

Chers frères et sœurs, nous voilà à nouveau au 13e jour du mois de Rajab, jour de la naissance de l’Imam Ali, le commandeur des croyants, que le salut soit sur lui.

Au nom de Dieu Le Clément Le Miséricordieux

Dans cette occasion nous parlons de l’Imam Ali, ce personnage hors norme sur lequel beaucoup de personnalités ont fait des témoignages. Parmi eux il y a des universitaires, des écrivains, philosophes, poètes, politiciens et partisans de l’activisme ; également ces personnalités sont de religions différentes, d’origines diverses, ne suivent pas la même doctrine et ne parlent pas la même langue.

Et nous, lorsque nous parlons de l’imam Ali, nous parlons de l’homme aux multiples dimensions, de l’homme distingué de tous les côtés.

En effet l’Imam Ali est le premier à entrer dans l’islam ; il avait neuf ans lorsque le Prophète de l’Islam qui en avait 40, reçut le Message de Dieu. Le jeune ‘Ali le crut aussitôt sans avoir eu à pratiquer une quelconque autre religion ou croyance.

Le Prophète l’a pris sous son aile, dans sa maison, pris soin de lui, l’a éduqué et enseigné. Et l’Imam Ali a dit : « Je suivais le prophète comme le petit de la chamelle qui suit sa mère, il m’enseignait chaque jour de ses connaissances et de ses valeurs. »

 

De plus, en tant que premier élève et disciple du Prophète (Que les bénédictions et le Salut de Dieu soient sur lui), il eut le privilège d’apprendre auprès de son éducateur et après la révélation il a dit : « le Prophète (Que les bénédictions et le Salut de Dieu soient sur lui) m’a enseigné 1000 portes de connaissances qui ouvrent 1000 autres portes ».

On peut alors comprendre ce Grand Homme lorsqu’il dira plus tard à son peuple : « Demandez-moi avant que vous ne me perdiez. Il n’y a pas un seul verset qui soit descendu sans que je ne sache à quel moment et dans quel contexte il est descendu. »

Le Prophète (Que les bénédictions et le Salut de Dieu soient sur lui et sa famille) en personne confirma cela en disant dans un hadith célèbre : « Je suis la Cité de la Connaissance et ‘Ali en est la Porte ».

Et lorsque le prophète était combattu par les Quraychites, et durant les jours les plus sombres, les plus difficiles et les plus dangereux, l’Imam le défendait, alors qu’il était dans son plus jeune âge.

L’imam Ali (Paix sur lui) prouva plusieurs fois son courage intrépide en posant des actes très explicites notamment – lors des guerres, toutes défensives, auxquelles il a eu à participer, également lors de l’émigration forcée du Prophète (Que les bénédictions de Dieu soient sur lui et sa famille) vers Médine ; il accepta volontiers de prendre place et de dormir dans le lit du Messager de Dieu, sachant qu’il risquait d’y être tué.

 

Et si nous revenons au personnage de l’Imam Ali, après le Prophète, nous verrons qu’il était distingué dans toutes les vertus, dans sa foi sans faille ni tâche en Dieu, dans son dévouement sans limites au Prophète (Que les bénédictions de Dieu soient sur lui et sa famille), dans son savoir sans bornes, dans son très grand courage, dans ses immenses qualités de justice, de générosité, de bonté et de charité.

L’Imam Ali (Paix sur lui) était le successeur du Prophète Mohammad (Que les bénédictions de Dieu soient sur lui et sa famille), par le droit et le mérite. Plusieurs fois le Prophète montré, notamment lorsqu’il lui a dit : « Tu es pour moi comme Hârûn pour Mûsâ, sauf qu’il n’y a pas de prophète après moi. »

Aujourd’hui, chers frères et sœurs, nous célébrons la naissance de ce grand homme qui était un exemple de ferveur et d’amour pour son Créateur et qui a vécu toute sa vie pour Dieu ; nous nous souvenons de cet homme qui est née à la Sainte Kaaba et qui est tombé martyr dans la mosquée de Koufa ;

Chers frères et sœurs, nous devons prendre l’Imam Ali comme exemple pour nous-mêmes, pour nos enfants et pour notre génération ;

Nous devons apprendre à nos enfants le personnage de l’Imam Ali afin de pourvoir suivre son chemin en le prenant comme modèle ;

 

Nous devons chercher à connaitre et aller à la découverte de la science de l’Imam Ali, qui, nous a déjà laissé un livre extrêmement important à savoir « la voie de l’éloquence », un ouvrage plein de leçons de morale et de sagesse.

Nous ne devons pas nous contenter de la célébration du 13e jour du mois de Rajab, mais plutôt en faire un jour de retour à la source du savoir, de la connaissance et du renouvellement de la morale et de la sagesse ;

Dans ce siècle particulier, où nous avons besoin de modèle, justement l’imam Ali en est un, un modèle dans le courage,
dans les vertus, dans la foi et le dévouement, dans les qualités de justice, de générosité, de bonté et de charité.

Chers frères et sœurs, pour finir écoutons ce que certaines personnalités ont dit de l’Imam Ali :

Simon Ockley (1678-1720) professeur d’Arabe à l’Université de Cambridge.

« L’un des points caractéristiques méritant d’être notifié est que sa mère le mit au monde à la Mecque, dans la maison sacrée (la Kaaba) elle-même ; chose qui n’est arrivé pour nul autre personne que lui. »

[History of the Saracens, Londres, 1894, p. 331]

Washington Irving (1783-1859) Reconnu comme étant
le ‘premier homme de lettre américain’.

« Il était de la plus noble des branches de la très noble race Qoreich. Il possédait les trois qualités les plus prisées des Arabes : le courage, l’éloquence, et la générosité. Son esprit intrépide lui avait valu le surnom de Lion de Dieu de la part du Prophète. Les exemples de son éloquence demeurent dans certains versets et paroles conservés parmi les Arabes ; et sa générosité s’est manifestée à tous lors du partage, tous les vendredis, de ce qui restait du trésor public parmi les gens.
De sa magnanimité, nous avons apporté des exemples répétés ; il avait un dégoût certain pour tout ce qui était illégal et vil, et sa conduite était exempte de la moindre chose pouvant ressembler à une quelconque intrigue égoïste. »

[Lives of the Successors of Mahomet, Londres, 1850, p. 165]

« il fut l’un des derniers et des plus méritants, des premiers musulmans. Il imbiba sa relation amicale avec le Prophète, de son enthousiasme religieux et préserva jusqu’au bout l’exemple de sa simplicité. Il est estimé à titre honorifique comme étant le premier Calife qui apporta certaines protections aux Belles-Lettres.

Souvent il se laissait aller à ses humeurs de poète, et beaucoup de ses maximes et de ses proverbes ont été préservés, et ont été traduits dans différentes langues. Son sceau portait cette inscription : « le royaume appartient à Dieu ».

L’une de ses paroles démontre bien le peu d’importance qu’il donnait aux gloires transitoires de ce monde, « La vie est, mais telle l’ombre d’un nuage – le rêve d’un dormeur.»

[Lives of the Successors of Mahomet, Londres, 1850, p. 187-8]

Nous demandons au Seigneur à la miséricorde infinie de faire de nous les disciples et fils spirituels de l’Imam Ali ! Qu’IL fasse de nous des auxiliaires d’Ahloul Bayt qui vont contribuer à perpétuer ses enseignements ainsi que ses valeurs.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer