Citations

Ce que les non-musulmans disent de l’Imam Ali (as)

Au nom de Dieu clément et miséricordieux …

C’est ainsi qu’Allah énonce clairement pour vous Ses versets, peut-être raisonnerez-vous !  »

(Coran 2 :242)

L’Imam ‘Ali ibn Abi Talib était le successeur du Prophète Mohammad, (que la paix soit sur eux). Voici une sélection de courtes citations à son sujet, venant d’une grande variété de personnalités appartenant à d’autres croyances et comprenant des universitaires, des écrivains, des philosophes, des poètes, des politiciens, et des partisans de l’activisme.

Simon Ockley (1678-1720) professeur d’Arabe à l’Université de Cambridge.

 » L’un des points caractéristiques méritant d’être notifié est que sa mère le mit au monde à la Mecque, dans la maison sacrée (la Kaaba) elle-même; chose qui n’est arrivé pour nul autre personne que lui.  »

[History of the Saracens, Londres, 1894, p. 331]

Washington Irving (1783-1859) Reconnu comme étant le « premier homme de lettre américain ».

–  » Il était de la plus noble des branches de la très noble race Qoreich. Il possédait les trois qualités les plus prisées des Arabes : le courage, l’éloquence, et la générosité. Son esprit intrépide lui avait valu le surnom de Lion de Dieu de la part du Prophète. Les exemples de son éloquence demeurent dans certains versets et paroles conservés parmi les Arabes; et sa générosité s’est manifestée à tous lors du partage, tous les vendredis, de ce qui restait du trésor public parmi les gens.

De sa magnanimité, nous avons apporté des exemples répétés; il avait un dégoût certain pour tout ce qui était illégal et vil, et sa conduite était exempte de la moindre chose pouvant ressembler à une quelconque intrigue égoïste.  »

[Lives of the Successors of Mahomet, Londres, 1850, p. 165]

–  » Il fut l’un des derniers et des plus méritants, des premiers musulmans. Il imbiba sa relation amicale avec le Prophète, de son enthousiasme religieux et préserva jusqu’au bout l’exemple de sa simplicité. Il est estimé à titre honorifique comme étant le premier Calife qui apporta certaines protections aux Belles-Lettres.

Souvent il se laissait aller à ses humeurs de poète, et beaucoup de ses maximes et de ses proverbes ont été préservés, et ont été traduits dans différentes langues. Son sceau portait cette inscription :  » le royaume appartient à Dieu « . L’une des ses paroles démontre bien le peu d’importance qu’il donnait aux gloires transitoires de ce monde,  » La vie est, mais telle l’ombre d’un nuage – le rêve d’un dormeur.  »

[Lives of the Successors of Mahomet, Londres, 1850, p. 187-8]

Robert Durey Osborne (1835-1889) Commandant de l’état major du Bengale.

–  » Avec lui périt le plus véridique et le meilleur des musulmans de l’histoire mohammadienne que l’on ait pu garder en mémoire.  » [Islam Under the Arabs, 1876, p. 120]

Thomas Carlyle (1795-1881) Historien écossais, critique, et écrivain sociologue.

– « , quant au jeune ‘Ali, nul n’a été son pareil. Une créature à l’esprit noble, comme il l’a montré lui-même, maintenant et aussi par la suite; plein d’affection, d’une audace fougueuse. Il avait quelque chose de chevaleresque ; brave comme un lion; ayant pourtant une certaine grâce, tel un vrai et attachant, brave homme de la chevalerie chrétienne.  »

[On Heroes, Hero-Worship, And the Heroic in History, 1841, Lecture 2: The Hero as Prophet. Mahomet: Islam, May 8, 1840)]

Edward Gibbon (1737-1794) Considéré comme étant le plus grand historien britannique de notre temps.

–  » Le zèle et la vertu d »Ali n’ont jamais été devancés par aucun nouveau prosélyte.Il réunissait les qualités de poète, de soldat et de saint; sa pensée reste préservée dans un recueil de paroles morales et religieuses; et tous ses opposants, aussi bien dans les combats par l’épée ou la langue, étaient subjugués par son éloquence et ses qualités. Dès la première heure de sa mission jusqu’à la cérémonie de ses funérailles, le Messager n’a jamais été délaissé par l’ami généreux, qu’il se plaisait à nommer son frère, son successeur, et le fidèle Aaron pour un deuxième Moïse.  »

[The Decline and fall of the Roman Empire, London, 1911, volume 5, pp. 381-2]

Philip Khuri Hitti (1886-1978) professeur en Langues Sémitiques à L’université de Princeton

–  » Voyant durant la bataille, sage en conseil, éloquent en discours, fidèle envers ses amis, magnanime envers ses ennemis, il est devenu à la fois le modèle de la noblesse et de la charité musulmane (futuwah) et le Salomon de la tradition arabe, autour de son nom se sont rattachés d’innombrables poèmes, proverbes, récits et anecdotes.  »

[History of the Arabs, London, 1964, p. 183]

Sir William Muir (1819-1905) Erudit écossais et homme d’état. Tenant le poste de Secrétaire étranger dans le gouvernement indien, en tant que Lieutenant Gouverneur des Provinces du nord-est.

–  » Doué d’une intelligence sans faille, chaleureux en affection, et se fiant volontiers à des relations amicales, il était l’adolescent dévoué de cœur et d’esprit au Prophète. Simple, calme et non ambitieux; quand après quelques temps il obtint la direction de la moitié du monde musulman, il ne fit que pousser un soupir.  » [The Life of Mahomet, London, 1877, p. 250]

Dr. Henry Stubbe (1632-1676) Classiciste, polémiste, physicien, et philosophe.

–  » Il méprisait pour le monde d’ici-bas, sa gloire et ses fastes, il craignait infiniment Dieu, donnaient beaucoup d’aumônes, et était juste dans toutes ces actions, humble et affable; d’un jugement extrêmement rapide et d’une ingéniosité peu commune, il était extrêmement érudit, non dans les sciences aboutissant à des spéculations mais dans celles tendant à la pratique.  »

[An Account of the Rise and Progress of Mahometanism, 1705, p. 83]

Gerald de Gaury (1897 – 1984) Soldat distingué et diplomate.

–  » Il était très sage en tant que conseiller et brave au combat, fidèle envers ses amis et magnanime envers ses adversaires. Il est devenu pour toujours le modèle de la noblesse et de la charité musulmane.  »

[Rulers of Mecca, London, 1951, p. 49]

Wilferd Madelung professeur d’arabe à l’Université d’Oxford

–  » Face au stratagème des Umayyades prétendant légitimer la souveraineté en Islam en tant que représentants de Dieu sur terre, et en voyant la supercherie des Umayyades, un gouvernement arbitraire et divisé, une rétribution vindicative, ils en sont venus à apprécier son honnêteté, son inflexible dévotion pour que règne l’Islam, son extrême loyauté personnelle, son comportement égalitaire envers tous ses partisans, et sa générosité allant jusqu’à pardonner ses ennemis en défaite.  »

[The succession to Muhammad: a study of the early caliphate, Cambridge, 1997, pp. 309-310]

Charles Mills (1788 – 1826) Ecrivain- Historien célèbre de son temps.

–  » En tant que chef de la famille Hashem, cousin et fils adoptif que respectaient les Arabes,… Il est certes, étonnant qu’Ali n’ait pas été fait Calife immédiatement après la mort de Mohammad. A l’avantage de sa naissance et de son mariage; s’ajoutait aussi sa relation amicale avec le Prophète. Le fils d’Abu Talib était l’un des premiers convertis à l’Islam et Mohammad aimait à l’appeler le Aaron d’un second Moïse. Ses talents d’orateur et son intrépidité en tant que guerrier ont été reconnus par une nation entière, pour laquelle un jugement courageux est une vertu et l’éloquence une sagesse.  »

[An history of Muhammedanism, London, 1818, p. 89]

Source : http://alhassanain.org/french

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page