BlocPrincipes

Comment comprendre le mois de Ramadan ?

Cheikh Mohamad kanso

Au nom de Dieu Le Clément Le Miséricordieux

Dieu Le Très Haut nous dit dans Le Livre Sublime, Verset 183, sourate La vache  » Ô les croyants ! On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété, »

Tout d’abord, avant d’entrée dans le vif du sujet et dans les détails du verset, méditons un peu sur la manière dont Le Seigneur Tout Puissant s’adresse à ses serviteurs, lorsqu’IL leur prescrit quelque chose de difficile à supporter.

Prenons un exemple simple ! Lorsque quelqu’un veut demander à quelqu’un d’autre quelque chose de facile, il le fait avec aisance et quelque fois même sans y mettre les formes. Mais lorsque la demande contient quelques difficultés, dérangements ou de la fatigue, la manière de le dire est bien soignée, polie et douce afin de le mettre plus ou moins à l’aise.

Regardons comment Le Seigneur Tout Puissant s’adresse aux gens en leur chargeant de faire le jeûne, avec un discours solennel, un discours d’une grande délicatesse.

Ô les croyants, ne pensez pas que vous êtes les seuls à être chargés de jeûner ; d’autres peuples et communautés avant vous l’ont été.

En effet il ressort des textes de la Torah et de la Bible que le jeûne existait entre juifs et chrétiens et que d’autres nations jeûnaient dans leurs peines et leurs tragédies.

Ô les croyants, ne pensez pas trop à la difficulté car les peuples de Moussa et de Issa l’ont supporté avant vous.

Vous voyez ! Dieu est très Tendre et très Affectueux dans la manière d’adresser Son commandement à ses serviteurs.

Dans ce verset,  nous voulons surtout parler des fruits et de ce qui découle du jeûne car nous savons tous que Dieu ne recommande rien de manière fortuite, surtout en ce qui concerne les adorations ; il y a toujours une raison, un objectif, un sens et une philosophie. Pour preuve, à la fin du verset, IL a dit «ainsi atteindrez-vous la piété»

C’est dire qu’à travers le jeûne, il y a une forte probabilité d’atteindre la piété, mais il y a malheureusement des gens qui n’atteignent pas ce but. Ce sont ceux qui ne comprennent pas le sens du jeûne et ne savent pas pourquoi ils le font ; ils jeûnent soit pour faire un régime, soit pour des raisons de santé.

Bien que la santé en soit un élément car le jeûne nettoie le corps des impuretés et autres problèmes que nous ignorons dans la plupart des cas, il y a de la discipline et de l’éducation ; la foi, la piété et la dévotion sont les plus recherchés.

Chers frères et sœurs, lorsque le jeûne est accompli comme il se doit, nous conduit à un niveau très élevé, un niveau qui nous différencie de manière frappante de celui des animaux. En effet lorsque l’être humain ne vit que pour assouvir les passions, manger, boire et dormir, alors rien ne le différencie des animaux.

Dieu Tout Puissant veut nous mettre en relation avec notre âme plus qu’avec notre corps afin de nous donner plus de valeur durant ce mois béni et faire de nous des êtres meilleurs en aiguisant notre volonté et notre détermination à vouloir devenir patients et être prêts à affronter les épreuves et les difficultés.

En effet un être humain qui vit à côté de la nourriture et des boissons est semblable à un arbre qui vit au bord d’une rivière pleine d’eau ; il supporte difficilement la faim ou la soif une fois qu’il ne les voit plus comme l’arbre qui fane une fois privé d’eau.

Contrairement aux arbres qui poussent entre les rochers et les déserts et qui sont exposés dès le début de leur germination aux vents forts, à la chaleur du soleil brûlant, au froid glacial de l’air et toujours à plusieurs types de défis, ils sont plus résistants aux difficultés. C’est ainsi l’effet du jeûne sur l’être humain.

Ces restrictions temporaires lui confèrent le pouvoir, la volonté et la détermination de la lutte contre lui-même ; il se donne lumière et sérénité après avoir contrôlé ses instincts et passions.

En résumé, le jeûne transporte l’homme du monde des animaux au monde des anges, en le débarrassant des tares de la langue, de l’œil, des oreilles, des mains, etc.

Le prophète (pslf) nous informe sur les choses requises durant le mois de Ramadan et dans lesquelles il y a une éducation de l’égo, une éducation des sens, un rapprochement vers Dieu à travers la prière et les invocations, bref un véritable programme visant à un nettoyage de l’âme et des rouilles qui couvrent le cœur, un retour vers la direction qui nous mène sur la voie du Seigneur Tout Puissant.

Chers frères et sœurs, le jeûne a un impact social et constitue une leçon d’égalité entre les membres de la société ; les riches ressentent la faim et la soif, en d’autres termes la souffrance des pauvres.

Le jeûne sensibilise les riches à la souffrance et à la situation des pauvres de façon pratique, particulièrement ceux qui craignent Dieu, pour qu’ils les comprennent mieux afin de leur venir en aide de façon naturelle et spontanée. Et par là, le jeûne donne un sens à cette question sociale très importante.

Le jeûne est un message qui dit aux riches qu’ils devraient avoir de la compassion pour les pauvres et les personnes âgées, un message qui leur demande d’avoir une pensée pour ceux qui ont faim, pour les malades qui n’ont pas la possibilité de se soigner, aux petits et aux orphelins, et ainsi d’être affectueux et miséricordieux envers eux.

Chers frères et sœurs, le monde d’aujourd’hui est plein de pauvres et de nécessiteux, d’affamés, d’orphelins et de victimes de guerre qui fuient tous les jours ou qui vivent dans des tentes parfois sans eau ni électricité et d’autres encore dans des camps humanitaires, et le mois de Ramadan est une grande occasion pour changer notre position et porter une grande attention à ceux-là.

Bien entendu ceci est valable même en dehors de ce mois béni, mais ce mois encourage d’avantage les gens à faire plus d’efforts. Nous devons alors ouvrir un énorme chantier pour eux dans ce mois béni de Ramadan et donner la main à tous les gens qui sont dans une de ces situations inconfortables que nous venons de décrire et qui sont proches de nous. Ceci est la vraie compréhension du jeûne.

Quant à jeûner pour jeûner ou pour faire un régime ou simplement changer les heures des repas et penser qu’on aura des récompenses et que cela nous fera rentrer au paradis, est une compréhension erronée du jeûne.

Chers frères et sœurs, le mois de Ramadan est une belle occasion  comme l’a si bien décrit notre prophète bien-aimé (pslf), dans l’extrait suivant, d’un de ses discours :

« O gens ! Le mois de Dieu est venu en vous apportant la bénédiction, la miséricorde et le pardon ; C’est un mois qui est le meilleur des mois pour Dieu ; ses jours sont les meilleurs des jours, ses nuits sont les meilleures des nuits, ses heures sont les meilleures heures ;

C’est un mois pendant lequel vous êtes appelés à être les convives de Dieu, et honorés par LUI ;

Alors comment devons-nous nous comporter face à un tel honneur ?

Dans ce même discours, c’était à la fin du mois de cha’aban, et le prophète bien-aimé (pslf) accueillait le mois de Ramadan, l’Imam Ali(p) s’est levé et lui a dit :  » O Messager de Dieu ! Quelle est la meilleure des actions pendant ce mois? »

Le Prophète (pslf) a répondu :

« O Abal Hassan ! La meilleure des actions dans ce mois, c’est de s’abstenir de tout ce que Dieu a interdit ».

Chers jeunes frères et sœurs, le mois de Ramadan est une entrée, une entrée largement ouverte, une entrée libre de toute bousculade pour revenir sur le chemin de Dieu.

Chers jeunes méditons sur la réponse du prophète (pslf) à la question de l’Imam Ali (p).

Chers croyants, n’oublions pas dans ce mois béni, Le Livre de Dieu car dans le discours, le prophète bien-aimé (pslf) a dit :

« Celui qui y récite un verset coranique, aura la récompense de celui qui aurait parachevé la lecture de tout le Coran pendant les autres mois. »

Ne laissons pas Le Livre Sublime rangé dans les bibliothèques des salons et essuyons-le de la poussière et lisons-le avec douceur et lenteur ! Comprenons le sens des versets et des sourates que nous lisons ! Appliquons ce que nous avons compris dans notre quotidien.

Lire rapidement tout le Livre n’est pas le plus important, non plus faire de la poésie n’est pas le plus important, mais plutôt lire et comprendre, comprendre et appliquer, appliquer et changer notre vie.

Lire un seul verset, le comprendre et l’appliquer dans notre quotidien est infiniment meilleur que lire Tout le Coran sans en comprendre le message.

 

Le Coran est descendu dans le mois de Ramadan comme l’a si bien dit le verset 185 de la sourate la vache :

« (Ces jours sont) le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. »

Chers croyants, n’oublions pas la mosquée ainsi que les faveurs et bienfaits de la prière en assemblée et les invocations de groupes dans les lieux islamiques car le mois de Ramadan est celui dans lequel il faut fraterniser avec les gens, sans oublier la nuit du destin. Il n’y a pas une occasion favorable meilleure que celle-ci, ni meilleur mois que celui-ci, donc ne restons pas dans les maisons.

Que Dieu Tout Puissant nous mette en harmonie avec le jeûne et la prière et nous mette dans les meilleures conditions de leur accomplissement ; Qu’IL nous gratifie d’une bonne santé, de la détermination, de la volonté et nous mette avec ceux qui lisent le Coran et l’invoquent, parmi ceux qui aident les pauvres et assistent les orphelins, parmi ceux qui sont miséricordieux envers les besogneux.

Was salamou aleikoum wa rahmatoul Lahi wa barakatouh.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer