Principes

Discours vendredi.. Cheikh Mohamad Kanso.. 05/ 10 / 2018.

Discours vendredi..
Cheikh Mohamad Kanso..
05/ 10 / 2018.

Que la paix et les bénédictions soient sur le plus noble des prophètes Mohammad, sa famille, et ses pieux compagnons.Serviteurs de Dieu, je vous recommande ainsi qu’à moi-même de faire preuve de piété à l’égard de Dieu Tout Puissant.
Imam Ar Rida (p), nous rapporte : « Le croyant doit observer trois sortes de conduite :
la conduite de son Dieu, celle de Son prophète et celle de son imam.
• La conduite de son Dieu est qu’il faut garder ses secrets. Ainsi Dieu dit : « … qui connait ses secrets ne le dit à personne sauf aux prophètes qu’IL choisit. »
• La conduite de son prophète est qu’il faut traiter le peuple avec indulgence. Ainsi Dieu dit : « excuse les fautes d’autrui, ordonne aux autres d’accomplir de bonnes actions et évite les ignorants »
• La conduite de son imam est qu’il faut être patient face à la pauvreté et aux maladies. Ainsi Dieu dit : «ceux qui sont patients face à la pauvreté, aux maladies et sur le champ de bataille font partie des véridiques. »

Qu’est-ce qu’il faut comprendre dans ce Hadith, chers frères et sœurs ?
Le croyant, pour qu’il soit réellement croyant, doit avoir trois qualités :
La première est la discrétion. Le croyant doit vraiment savoir garder ses secrets et ceci est une aptitude qu’il doit avoir.Bien sûr cela ne veut pas dire que nous ne devons pas avoir confiance aux gens, mais c’est parce que tout simplement tout n’est pas à dire à n’importe qui.
Quelque fois garder un secret est une protection de soi car le divulguer peut constituer un danger et le dire à certains peut causer des problèmes, surtout à ceux qui ne peuvent pas retenir leur langue.

Chers frères et sœurs, dans ce siècle particulier où nous vivons, beaucoup de gens ne cherchent qu’à vouloir nuire, en divulguant les secrets des autres, en racontant partout ce que vivent ou ont fait les autres, pour créer des problèmes ou pour les écraser ou leur mettre les bâtons dans les roues.
C’est pour cela que le prophète (pslf) nous demande de prendre cette qualité parmi les attributs du Seigneur Tout Puissant Qui connait tout mais ne le divulgue pas aux gens.
Beaucoup de gens, à qui nous faisons confiance ou que nous traitons comme un frère, ou envers qui nous avons un bon comportement, quelque fois, ne nous montrent pas ce qu’ils ont réellement dans le cœur.

La deuxième qualité est une parmi celles du prophète qui nous invite à traiter les gens avec indulgence, d’excuser, de pardonner et d’ordonner l’accomplissement de bonnes actions et surtout d’éviter les ignorants.Ce comportement est à adopter, surtout dans la vie actuelle où tout le monde n’a pas la même mentalité, ou le même degré de compréhension des choses de la vie, de la religion, des mœurs et autres ; C’est pourquoi parmi les hommes nous trouvons des sages et des idiots, des intelligents et des étourdis, des croyants et des non-croyants, des gens respectueux et des gens irrespectueux, des gens disciplinés et des gens indisciplinés.
Ceci est une vérité qui s’impose à l’esprit de façon indiscutable et nous trouvons parmi les gens, différentes réactions et différents comportements.Voilà d’excellentes raisons qui font que nous devons apprendre de notre prophète bien-aimé à être indulgent et pardonneur ; nous devons apprendre de lui, à ordonner la bonne action ; nous devons apprendre de lui, à éviter les ignorants sans les blesser.

Chers frères et sœurs, comprenons notre entourage, et agissons intelligemment avec les gens.

La troisième qualité est celle que nous prenons de nos imams !Tout le monde sait que les imams ont toujours vécu dans la patience, et tout le monde leur reconnait cette réputation de patients, dans toutes les épreuves et situations, qu’ils soient opprimés ou privés de leur droit.

Chers frères et sœurs, la patience est la clé de la sagesse ;la patience dans la pauvreté comme dans la maladie.En effet la maladie et la pauvreté sont difficilement supportables.
Lorsqu’il est demandé à l’homme de s’armer de patience, c’est généralement dans des situations difficiles, inconfortables, pénibles ou insupportables et quelque fois à l’extrême.L’homme rencontre parfois des situations qui peuvent le pousser à la mécréance si sa foi n’est pas solide et si la patience n’est pas son fort.
C’est pour cela que lorsqu’un malheur nous frappe nous disons : « Certes nous sommes à Dieu, et c’est à Lui que nous retournerons ».
Nous le disons lorsque nous perdons un enfant ou lorsque nous perdons notre fortune ; Nous le disons lorsque nous perdons quelqu’un ou quelque chose qui nous est chère ;Ces mots doivent constituer une règle que nous devons appliquer et pratiquer dans notre quotidien, et non une phrase ou une citation que nous disons ou prononçons simplement !
Que Le Seigneur Tout Puissant nous gratifie de sa bonté infinie, des qualités de Son bien-aimé prophète et celles des imams choisis.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer