BlocSaint CoranVidéos

Interprétation de la sourate Il s’est renfrogné ( Abassa), versets 1 à 23

Cheikh Mohamad Kanso

Par le Nom de Dieu Le Tout-Miséricordieux Le Très-Miséricordieux.

Chers frères et sœurs, nous commençons aujourd’hui l’interprétation de la sourate ‘Il s’est renfrogné’. C’est une sourate mecquoise et comporte 42 versets.

Avant de commencer le commentaire des versets, voyons ensemble les circonstances de la révélation de cette sourate et sur qui elle a été révélée.

Nous avons deux versions qui sont les suivantes :

Il nous a été rapporté qu’il y avait un aveugle du nom de Abdoul Lahi Ibn Oummy Maktoum qui, avait l’habitude de rendre visite au prophète, s’asseyait avec lui et le questionnait sur la religion.

Un jour, il est venu voir le prophète (Que les bénédictions de Dieu soient sur lui et sa famille), alors que ce dernier était assis avec un groupe des notables Quraychites et les exhorter à embrasser l’Islam, parmi eux ‘Outba Ibn Rabia, Abu Jahl Ibn Hisham, Al-Abbas Ibn Abdul Muttalib, Abu Umayya Ibn Khalaf.

En effet le Prophète (Que les bénédictions de Dieu soient sur lui et sa famille) était très désireux de les voir entrer dans l’islam ; ce qui aurait pu non seulement lui donner de la force, mais aussi aurait fait entrer dans l’islam leurs partisans et enfin aurait pu arrêter leur hostilité à l’islam.

Le prophète (Que les bénédictions de Dieu soient sur lui et sa famille) était en pleine discussion, essayant de convaincre ce groupe de se convertir et de trouver le chemin du salut, et au même moment, entra Abdoul Lahi Ibn Oummy Maktoum et coupait la parole au prophète en disant « Ô messager de Dieu, lisez-moi et apprenez-moi ce que Dieu vous a enseigné ! » alors il l’a appelé et répété l’appel et ne pouvait pas voir que le prophète était occupé avec d’autres, jusqu’à le contrarier et le Messager de Dieu se renfrogna parce qu’il lui a coupé la parole au moment où il faisait la propagande pour l’islam, et c’est ainsi que le verset a été révélé.

La deuxième version nous a été raconté par l’Imam al-Sadiq (Paix sur lui) qui dit que le prophète (Que les bénédictions de Dieu soient sur lui et sa famille) était assis avec un groupe de la tribu des Quraychites et leur parlait, et parmi eux, un autre homme de la tribu des Omeyyades ; et lorsque Abdullah Ibn Ummy Maktoum est entré, cet homme le dédaigna, se renfrogna et tourna le dos.

Comme disent les commentateurs, il n’y a pas d’indication précise, ni de verset précis qui permet d’affirmer à 100% que ce verset est révélé sur le Prophète. Mais certains savants, selon leur lecture du Coran, pensent que c’est le cas. Aussi, le grand chercheur en islam du nom de Sharif al-Murtada, a approuvé le deuxième avis.

Même si la première version s’avérait vrai, cela n’affecte en aucun cas la morale du Prophète, et non plus cela ne veut en aucun cas dire que le Messager de Dieu a fait une action qui est en contradiction avec sa position d’Envoyé de Dieu, au contraire c’est tout à fait naturel en tant qu’être humain.

Dans tous les cas la sourate commence par la parole de Dieu Le Très Haut qui dit :

عَبَسَ وَتَوَلَّىٰٓ (1)

« [Un homme] s’est renfrogné et il a tourné le dos » (1)

Pourquoi s’est-il renfrogné, et a prit un air sévère et se détourna

أَن جَآءَهُ ٱلْأَعْمَىٰ (2)

« Sous prétexte que l’aveugle se présenta à lui. » (2)

Lorsque l’aveugle vint à lui alors qu’il était en pleine discussion

وَمَا يُدْرِيكَ لَعَلَّهُۥ يَزَّكَّىٰٓ (3)

« [Mais] que sais-tu ? il se peut que celui-ci se purifie [son âme], » (3)

Qui te dit ? Peut-être, il vient à toi en quête de foi, de piété et de purification !

أَوْ يَذَّكَّرُ فَتَنفَعَهُ ٱلذِّكْرَىٰٓ (4)

« Ou se rappelle et que le rappel lui soit profitable » (4)

Ou s’il n’atteint pas cet objectif, au moins ce sera un rappel pour lui qui lui fera gagner de la connaissance et tirera profit du Rappel. Alors celui-là mérite de l’attention et de la bienveillance.

أَمَّا مَنِ ٱسْتَغْنَىٰ (5)

« Or, quiconque se complaît dans l’opulence [illicite] » (5)

Quant à celui qui ne manifeste pas ce besoin, qui croit se suffire à lui-même et qui se complaît dans sa suffisance pour sa richesse

فَأَنتَ لَهُۥ تَصَدَّىٰ (6)

« tu l’accueilles avec empressement. » (6)

tu vas à la rencontre de cette personne vaniteuse, hautaine et gonflée d’orgueil, cette personne qui ne cherche pas la guidance, et tu l’écoutes et fais attention à lui,

وَمَا عَلَيْكَ أَلَّا يَزَّكَّىٰ (7)

« Tandis que ne t’incombe [aucune responsabilité] s’il ne se purifie pas. » (7)

Rien ne t’incombe s’il se purifie ou non !!  alors ne t’attriste pas et ne te désole pas, s’il ne prend pas le chemin de la guidance, de la piété et à la purification, tu n’es pas responsable.

وَأَمَّا مَن جَآءَكَ يَسْعَىٰ (8)

« Mais celui qui est venu à toi avec zèle [pour s’instruire] » (8)

Quant à celui qui est venu à toi avec empressement pour s’instruire, ce pauvre aveugle qui vient vers toi pour augmenter sa piété et se purifier

وَهُوَ يَخْشَىٰ (9)

« Et qui craint [révérencieusement Dieu] » (9)

tout en ayant la crainte et le respect de son Seigneur et Créateur contrairement au premier

فَأَنتَ عَنْهُ تَلَهَّىٰ (10)

« tu t’en soucies peu. » (10)

Et comme reproche, Dieu lui dit : tu ne t’en soucies pas et tu ne lui donne pas toute la considération requise et tu t’occupes des autres, pourtant c’est lui le meilleur des autres.

كَلَّآ إِنَّهَا تَذْكِرَةٌۭ (11)

« Mais non c’est un rappel (le Coran), » (11)

Vraiment ceci est un rappel !
Certaines exégèses disent ici, cela veut dire que le Coran et ses versets constituent un rappel et un conseil pour le serviteur et l’exclave qui croit et qui a un cœur pur. Cela montre l’importance du Coran pour le serviteur et comment il peut rapprocher l’exclave de son Seigneur Tout Puissant.

D’autres disent que c’est une affirmation, pour répondre aux associateurs et idolâtres que le Coran n’est pas ce qu’ils disent, mais un rappel contre toutes les choses auxquelles ils pensent !

D’autres encore disent que ceci est un rappel de ce qu’il faut faire en direction de celui qui vient chercher la purification et de ce qu’il ne faut pas faire avec ceux qui ne cherchent pas la purification.

فَمَن شَآءَ ذَكَرَهُۥ (12)

« Quiconque veut [le Coran, qu’il] y prenne conseil ! » (12)

Le coran étant un livre de rappel pour celui qui veut se rappeler, celui qui veut le suivre et qui veut œuvrer comme il est recommandé dans ses versets ; quant à celui qui ne veut pas, il est libre de ne pas le considérer ainsi.

فِى صُحُفٍۢ مُّكَرَّمَةٍۢ (13)

« [Coran qui est consigné] dans des livres honorés, » (13)

Ce Coran dont ses versets sont inscrits sur des feuilles ou tableaux ou tablettes honorés et respectueux et dont l’estime et la valeur sont considérables chez Le Seigneur Tout Puissant.

Le verset indique que le Coran a été écrit sur des tablettes préservées avant d’être révélé au Saint Prophète (PSL).

مَّرْفُوعَةٍۢ مُّطَهَّرَةٍۭ (14)

« exaltés, purifiés, » (14)

Ce Coran parole de Dieu élevé au septième ciel disent certains commentateurs ; d’autres disent qu’il est exempt de toute souillure et de toute impureté, de toute profanation, de toute falsification et de toutes déformation de ses versets. Il est gardé et bien conservé par Le Tout Puissant et Sage.

Ce Coran pur et qui échappe à toute fausseté ou manque de franchise, à l’hypocrisie ou aux mensonge, à l’invention ou à l’imagination ; ce Coran dont tout est vérité et tout est pureté.

بِأَيْدِى سَفَرَةٍ (15)

« Entre les mains des messagers » (15)

Ce Coran avec ses nobles caractéristiques dont son contenu était écrit et gardé au ciel avant d’être révélé au prophète pour l’humanité toute entière est entre les mains d’ambassadeurs.

« safara » est le pluriel de « safire » qui signifie ambassadeur.

Donc « safara » sont les anges qui s’occupent des questions de révélation et qui transmettent les messages et communiquent aux messagers ce qu’ils ont reçu de la part de Leur Seigneur.

كِرَامٍۭ بَرَرَةٍ (16)

« nobles, pieux bienfaiteurs. » (16)

Ces anges nobles, obéissants et dont leur bien est large et leur bénédiction englobe tous les autres.

قُتِلَ ٱلْإِنسَـٰنُ مَآ أَكْفَرَهُۥ (17)

« Périsse l’homme [malhonnête et corrupteur] ! Comme il est impie (idolâtre, ingrat, criminel) ! » (17)

Cela est une métaphore de la colère intense de Dieu Le Plus Grand et Le Tout Puissant.

Cela évoque une idée concrète dans un sens abstrait du blâme et de la réprimande de ces idolâtres, ingrats et criminels,

Oh combien leur incroyance, leur incrédulité et leur impiété sont intenses et combien leur ingratitude est d’un degré élevé.

La vérité est devant eux, mais ils refusent de l’admettre

مِنْ أَىِّ شَىْءٍ خَلَقَهُۥ (18)

« [Oublie-t-il] de quoi [Dieu] l’a-t-Il créé ? » (18)

L’homme orgueilleux et hautain, ne se rappelle-t-il pas, ne sais-t-il pas, de quoi il a été créé !

مِن نُّطْفَةٍ خَلَقَهُۥ فَقَدَّرَهُۥ (19)

« D’une goutte de sperme, Il l’a créé, l’a mesuré et harmonisé » (19)

Il l’a créé à partir d’un sperme, mais ne l’a pas laissé comme une chose ordinaire, au contraire Il a fait de lui une créature bien façonnée et bien équilibrée. Chaque membre de son corps est bien à sa place et fonctionne de la meilleure façon. Le cerveau qui est le centre de la réflexion, de l’apprentissage et de l’invention fonctionne à merveille. Bref Il est créé prêt à apprécier toutes les choses et toutes les étapes de la vie que Son créateur lui accorde comme faveur.

ثُمَّ ٱلسَّبِيلَ يَسَّرَهُۥ (20)

« Et Il lui a facilité le chemin, » (20)

Il lui a facilité l’intégration et l’adaptation alors qu’il était fœtus dans le ventre de sa mère, ensuite il lui a facilité le chemin, dès que l’heure de naissance est arrivée, pour qu’il sorte de la vie de ce monde sombre.

D’autres savants disent que Dieu lui a facilité le chemin de la religion, et lui a montré de façon claire le droit chemin et le mauvais chemin et lui a donné la capacité de reconnaitre et de choisir dans la liberté.

ثُمَّ أَمَاتَهُۥ فَأَقْبَرَهُۥ (21)

« Il lui donne la mort et l’enterre, » (21)

Le verset indique la manière inévitable par laquelle les dernières pages de la vie dans le monde sont fermées : la mort et l’enterrement. Et Dieu Tout puissant a préparé la terre pour qu’elle soit une tombe pour l’homme et sa dernière demeure.

Dieu nous a confier la responsabilité d’enterrer nos morts et cela est une décision légale et un ordre divin.

L’enterrement de l’humain est un processus (laver, envelopper et prier) qui nous montre qu’une personne doit être pure et respectueuse dans sa mort ; cela est un soin, une bonté et un honneur de la part du Seigneur Tout Puissant, pour l’homme.

ثُمَّ إِذَا شَآءَ أَنشَرَهُۥ (22)

« Et le ressuscitera quand Il voudra. » (22)

Dieu ramènera l’homme de la mort à la vie, le jour et le moment qu’Il voudra, l’heure qui lui plaira, pour lui régler ses comptes, dans un environnement plus large et plus élevé, c’est-à-dire le jour du jugement.

كَلَّا لَمَّا يَقْضِ مَآ أَمَرَهُۥ (23)

« Mais non, il n’a pas réalisé ce que [Dieu] lui a ordonné. » (23)

Malgré toutes les faveurs et les bénédictions, que Dieu a accordé à l’homme, celui-ci n’a réellement pas fait ce qu’il devrait, à sa juste valeur, vis-à-vis de Son Créateur et qui le lui a ordonné. Il n’a pas rempli ses devoirs et obligations, à un degré de vraie servitude et d’obéissance complète que mérite la majesté, la grandeur et la bonté du Seigneur Tout Puissant.

Chers frères et sœurs, ainsi se termine la première partie de la sourate ‘Il s’est renfrogné’ et rendez-vous est donnée pour la suite, dans la prochaine séance, avec la permission de Dieu Le Très Haut.

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page