BlocSaint CoranVidéos

Interprétation de la sourate Les anges qui arrachent les âmes, versets 01 à 26

Cheikh Mohamad Kanso

Au nom de Dieu Le Miséricordieux Le Très Miséricordieux.

Chers frères et sœurs, aujourd’hui nous commençons l’interprétation de la sourate ‘Les anges qui arrachent les âmes’ qui est parmi les sourates mecquoises, autrement dit, révélées à la Mecque. Elle comporte 46 versets et commence par la parole de Dieu Le Très Haut qui dit :

وَٱلنَّٰزِعَٰتِ غَرْقًا (1) وَٱلنَّٰشِطَٰتِ نَشْطًا (2) وَٱلسَّٰبِحَٰتِ سَبْحًا (3) فَٱلسَّٰبِقَٰتِ سَبْقًا (4) فَٱلْمُدَبِّرَٰتِ أَمْرًا (5)

Avant de rappeler le sens et donner l’interprétation de ces premiers versets, comprenons un peu le sens des mots, dans la langue.

وَٱلنَّٰزِعَٰتِ غَرْقًا (1)

Par ceux qui arrachent violemment, (1)

« An-nâzi’att » vient du verbe « naza’a » qui signifie enlever ou détacher ou extraire ou arracher quelque chose d’un lieu déterminé où elle s’est fixée. Nous pouvons dire par exemple extraire l’eau du puit ou enlever le tableau du mur ou encore enlever la rancune du cœur.

« Gharqâ » vient du verbe « Ghariqa » qui signifie couler ou noyer ou chavirer.
«  Ghariqa  » signifie aussi s’emparer de quelque chose totalement avec toutes ses forces.

 

وَٱلنَّٰشِطَٰتِ نَشْطًا (2)

Et par ceux qui recueillent avec douceur (2)

« An-nâchitât » qui s’active, se déplace ou entre en mouvement facilement.

وَٱلسَّٰبِحَٰتِ سَبْحًا (3)

Et par ceux qui voguent librement (3)

« As-sâbihât » est tiré du verbe « sabaha » qui veut dire se mouvoir dans l’eau ou dans l’air par des mouvements appropriés et rapides.

فَٱلسَّٰبِقَٰتِ سَبْقًا (4)

puis s’élancent à toute vitesse (4)

« As-sâbiqât » est tiré du verbe « sabaqa » qui veut dire précéder ou devancer dans la marche ou dans le mouvement.

فَٱلْمُدَبِّرَٰتِ أَمْرًا (5)

et règlent les affaires ! (5)

« Al-moudabbirât » : qui réfléchissent ou élaborent ou organisent ou planifient systématiquement, est tiré du verbe « dabbara ». On dit aussi de « dabbara » méditer sur les conséquences, les résultats ou l’aboutissement des choses. On dit aussi de « dabbara » travailler dans les meilleures conditions et dans le meilleur usage possible des moyens.

Alors ! Quels sens peuvent prendre ces versets ?

Il y a plusieurs points de vue.

Certains commentateurs disent que Dieu jure par les anges qui arrachent les âmes des fils d’Adam.

Dieu jure par les anges qui arrachent les âmes des infidèles et des criminels, avec force et sévérité, afin de les séparer de leurs corps. Cela concerne également les anges chargés de détacher, avec douceur et confort, les âmes des croyants et de terminer rapidement.

En définitive, Dieu parle des anges qui arrachent les âmes des fils d’Adam et qu’il y aura ceux dont les âmes seront recueillies d’une façon très aisée sans subir aucun tourment, d’autres qui éprouveront de la peine en rendant l’âme dans leur agonie et qui leur sera arrachée d’une manière très brutale.

D’autres commentateurs disent que le serment est fait sur les anges dont le Tout-Puissant commande les affaires du monde.

D’autres encore disent que Dieu jure sur les croyants qui œuvrent et combattent pour l’amour de Dieu avec une grande détermination, de manière active et tout à fait autonome.

Ensuite, les anges se précipitent dans l’exécution des ordres divins, comme dans une compétition où chacun veut montrer le meilleur de soi.

Bien sûr tout cela constitut des points de vue des savants que nous respectons et acceptons, tout en ayant un penchant pour le premier avis.

يَوْمَ تَرْجُفُ ٱلرَّاجِفَةُ (6)

Le jour où la terre tremblera au premier son du clairon (6)

« Ar-râjifa » tiré du verbe « rajafa »qui veut dire « être saisi d’un frémissement causé par un sentiment ».

Ici Dieu veut nous dire l’état de turbulence et de tremblement dans lequel va se trouver la terre, ainsi que la tourmente parmi les gens. C’est pour dire que parmi les signes du jour de la résurrection, la terre va frémir et trembler comme le ferait celui qui a froid.

La plupart des savants commentateurs disent que « Ar-râjifa » c’est le cri du premier souffle du clairon, un terrible cri qui va annoncer la mort de toutes les créatures y compris les anges.

تَتْبَعُهَا ٱلرَّادِفَةُ (7)

immédiatement suivi du deuxième. (7)

« Ar-râdifa » tiré du verbe « radifa »qui veut dire « qui vient après celui ou ce qui précède »

Si « Ar-râjifa » est le cri du premier souffle du clairon qui provoque le tremblement de la terre, son frémissement, son effondrement et la mort et l’anéantissement de tout ce qui existe, alors c’est quoi « Ar-râdifa » ?

La plupart des savants commentateurs disent que « Ar-râdifa » c’est le cri du deuxième souffle du clairon qui va redonner vie à toutes les créatures pour que le jour de la résurrection commence.

Voilà des signes et des événements annonciateurs du Jour de la Résurrection.

قُلُوبٌ يَوْمَئِذٍ وَاجِفَةٌ (8)

Ce jour-là, il y aura des cœurs qui seront agités d’effroi, (8)

«  Wajf »  dans le sens de la rapidité de la marche, comme pour dire que les cœurs se mettront à battre de façon accélérée, à cause de cette grande peur qui envahit les créatures.

أَبْصَٰرُهَا خَٰشِعَةٌ (9)

et leurs regards se baisseront. (9)

«  Al-khouchou’e »  dans le sens de la peur. En général lorsque l’être humain a peur, dans l’attente d’une sanction, cela se voit dans ses yeux.

Le tremblement interne sera si grave qu’il apparaîtra sur le visage de tous les coupables, ainsi apparaissent à leurs yeux la tourmente et la peur.

Dans le verset suivant, le Coran passe de la nouvelle du Jour de la Résurrection aux paroles des infidèles lorsqu’ils étaient dans la vie mondaine !!

يَقُولُونَ أَءِنَّا لَمَرْدُودُونَ فِى ٱلْحَافِرَةِ (10)

Ils disent : «Quoi ! Serons-nous ramenés à notre vie première (10)

Dans la vie mondaine, les infidèles ne croyaient pas à ce retour à la vie, après la mort, et se demandaient s’ils allaient vraiment revenir à la vie.

أَءِذَا كُنَّا عِظَٰمًا نَّخِرَةً (11)

quand nous serons ossements pourris ? (11)

Cela leur semblait inacceptable de revenir à la vie après que leurs corps aient été réduits en poussière.

قَالُوا۟ تِلْكَ إِذًا كَرَّةٌ خَاسِرَةٌ (12)

Ils disent : «ce sera alors un retour ruineux !» (12)

Après s’être demandés s’il était possible qu’ils soient ramenés à la vie une fois réduits en os pourris, ils ne tarderont pas à dire : « un pareil retour est vraiment démoralisant ; ce serait vraiment un retour désastreux !! ».

Sur l’expression « Karratoun Khâssirah », deux points de vue des commentateurs se dégagent : le premier avis est que les incrédules se moquaient, puis décrivaient le retour vers la vie comme une perte ; le deuxième avis est que les incrédules se disaient que si vraiment cela était vrai, alors ce serait un retour désastreux pour eux.

S’il s’agit vraiment d’une vie agréable, alors pourquoi ne resterait-elle pas ainsi pour toujours ; et s’il s’agit d’une vie de misère, alors le retour n’a aucun sens pour eux !!!

Dans tous les deux cas, ils disent ce retour à la vie après la mort est une chose ruineuse et une perte dont ils n’ont pas besoin.

فَإِنَّمَا هِىَ زَجْرَةٌ وَٰحِدَةٌ (13)

Il n’y aura qu’une sommation (13)

«Zajaratoun wâhida » fait référence à la facilité du commandement face à la Puissance et la capacité de Dieu Le Très Haut et à la rapidité d’exécution de son commandement pour la résurrection …

Dieu ordonnera à Israfil de souffler dans la trompette pour la résurrection, les premiers et les derniers seront présents devant le Seigneur.

فَإِذَا هُم بِٱلسَّاهِرَةِ (14)

et voilà qu’ils seront sur la terre (ressuscités). (14)

«Assâhira » désigne le jour de la résurrection que Dieu appelé ici ‘veille’ ou période d’absence de sommeil pendant le temps qui lui est ordinairement consacré.

Le jour de la résurrection la peur sera si terrifiante que les gens resteront éveillés et le sommeil ne les guettera aucunement, tellement ils n’y pensent pas.

هَلْ أَتَىٰكَ حَدِيثُ مُوسَىٰٓ (15)

Le récit de Moïse t’est-il parvenu? (15)

Pourquoi cette interrogation ?

Pour la proclamation de quelque chose qui annonce une très importante nouvelle ou information ! Et cette forme d’interrogation donne toujours envie de savoir la réponse.

إِذْ نَادَىٰهُ رَبُّهُۥ بِٱلْوَادِ ٱلْمُقَدَّسِ طُوًى (16)

Quand son Seigneur l’appela, dans Ṭowā, la vallée sanctifiée (16)

Son Seigneur l’interpella dans la vallée sacrée de Ṭowā, une région située à Sham entre Madyan et Egypte.

Son Seigneur lui a dit :

ٱذْهَبْ إِلَىٰ فِرْعَوْنَ إِنَّهُۥ طَغَىٰ (17)

« Va vers Pharaon. Vraiment, il s’est rebellé ! »

Son Seigneur lui a dit : Va trouver Pharaon qui se livre au despotisme, qui se rebelle et se comporte en tyran.

فَقُلْ هَل لَّكَ إِلَىٰٓ أَن تَزَكَّىٰ (18)

Puis dis-lui : « Voudrais-tu te purifier ? (18)

Dis-lui : « Veux-tu revenir au bien et te purifier de tes péchés en suivant le chemin droit à cette fin et en te soumettant à Dieu ? »

وَأَهْدِيَكَ إِلَىٰ رَبِّكَ فَتَخْشَىٰ (19)

et que je te guide vers ton Seigneur afin que tu Le craignes?» (19)

Si tu acceptes je te mettrai dans la voie de ton Seigneur, tu Le craindras et tu L’adoreras comme il se doit et ainsi ton cœur sera tendre et clément.

Ici, Moïse n’a pas dit je te purifie, mais voudrais-tu te purifier, pour dire que cette purification doit se faire par soi-même, par sa propre décision, après lui avoir montré le bon chemin.

Donc la peur de Dieu, la piété et la soumission en Lui viennent après avoir été guidé et mis sur le droit et bon chemin.

فَأَرَىٰهُ ٱلْءَايَةَ ٱلْكُبْرَىٰ (20)

Il lui fit voir le très grand miracle. (20)

Moïse lui fit voir alors les miracles les plus édifiants. Il montra à Pharaon les grands Signes pour confirmer la véracité de son Message et pour qu’il n’en doute pas.

Certains commentateurs se demandent est-ce que c’est le bâton seulement ou tous les miracles qui étaient en sa possession !

فَكَذَّبَ وَعَصَىٰ (21)

Mais il le qualifia de mensonge et désobéit ; (21)

Mais Pharaon n’est pas convaincu, ne s’est pas guidé, au contraire traita les miracles de Moïse de mensonge et se détourna, en persévérant dans sa rébellion.

ثُمَّ أَدْبَرَ يَسْعَىٰ (22)

Ensuite, il tourna le dos, s’en alla précipitamment, (22)

Pharaon se révolta contre Moïse en lui tournant le dos. Et pour répondre à la vérité de Moïse par l’erreur, il se mit en devoir de riposter.

فَحَشَرَ فَنَادَىٰ (23)

rassembla les gens et leur fit une proclamation, (23)

Il convoqua les plus habiles parmi les magiciens à cette époque pour affronter Moïse en usant leurs meilleures ruses et leur magie.

فَقَالَ أَنَا۠ رَبُّكُمُ ٱلْأَعْلَىٰ (24)

et dit : «C’est moi votre seigneur, le très haut». (24)

Pharaon rassembla ses gens autour de lui et leur fit cette proclamation : « Je suis votre seigneur tout-puissant ».

فَأَخَذَهُ ٱللَّهُ نَكَالَ ٱلْءَاخِرَةِ وَٱلْأُولَىٰٓ(25)

Alors Dieu le saisit de la punition exemplaire de l’au-delà et de celle d’ici-bas. (25)

Dieu lui infligea un châtiment dans l’autre monde et dans celui-ci.

Certains commentateurs disent que les deux punitions sont :
la punition exemplaire de l’au-delà qui désigne les supplices de l’enfer et la punition exemplaire d’ici-bas désigne le châtiment de la noyade dans le fleuve Nil.

D’autres disent que Dieu a infligé à Pharaon les deux punitions pour les deux paroles prononcées :

La première est lorsqu’il a dit « pensez-vous avoir autre Divinité que
moi ? 
» et la deuxième est lorsqu’il a dit « Je suis votre seigneur tout-puissant ».

إِنَّ فِى ذَٰلِكَ لَعِبْرَةً لِّمَن يَخْشَىٰٓ (26)

Il y a certes là un sujet de réflexion pour celui qui craint. (26)

Ce que s’est passé avec Pharaon constitue un enseignement pour celui qui redoute le Seigneur, et une leçon aux rebelles dans ce bas monde.

De Pharaon et de son semblable, Dieu a parlé et montré leur conduite et leur sort. Que les gens qui sont sur le mauvais chemin apprennent de ceci, ce qui peut leur arriver.

Chers frères et sœurs, notre explication s’arrête ici, au verset 26, et nous continuerons, s’il plait à Dieu, le reste de la sourate, dans la prochaine séance.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page