BlocPrincipesVidéos

La critique et l’imitation

Cheikh Mohamad Kanso

Au nom de Dieu Le Miséricordieux Le Très Miséricordieux.

Dieu Le Très Haut nous dit dans Le Livre Sublime, sourate Les Prophètes, versets 51 à 56 :

« Nous avions donné, auparavant, à Ibrahim sa rectitude [perfection et droiture]. Nous le connaissions [son cœur pur et parfait, sa sincérité et ses bons travaux] »

Lorsqu’il dit à son père et son peuple : « Que sont ces statues auxquelles vous vouez une adoration ? »

Ils dirent : « nous avons trouvé nos pères les adorer »

Il dit : « Certes, vous avez été, vous et vos pères, dans
u
n égarement flagrant ».

Ils dirent : « Nous apportes-tu la vérité ou bien es-tu de ceux qui plaisantent ? »

Il dit : « Votre Seigneur est Le Seigneur des cieux et de la terre, c’est Lui qui les a créés. Et moi, sur ce, je suis de ceux qui peuvent en témoigner ».

Avant tout, interprétons quelques mots et sens dans ces versets afin d’arriver aux axes principaux nous permettant d’en tirer suite !

« Nous avions donné, auparavant, à Abraham sa rectitude

Qu’est-ce que ça veut dire « rectitude » peut signifier la destination et l’objectif : Nous lui avons fait connaitre le but auquel il est destiné et la mission à accomplir.

Également « rectitude » peut signifier la véracité de l’unicité de Dieu : Nous lui avons montré et l’avons mis sur le chemin qui mène vers l’Unicité de Dieu Le Très Haut et il y est arrivé.

« Rectitude » peut aussi signifier tout le bien et la droiture : Nous l’avons guidé, nous lui avons enseigné l’ensemble des principes qui régissent le bien, l’honnêteté, la loyauté, et autres.

Chers frères et sœurs, dans ces nobles versets, les enseignements du prophète Ibrahim sont orientés vers trois axes que nous allons voir.

Lorsqu’il dit à son père (à son oncle) et [à] son peuple : « Que sont ces statues auxquelles vous vouez une adoration ? »

Ici, le prophète Ibrahim ironise lorsque qu’il appelle leurs divinités par « statues », c’est-à-dire des formes sans aucune importance et sans aucune valeur.

ici « ‘ânkifoun » signifie une personne qui fait une retraite spirituelle, qui reste et occupe entièrement son esprit auprès de ces statues, en baissant la tête et en se soumettant,  en continue, dans une même position, avec un respect d’un degré extrême.

Nous avons remarqué ici que le prophète Ibrahim a adopté une démarche rationnelle pour que la vérité éclate et arrive à son peuple, à ces gens qui suivent et imitent leurs pères depuis des années.

Le prophète Ibrahim veut nous montrer des preuves que nous devons emmètre des critiques et de ne pas prendre les choses comme elles sont, et cela est notre droit de le faire.

C’est pour cela qu’il l’a pratiqué avec les gens de son peuple, et il leur a dit qu’il ne trouvait devant lui que des statues sans valeur, encore moins un pouvoir ou une volonté.

Donc en tant que croyants, nous ne devons pas accepter toute idée qui nous vienne et d’où que cela puisse venir, sans l’avoir étudiée auparavant et même l’examinée de manière critique, si nous voulons vraiment arriver à la vérité. Et ceci est valable dans la religion, dans la culture, la politique, etc.

Donc la question de Abraham est « Que sont ces statues auxquelles vous vouez une adoration ? » les gens du peuple de Ibrahim ont répondu :

Ils dirent : « nous avons trouvé nos pères les adorer »

C’est comme ça ! nous sommes venus au monde, avons grandi et avons trouvé nos pères faire la même chose et nous les avons imités.

Parmi les problèmes que le prophète Ibrahim voulait pointer et apporter un éclairage, l’imitation, comme les gens du peuple de Ibrahim ont imité leurs pères sans poser de questions.

Dans la sourate Les parties, verset 67, le Coran nous parle de l’aboutissement de ceux qui suivent sans réfléchir et de ce qu’ils diront le jour du jugement ; Et ils diront : « Seigneur, nous avons obéis à nos chefs et à nos grands et ils nous ont égarés loin du bon chemin »

Chers frères et sœurs, il très important de toujours poser la question pourquoi et d’être libre d’accepter ou de ne pas accepter, de choisir ou de ne pas choisir, de dire oui ou de dire non. Surtout, ne soyons pas des suiveurs aveugles qui ne réfléchissent pas et des perroquets qui ne font que répéter ce qu’ils entendent.

En suite le prophète Abrahim leur dit : « Certes, vous avez été, vous et vos pères, dans un égarement flagrant ».

Cela est une preuve que ceux qui les ont précédés n’ont pas manifesté de la sagesse et n’ont pas eu un jugement rationnel et étaient dans un égarement évident.

Et lorsque le prophète Abraham leur dit ces paroles avec une pleine et entière conviction, ces paroles véridiques, cela provoqua un tremblement dans leur esprit et ils répondirent :

« Nous apportes-tu la vérité ou bien es-tu [du nombre] de ceux qui plaisantent ? »

Tu nous parles sincèrement ? Veut-tu dire que nos dieux n’ont aucune valeur ou bien c’est une plaisanterie moqueuse ?

Le prophète Ibrahim leur répond avec toute la sagesse requise ainsi que toutes les qualités d’une personne qui fait preuve d’un jugement droit et sûr :

« Votre Seigneur est Le Seigneur des cieux et de la terre, c’est Lui qui les a créés. Et moi, sur ce [que je viens de vous dire] je suis de ceux qui peuvent en témoigner ».

Chers frères et sœurs, méditons un peu sur ce qu’a dit un philosophe français du nom de René Descartes ! Il a dit :
« Je pense, donc je suis. »

Cela est une preuve que lorsque nous suivons aveuglément, nous perdons notre capacité de réfléchir et qui traduit le vrai sens de l’existence.

Et si nous revenons aux versets, nous verrons que le prophète Ibrahim nous invite à la réflexion. Et à travers ces versets et encore d’autres versets dans le Coran, Dieu Le Tout Puissant et Son prophète bien-aimé nous invitent à la réflexion.

Et si nous observons la vie de tous les jours, nous verrons que les tyrans et voleurs, tricheurs et les rusés, ce qui les fait plus peur, ce sont les gens qui réfléchissent, les gens qui sont instruits ;

Et ces tyrans, voleurs, tricheurs et rusés sont très à l’aise avec les gens qui se plaisent dans leur asservissement et qui ne se donnent aucun mal à faire travailler leur cerveau. Ils sont très contents quand les gens s’occupent des détails du quotidien et de toutes les choses qui les distraient.

Alors, chers frères et sœurs, nous sommes tous appelés à la réflexion et à la critique, d’abandonner l’imitation et de croire que notre existence est très liée à notre capacité à user de notre raison et notre sagesse ; ce qui contribue fortement à notre éclairage sur le chemin qui conduit à notre Seigneur Tout Puissant.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page