Invocations, Visites, Pratiques

La nuit de mi-Sha‘aban

•La nuit de mi-Sha‘aban

C’est une nuit très honorée. Il est rapporté de [l’imam] as-Sâdeq(p) :
On interrogea [l’imam] al-Bâqer(p) sur les faveurs de la nuit du 15
Sha’aban.Il(p) répondit :
«Elle est la meilleure nuit après celle d’al-Qadr. Durant cette nu-
it, Dieu fait don de Ses Faveurs à Ses Serviteurs et leur pardonne
par Sa Grâce. Alors, faîtes des efforts dans la proximité vers Dieu
Très-Elevé durant cette nuit. Car c’est une nuit durant laquelle Dieu
s’est fait le serment à Lui-même de ne repousser aucun solliciteur
tant qu’il ne demande pas à Dieu un acte de désobéissance. Elle est
la nuit que Dieu nous a accordée, à nous les Gens de la Maison, au
même titre qu’il a accordé la nuit d’al- Qadr à notre Prophète(s). Ef-
forcez- vous, durant cette nuit, d’invoquer Dieu Très-Elevé et de Le
louer ! » Parmi les bénédictions grandioses de cette nuit, celle de la
naissance du «Sultan de l’époque», de «l’imam du Temps» (que nos
esprits soient en rançon pour lui). Il(qa) naquit avant l’aube de l’an-
née 255H à Sarr Man Ra’â [l’actuelle Sâmorâ’ située au nord de
Bagdad]. Et cet événement augmente la noblesse et les grâces de
cette nuit.
Il est rapporté pour cette nuit de nombreux actes :
1)La douche rituelle (les grandes ablutions) qui oblige l’allége-
ment des péchés.

2)Animer cette nuit avec des prières, des invocations et des de-
mandes de pardon, comme le faisait l’imam Zayn al-’Abidîne(p). Et
d’après un hadîth : «Le cœur de celui qui anime cette nuit ne
mourra pas le jour où les coeurs mourront.»

3)La visite (ziyârat) à [l’imam] Hussein(p). Elle est la meilleure
chose à faire durant cette nuit. Elle oblige le pardon des péchés. Ce-
lui qui veut avoir la main serrée par 124 000 Prophètes, qu’il le (p)
visite durant cette nuit ! Et le minimum qu’il puisse faire est de
monter sur un toit élevé, de regarder à droite et à gauche, puis lever
la tête vers le ciel et le(p) visiter avec ces propos :
As-salâmu ‘alayka yâ abâ ‘abdi-llâhi.
Que la Paix soit sur toi, ô Abâ ‘Abdallah !
As-salâmu ‘alayka wa rahmatu-llâhi wa barakâtuhu.
Que la Paix soit sur toi ainsi que la Miséricorde de Dieu
et Sa Bénédiction !
Il est attendu qu’à celui qui visite [l’imam] Hussein(p) où que ce
soit avec cette ziyârat, il lui est inscrit la récompense d’un Hajj et
d’une Umrah. Dans le Livre III des Ziyârât, nous allons rappeler ce
qui est spécifique à cette ziyârat, si Dieu le veut. (cf. p1397)

4)Invoquer [Dieu] de cette invocation que Sheikh et Sayyed ont
rapportée et qui équivaut à une ziyârat à l’imam occulté (que les
Prières de Dieu soient sur lui).
Allâhumma, bi-haqqi laylatinâ hadhihi wa mawlûdihâ wa huj-
jatika wa maw’ûdihâ al-latî qaranta ilâ fadlihâ fadlann fatammat ka-
limatuka sidqann wa ‘adlann.
Mon Dieu, par le droit de cette nuit qui est la nôtre et de
celui qui y est né, Ton Argument, le Promis, dont Tu as
ajouté les faveurs aux faveurs de cette nuit, achevant ainsi
Ta Parole en Vérité et Justice,
lâ mubaddila li-kalimâtika wa lâ mu’aqqiba li-âyâtika,
-et personne ne peut modifier Tes Propos ni différer Tes
Signes –

nûruka al-muta’alliqu wa diyâ ’uka al-mushriqu wa al-‘alamu an-
nûru fî takhayâ’i-d-dayjûri, al-ghâ’ibu al-mastûru jalla mawliduhu wa
karuma mahtiduhu,
Ta Lumière resplendissante, Ta Clarté rayonnante,
l’Oriflamme de la Lumière dans les ténèbres de la nuit,
l’Occulté, le Voilé, celui dont la naissance est magnifiée et
l’origine honorée,
wa al-malâ’ikatu shuhhaduhu, wa-llâhu nâsiruhu wa mu’ayiduhu
idhâ âna mî‘âduhu wa-l-malâ’ikatu amdâduhu,
l’attesté des Anges, le défendu et le soutenu par Dieu
quand arrivera le moment de son retour et que les Anges se
porteront à son secours,
sayfu-llâhi al-ladhî lâ yanbû wa nûruhu al-ladhî lâ yakhbû wa
dhû-l-hilmi al-ladhî lâ yasbû madâru-d-dahri,
le Sabre de Dieu qui ne faiblit pas. Sa Lumière qui ne
s’éteint pas, plein de mansuétude qui ne suit pas de pen-
chants, Pivot de l’époque,
wa nawâmîsu-l-‘asri wa ulâtu-l-amri,wa-l-munazzalu ‘alayhim mâ
yatanazzalu fî laylati-l-qadri wa as’hâbu-l-hashri wa-n-nashri
tarâjimatu wahîhi wa ûlâtu amrihi wa nahîhi.
les Confidents des secrets du Temps, les Dirigeants de
l’Ordre, ceux sur qui est descendu ce qui est descendu, la
nuit d’al-Qadr [la Révélation], les Maîtres du Rassemble-
ment et de la Résurrection, les Traducteurs de Sa Révéla-
tion, les Tuteurs de Son Ordre et de Son Interdit.
Allâhumma, fa-salli ‘alâ khâtimihim wa qâ’imihimu-l-mastûri ‘an
‘awâlimihim.
Mon Dieu, alors, prie sur le dernier d’entre eux et celui
d’entre eux qui se dresse, le caché à leurs mondes.
Allâhumma, wa adrik binâ ayyâmahu wa zhuhûrahu wa qiyâmahu
wa-j’alnâ min ansârihi wa-qrin thâranâ bithârihi, wa ktubnâ fi
a’wânihi wa khula sâ’ihi,
Mon Dieu, fais que nous atteignions ses jours, son ap-
parition et son établissement, place-nous au nombre de ses
partisans, lie notre demande de vengeance à la sienne et
inscris-nous au nombre de ses auxiliaires et de ses dévoués,
wa ahînâ fî dawlatihi nâ‘imîna wa bi-suhbatihi ghânimîna wa bi-
haqqihi qâ’imîna wa mina-s-sû’i sâlimîna, yâ arhama-r-râhimîna.
fais-nous vivre d’une vie aisée dans son Etat, tirant
profit de sa compagnie, accomplissant son droit, échappant
au mal, ô le plus Miséricordieux des miséricordieux !
wa-l-hamdu-lillâhi rabbi-l-‘âlamîna, wa salawâtuhu ‘alâ sayyidinâ
Muhammadinn khâtami-n-nabiyyîna wa-l-mursalîna wa ‘alâ ahli
baytihi as-sâdiqîna wa ‘itratihi an-nâtiqîna.
Louange à Dieu, Seigneur des mondes, et que Ses
Prières soient sur notre Maître, le Sceau des Prophètes et
des Envoyés et sur les gens sincères de sa maison, les
membres parlant de sa famille,
wa-l‘an jamî‘a-zh-zhâlimîna wa-hkum baynanâ wa baynahum yâ
ahkama-l-hâkimîna.
et qu’il maudisse l’ensemble des oppresseurs et statue
entre eux et nous, ô le plus Juste des justes.

5)Sheikh rapporte d’Isma’îl fils de Fadl al-Hâshimî qui dit :
[L’Imam] as-Sâdeq(p) m’a appris cette invocation pour que je la ré-
cite la nuit du 15 Sha’aban :
Allâhumma, anta al-hayyu al-qayyûmu al-‘aliyyu al-‘azhîmu al-
khâliqu ar-râziqu al-muhyî al-mumîtu al-badî’u al-badî‘u,
Mon Dieu, Tu es le Vivant, le Subsistant, le Très-Elevé, le
Très-Grandiose, le Créateur, le Pourvoyeur, Celui qui
donne la vie, qui fait mourir. Celui qui commence [à partir
de rien] et qui innove [crée à partir de rien],
laka-l-jalâlu wa laka-l-fadlu wa laka-l-hamdu wa laka-l-mannu wa
laka-l-jûdu wa laka-l-karamu wa laka-l-amru wa laka-l-majdu wa
laka-sh-shukru,
à Toi est la Majesté, à Toi est la Faveur, à Toi est la Lou-
ange, à Toi est la Grâce, à Toi est la Largesse, à Toi est la
Générosité, à Toi est l’Ordre, à Toi est la Gloire, à Toi est le Remerciement,
wahdaka lâ sharîka laka, yâ wâhidu yâ ahadu yâ samadu yâ man
yalid wa lam yûlad wa lam yakun lahu kufuann ahadunn,
uniquement à Toi, point d’associé à Toi, ô Unique, ô Un,
ô Impénétrable, ô Celui qui n’engendre pas et n’est pas en-
gendré, nul n’est égal à Lui,
salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn wa-ghfir lî wa-
rhamnî wa-kfinî mâ ahammanî wa-qdi daynî wa wassi’‘alayya fî rizqî,
prie sur Mohammed et sur la famille de Mohammed et
pardonne-moi, fais-moi Miséricorde, suffis-moi dans ce qui
me préoccupe, acquitte mes dettes, accrois pour moi la part
de mes ressources,
fa-innaka fi hadhihi-l-laylati kulla amrinn hakîminn tafruqu wa
man tashâ’u min khalqika tarzuqu.
car c’est durant cette nuit que Tu mesures tout ordre
sage et que Tu pourvois qui Tu veux de Tes créatures.
Fa-rquznî wa an ta khayru-r-râziqîna fa-innaka qulta wa anta
khayru-l-qâ’ilîna an-n-nâtiqîna : wa-s’alû-Allâha min fadlihi.
Alors, pourvois-moi. Toi qui es le Meilleur des pour-
voyeurs car Tu as dit et Tu es le Meilleur de ceux qui disent,
qui parlent : {Demandez à Dieu de Ses Faveurs !} (32/IV),
fa-min fadlika as’alu wâ iyyâka qasadtu wa bna nabiyyika a‘ta-
madtu wa laka rajawtu fa-rhamnî yâ arhama-r-râhimîna.
alors, je Te demande de Tes Faveurs, m’adressant à Toi,
accréditant le fils de Ton Prophète, mettant mes espoirs en
Toi, fais-moi Miséricorde, ô le plus Miséricordieux des
miséricordieux.

6)Invoquer [Dieu] de cette invocation que le Prophète(s) récitait
en cette nuit :
Allâhumma,aqsim lanâ min khashiyatika mâ yahûlu baynanâ wa
bayna ma’siyatika wa min tâ’atika mâ tuballighunâ bihi ridwânaka
wa mina-l- yaqîni mâ yahûnu ‘alaynâ bihi musîbâtu-d-dunyâ.
Mon Dieu, accorde-moi de Te craindre, de quoi nous em-
pêcher de Te désobéir, de T’obéir, de quoi nous faire at-
teindre Ta Satisfaction, la certitude, de quoi rendre faciles
à supporter les épreuves de ce monde !
Allâhumma, amti’nâ bi-smâ‘inâ wa absârinâ wa quwwitinâ mâ
ahyaytanâ wa-j‘alhu-l-wâritha minnâ wa-j‘al thâranâ ‘alâ zhalamanâ
wa-nsumâ ‘alâ man ‘âdânâ,
Mon Dieu, fais-nous jouir de notre ouïe, de notre vue, de
notre force tant que Tu nous laisseras en vie, rends-le notre
héritier et venge-nous de ceux qui ont été injustes à notre
encontre et aide-nous contre nos ennemis,
wa lâ taj‘al musîbatanâ fî dîninâ wa lâ taj‘ali-d-dunyâ akbara
hamminâ wa lâ mablagha ‘ilminâ,
ne fais pas en sorte que notre malheur soit dans notre
religion ni que le monde ici-bas soit notre plus grande
préoccupation et l’aboutissement de notre savoir,
wa lâ tusallit ‘alaynâ man lâ yarhamunâ bi-rahmatika yâ arhama-
r-râhimîna
ne nous fais pas dominer par quelqu’un qui ne nous fait
pas miséricorde, par Ta Miséricorde, ô le plus Miséri-
cordieux des miséricordieux !
Cette invocation fait partie des invocations compilatrices com-
plètes et [il est bien de] profiter de cette invocation durant les autres
moments. Dans le livre de Ghawâli al-Lâli, il est dit que le
Prophète(s) invoquait [Dieu] de cette invocation à tout moment.

7)Réciter les prières que l’on récite tous les jours à midi.

8)Invoquer Dieu de l’invocation de Komayl. (cf. Livre I pl72) Elle
est indiquée pour cette nuit.

9)Evoquer Dieu de cette évocation 100 fois :
Subhâna-llâhi wa-l-hamdu li-llâhi wa lâ ilâha illâ-llâhu wa-llâhu
akbaru.
Gloire à Dieu, Louange à Dieu, il n’y a de Dieu que Dieu, Dieu est
plus Grand !
Dieu lui pardonnera ses péchés passés et lui satisfera les
besoins de ce monde et de l’Au-delà.
10)Sheikh a rapporté dans Al-Misbâh d’Abû Yehia, un hadith sur
les faveurs de la nuit de la mi-Sha’aban : Je demandai à mon Maître
as-Sâdeq(p) quelle était la meilleure invocation durant cette nu-
it.Il(p) me répondit : Quand Tu as fini la prière du soir, prie 2
raka’ats en récitant, lors de la 1eraka’at. al-Hamd (I) et la sourate
des Incroyants (CIX) et lors de la 2de, al- Hamd (I) et Le Culte Pur
(CXII). Après les salutations finales, tu dis :
Subhâna-llâhi.
Gloire à Dieu ! (33 fois)
Wa-l-hamdu li-llâhi.
Louange à Dieu ! (33 fois)
Wa-llâhu akbaru.
Dieu est plus Grand ! (34 fois)
Puis dis :
Yâ man ilayhi malja’u-l-‘ibâdi fî-l-muhimmâti wa ilayhi yafza‘u-l-
khalqu fî-l-mulimmâti yâ ‘âlima-l-jahri wa-l-khafiyyâti,
Ô Celui vers qui s’abritent les serviteurs lors des affaires
importantes, ô Celui vers qui se réfugient les créatures ef-
frayées lors des adversités, ô Celui qui connaît ce qui est ap-
parent et ce qui est dissimulé,
yâ man lâ takhfâ ‘alayhi khawâtiru-l-awhâmi wa tasar-rufu-l-
khatarâti, yâ rabba-l-khalâ’iqi wa-l-bariyyâti yâ man bi-yadihi
malakûtu-l-aradîna wa-s-samâwâti,
ô Celui à qui n’échappent pas les considérations des con-
jectures ni les agissements des imaginations, ô Seigneur
des créatures et des créations, ô Celui qui détient les Roy-
aumes des terres et des cieux,
Anta-llâhu lâ ilâha illâ anta amuttu ilayka bilâ ilâha illâ anta,
Tu es Dieu, point de divinité autre que Toi, je me mets en
rapport avec Toi par le ‘Il n’y a point de Divinité autre que
Toi’,
fa-yâ lâ ilâha illâ anta aj’alnî fi hadhihi-l-laylati mimman nazharta
ilayhi fa-rahimtahu wa sami’ta du’â’ahu fa-ajabtahu.
ô point de divinité autre que Toi, place-moi, durant cette
nuit, parmi ceux que Tu as vus et à qui Tu as alors fait
Miséricorde, dont Tu as entendu l’invocation et auxquels
Tu as alors répondu,
wa ‘alimta-stiqâlatahu fa-aqal-tahu wa tajâwazta ‘an sâlifi
khatî’atihi wa ‘azhîmi jarîratihi,
dont Tu as connu la demande de pardon et auxquels Tu
as alors pardonné et pour lesquels Tu as alors fermé les
yeux sur les fautes passées et les péchés graves,
faqadi-stajartu bika min dhunûbî wa laja’tu ilayka fî satri ‘uyûbî.
j’ai déjà cherché protection auprès de Toi contre mes
péchés et je me suis réfugié auprès de Toi dans la dissimu-
lation de mes péchés.
Allâhumma, fajud ‘alayya bi-karamika wa fadlika wa-htut
khatâyâya bi-hilmika wa ‘afwika wa taghammadnî fî hâdhihi-l-laylati
bi-sâbighi karâmatika.
Mon Dieu, alors, sois Généreux envers moi par Ta Nob-
lesse et Ta Faveur et décharge-moi de mes péchés par Ta
Mansuétude et Ton Pardon, recouvre-moi, durant cette nu-
it, de l’abondance de Tes Prodiges,
wa-j‘alnî fihâ min awliyâ’ika al-ladhîna-jtabaytahum li-tâ‘atika
wa-khtartahum li-‘ibâdatika wa-ja‘altahum khâlisataka wa sifwataka.
et place-moi durant cette nuit, au nombre de Tes
Proches- Elus que Tu as choisis pour Ton Obéissance, que
tu as préférés pour Ton Adoration et que Tu as placés
comme Tes Loyaux Dévoués et Tes Purs Elus.
Allâhumma, aj‘alnî mimman sa’ada jadduhu wa tawaffara mina-l-
khayrâti hazhzhuhu,
Mon Dieu, place-moi au nombre de ceux dont les efforts
sont bienheureux et dont la part des bienfaits est
abondante,
wa-j‘alnî mimman salima fana ‘ima wa fâza fa-ghanima wa-kfinî
sharra mâ aslaftu,
place-moi au nombre de ceux qui, étant hors de danger,
vivent alors dans l’aisance, de ceux qui gagnant, rapportent
alors un butin, protège-moi du mal que j’ai fait
précédemment.
wa-‘simnî mina-l-azdiyâdi fî ma‘siyatika wa habbib ilayya tâ’ataka
wa mâ yuqarribunî minka wa yuzlifunî ‘indaka.
et empêche-moi de Te désobéir davantage, fais-moi ai-
mer le fait de T’obéir, ce qui me rapproche de Toi et me fait
élever à Toi.
Sayyidî ilayka yalja’u-l-hâribu wa minka yaltamisu-t-tâlibu wa ‘alâ
karamika yu‘awwilu al-mustaqîlu at-tâ’ibu.
Mon Maître, c’est auprès de Toi que se réfugie le fugitif,
c’est à Toi que s’adresse le solliciteur et c’est sur Ta
Générosité que compte celui qui veut se décharger de ses
péchés et qui se repent.
Addabta ‘ibâdaka bi-t-takarrumi wa anta akramu-l-akramîna wa
amarta bi-l-‘afwi ‘ibâdaka wa anta al-ghafûru ar-rahîmu.
Tu as éduqué Tes serviteurs à se montrer généreux et
Toi, Tu es le plus Généreux des généreux et Tu as ordonné à
Tes serviteurs le pardon et Toi, Tu es Celui qui pardonne, le
Très-Miséricordieux.
Allâhumma, falâ tahrimnî mâ rajawtu min karamika wa lâ tu’yisnî
min sâbighi ni’amika,
Mon Dieu, alors ne me prive pas de ce à quoi j’aspire de
Ta Noblesse, ne me fais pas désespérer de la Largesse de
Tes Bienfaits,
wa lâ tukhayyibnî min jazîli qisamika fi hadhihi-l-laylati li-ahli
tâ‘atika wa-j‘alnî fi junnatinn min shirâri bariyyatika.
ne me déçois pas à propos de la part que Tu alloues
abondamment en cette nuit à ceux qui T’obéissent, mets-
moi à l’abri de Tes méchantes créatures.
Rabbi in lam akun min ahli dhâlika fa-anta ahlu-l-karami wa-
l-‘afwi wa-l-maghfirati wa jud ‘alayya bimâ anta ahluhu lâ bimâ
astahiqquhu.
Mon Seigneur, si je ne suis pas digne de cela, Toi, Tu es
Maître de la Générosité, du Pardon et de la Rédemption,
sois Généreux envers moi en fonction de ce dont Tu es
Digne et non pas en fonction de ce que je mérite.
Faqad hasuna zhannî bika wa tahaqqaqa rajâ’î laka wa ‘aliqat
nafsî bi-karamika fa-anta arhamu-r-râhimîna wa akramu-l-
akramîna.
Déjà mon opinion de Toi est bonne, mon espoir en Toi
est sûr et mon âme s’est accrochée à Ta Noblesse car Tu es
le plus Miséricordieux des miséricordieux, le plus
Généreux des généreux.
Allâhumma, wa-khsusnî min karamika bi-jazîli qisamika wa
a’ûdhu bi-‘afwika min ‘uqûbatika,
Mon Dieu, réserve-moi, par Ta Générosité, une part
abondante de ce que Tu alloues alors que je cherche protec-
tion auprès de Ton Pardon contre Tes Châtiments,
wa-ghfir liya-dh-dhanba al-ladhî yahbisu ‘alayya al-khuluqa wa
yudayyiqu ‘alayya-r-razqa
et pardonne-moi le péché qui m’empêche d’avoir un bon
comportement et qui me restreint les ressources,
hattâ aqûma bi-sâlihi ridâka wa an’ama bi-jazîli ‘atâ’ika wa as’ada
bi-sâbighi na’mâ’ika.
afin que je fasse une bonne action qui Te satisfasse, que
j’obtienne de Tes Dons abondants et que je jouisse de la dif-
fusion de Tes Biens.
Faqad ludhtu bi-haramika wa ta‘arradtu li-karamika wa-sta‘adhtu
bi-‘afwika min ‘uqûbatika wa bi-hilmika min ghadabika,
Déjà, je me suis réfugié dans Ton Sanctuaire, je me suis
adressé à Ta Générosité et j’ai demandé la protection de
Ton Pardon contre Ton Châtiment et celle de Ta Man-
suétude contre Ta Colère,
fajud bimâ sa’altuka wa anil mâ-ltamastu minka.
alors, sois Généreux envers moi de ce que je T’ai de-
mandé et accorde-moi ce que j’ai sollicité de Toi.
As’aluka bika lâ bi-shay’inn huwa a‘zhamu minka.
Je Te demande par Ton Intermédiaire et non par l’inter-
médiaire de quelque chose qui serait plus grandiose que
Toi.
Ensuite tu te prosternes et tu dis :
Yâ rabbu.
Ô Seigneur ! (20 fois)
Yâ Allâhu.
Ô Dieu ! (7 fois)
Yâ hawla wa lâ quwwata illâ bi-llâhi.
Il n’y a de forceet de puissancequ’en Dieu ! (7 fois)
Mâ shâ’a-llâhu.
Ce que Dieu veut ! (10 fois)
lâ quwwata illâ bi-llâhi.
Il n’y a de force qu’en Dieu ! (10 fois)
Puis tu pries sur le Prophète et sur sa famille et tu présentes ton
besoin. Par Dieu ! Si tu demandes [des choses] au nombre des gouttes [de la pluie], Dieu Tout-Puissant te les fait atteindre par Sa Générosité et Sa Largesse.

11 )Sheikh Tûssî et al-Kafa‘amî disent de dire durant cette nuit :
Ilâhî ta’arrada laka fî hadhâ-l-layli al-muta‘arridûna wa qasadaka-
l-qâsidûna wa ammala fadlaka wa ma’rûfaka at-tâlibûna,
Mon Dieu, se sont présentés à Toi, durant cette nuit,
ceux qui se présentent, se sont adressés à Toi ceux qui s’ad-
ressent, ont espéré en Tes Faveurs et en Tes Bontés ceux
qui demandent,
wa laka fî hadhâ-l-layli nafahâtunn wa jawâ’izu wa ‘atâyâ wa
mawâhibu tamunnu bihâ ‘alâ man tashâ’u min ‘ibâdika wa
tamna‘uhâ man lam tasbiqu lahu-l-‘inâyatu minka,
et Tu as, durant cette nuit, des présents, des récom-
penses, des dons, des gratifications que Tu accordes à qui
Tu veux de Tes serviteurs et dont Tu prives celui que
l’attention pour lui de Ta Part n’a pas précédé,
wa hâ anâ dhâ ‘ubayduka al-faqîru ilayka al-mu’ammilu fadlaka
wa ma’rûfaka,
et me voilà, Ton serviteur, celui qui a besoin de Toi, qui
espère en Ta Faveur et Ton Bienfait.
fa-in kunta yâ mawlâya tafaddlta fîhadhihi-l-laylati ‘alâ ahadinn
min khalqika wa ‘udta ‘alayhi bi-‘â’idatinn min ‘atfïka
Mon Maître, si Tu dispenses de Tes Faveurs, en cette nu-
it, à quelqu’une de Tes créatures et que Tu lui ramènes un
gain de Ta Bonté,
fa-salli ‘alâ Muhammadinn wa âli Muhammadinn at-tayyibîna at-
tâhirîna al-khayyirîna al-fâdilîna wa jud ‘alayya bi-tawlika wa
ma’rûfika yâ rabba-l-‘âlamîna.
alors, prie sur Mohammed et sur la famille de Mo-
hammed, les bons, les purs, les excellents, les meilleurs et
sois Généreux avec moi par Ta Longanimité et Ta Bonté, ô
Seigneur des mondes !
Wa sallâ-llâhu ‘alâ Muhammadinn khâtami-n-nabiyyîna wa âlihi
at-tâhirîna wa sallama taslîmann inna-llâha hamîdunn majîdunn.
Que Dieu prie sur Mohammed, le Sceau des Prophètes et
sur les membres purs de sa famille et les salue d’une saluta-
tion de paix, car Dieu est Digne d’être Magnifié et Glorifié.
Allâhumma, innî ad’ûka kamâ amarta fa-stajib lî kamâ wa’adta in-
naka lâ tukhlifu-l-mî‘âda.
Mon Dieu, je T’invoque comme Tu me l’as ordonné alors
réponds-moi comme Tu me l’as promis, car Tu ne manques
pas à Ta Promesse !
Et cette invocation est faite avant l’aube, après la prière ash-
shafa’ (‘la paire’) [de la prière de la nuit].

12)lnvoquer Dieu de cette invocation rapportée par Sheikh et
Sayyed après toutes les deux raka’ats de la prière de la nuit et après
la prière ash-shafa’ (‘la paire’) et al-walr (‘l’impaire’) [de la prière
de la nuit].

13)Se prosterner et invoquer Dieu des invocations rapportées du
Prophète(s) dont celle rapportée par Sheikh de Hamâd fils de ’lssa,
de Abân fils de Tughlab qui dit : L’Imam as-Sâdeq(p) dit :
« C’était la nuit de mi-Sha’aban et le Messager de Dieu était chez
‘Aisha’. Quand ce fut le milieu de la nuit, le Messager de Dieu(s) se
leva de son lit. Elle se réveilla et vit que le Messager de Dieu(s)
s’était levé. Alors, il lui arriva ce qui arrive aux femmes (la jalousie)
et elle pensa qu’il(s) s’était rendu chez une de ses femmes. Elle se
leva, s’enveloppa de son manteau. Je jure, par Dieu, qu’il n’était pas
en soie, ni en lin ni en coton, mais sa chaîne était en poil et sa trame
était en peau de chameau. Elle se mit à chercher le Messager de
Dieu(s) dans les chambres de ses femmes, chambre après chambre,
quand elle le(s)vit prosterné, comme un vêtement collé au sol. Elle
s’approcha de lui et l’entendit dire pendant sa prosternation :
Sajada laka sawâdî wa khayâlî wa âmana bika fu’âdî, hadhihi
yadâya wa mâ janaytuhu ‘alâ nafsî,
Se sont prosternés pour Toi mon corps (ou mes secrets)
et mes pensées, mon coeur a cru en Toi, et voici mes mains
et ce que j’ai commis en fautes contre moi-même,
yâ ‘azhîmu turjâ bi-kulli ‘azhîminn ighfir liya al-‘azhî-ma fa-in-
nahu lâ yaghfiru adh-dhanba al-‘azhîma illâ ar-rabbu-l-‘azhîmu.
ô Très-Grandiose, Espéré pour tout grandiose, pardon-
ne-moi le grandiose, car ne pardonne le péché grandiose
que le Seigneur Grandiose !
Ensuite, il(s) leva la tête puis il se prosterna à nouveau. ‘Aisha’
l’entendit alors dire :
A‘ûdhu bi-nûri wajhika al-ladhî adâ’at lahu as-samâwâtu wa-l-
aradûna wa-nkashafat lahu azh-zhulumâtu wa salaha ‘alayhi amru al-
awwalîna wa-l-âkhirîna,
Je cherche protection auprès de la Lumière de Ta Face
pour qui les deux et les terres se sont illuminés, les ténèbres se sont dissipées et à qui convient l’ordre des
premiers et des derniers,
min fuja’ati niqamatika wa min tahwîli ‘âfiyatika wa min zawâli
ni’matika.
contre Ton Châtiment inopiné, le retournement de Ta
Santé/salut et la disparition de Tes Bienfaits.
Allâhumma, urzuqnî qalbann taqiyyann naqiyyann wa mina-sh-
shirki barî’ann lâ kâfirann wa lâ shaqiyyann.
Mon Dieu, accorde-moi un coeur pieux, pur, exempt de
l’associationnisme, et non pas un [coeur] incroyant ni
misérable.
Ensuite, il(s) frotta sa joue sur la terre et dit :
‘Affartu wajhî fî-t-turâbi wa huqqa liya an asjuda laka.
J’ai frotté mon visage dans la terre et il est de mon
devoir de me prosterner devant Toi.
Quand le Messager de Dieu(s) se prépara à se retirer, elle courut
à son lit. Le Prophète(s) arriva au lit et entendit sa respiration
élevée. Il(s) lui demanda : C’est quoi cette respiration ? Sais-tu ce
qu’est cette nuit ? [C’est] la nuit de la mi-Sha’aban durant laquelle
les ressources sont réparties, (durant laquelle) les termes [le mo-
ment de la mort] s’inscrivent, (durant laquelle) ceux qui vont au Ha-
jj sont enregistrés. Dieu Très-Elevé, durant cette nuit, pardonne à
ses créatures les péchés, plus nombreux que les poils des chèvres de
la tribu Kalb, et fait descendre les Anges du Ciel sur la terre de La
Mecque.

14)Prier la prière de Ja’far at-Tayyâr comme l’a rapportée
Sheikh de l’imam ar-Ridâ(p). (cf. Livre I p121 )

15)De nombreuses prières sont évoquées pour cette nuit.
-Notamment celle rapportée par Abu Yehia as-Sina‘ânî, d’al-
Bâqer(p) et d’as-Sâdeq(p). L’ont également rapportée plus de 30
personnes de confiance, auxquelles on peut se fier, qui dirent : Les 2
Imams(p) dirent : Quand c’est la nuit de la mi-Sha’aban, prie 4 raka
’ats en lisant pour chaque raka’at, après al-Hamd (I), Le Culte Pur
(CXII) 100 fois. Quand tu as fini, dis :
Allâhumina, innî ilayka faqîrunn wa min ‘adhâbika khâ’ifunn
mustajîrunn.
Mon Dieu, c’est Toi dont j’ai besoin et c’est Ton Châti-
ment que je crains et contre lequel je cherche refuge,
Allâhumma, lâ tubaddili-smî wa lâ tughayyir jismî wa lâ taj’had
balâ’î wa lâ tushmit bî a‘dâ’î.
Mon Dieu, ne remplace pas mon nom, ni ne change mon
corps, ne rends pas pénible mon épreuve et ne fais pas en
sorte que mes
ennemis se réjouissent de mon malheur.
A‘ûdhubi-‘afwika min‘iqâbika wa a’ûdhu bi-rahmatika min
‘adhâbika,
Je cherche protection auprès de Ton Pardon contre Ta
Punition, je cherche protection auprès de Ta Miséricorde
contre Ton Châtiment,
wa a’ûdhu bi-ridâka min sakhatijca wa a‘ûdhu bika minka,
je cherche protection auprès de Ta Satisfaction contre
Ta Colère, je cherche protection auprès de Toi contre Toi,
jalla thanâ’uka anta kamâ athnayta ‘alâ nafsika wa fawqa mâ
yaqûlu-l-qâ’ilûna.
que Ta Louange soit magnifiée, Tu es comme Tu T’es
Loué Toi-même et au-dessus de ce que disent les diseurs.
-Il est rapporté beaucoup de faveurs pour la prière de 100
raka’ats effectuée pendant cette nuit, en lisant pour chaque raka’at
après al-Hamd, Le Culte Pur (CXII) 10 fois.
-La prière de 6 raka’ats déjà évoquée à propos des actes du mois
de Rajab pour la nuit du 15 du mois. (p515) Réciter à chaque raka’at
après al-Hamd (I), les sourates Yâ Sîn (XXXVI), Le Royaume
LXVII, Le Culte Pur (CXII).

•Le 15eme jour de Sha’aban

C’est le jour anniversaire de la naissance du 12eme Imam, notre
Imam al-Mahdî, l’Argument, le fils de Hassan, le Détenteur du
Temps (que les prières de Dieu soient sur lui et sur ses pères).
-Il est recommandé de le visiter en ce jour, en tout temps et en
tout lieu, ainsi que d’invoquer [Dieu] pour l’accélération de son
soulagement au moment de sa visite. Sa visite au Sirdab à Sâmorâ
est confirmée. Sa réapparition est certaine ainsi que le fait qu’il va
exercer le pouvoir et remplir la terre de justice et d’équité après
qu’elle eut été remplie d’injustice et de despotisme.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer