Principes

L’égalité, l’équité et la justice

Cheikh Mohamad Kanso

Au nom de Dieu Le Clément Le Miséricordieux

Dieu Tout Puissant nous dit dans la sourate la Table Servi verset 8 :

Ô les croyants! Soyez stricts (dans vos devoirs) envers Dieu et (soyez) des témoins équitables. Et que la haine pour un peuple ne vous incite pas à être injuste. Pratiquez l’équité: cela est plus proche de la piété. Et craignez Dieu. Car Dieu est certes Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites.

Avant d’entrer dans l’explication du sujet du verset parlons un peu de l’Imam Ali (paix sur lui) qui fut une référence, un modèle et un symbole dans la vie de tous les jours.

L’Imam Ali était un homme exemplaire qui tenait toujours à être à l’écoute des besoins et plaintes du peuple. Il vivait la vie des pauvres et dépensait comme les pauvres.

Étant lui-même gestionnaire des finances publiques, il ne privait personne de sa dotation conventionnelle, même ses ennemis. Non plus, il ne favorisait pas ses proches au détriment des autres.

D’ailleurs dès le premier jour de son gouvernement, il déclara l’égalité entre les gens et la justice comme base de sa politique et appliquait la règle générale sur tous les musulmans.

Il ne cherchait jamais quelque chose par le biais de l’injustice. À ce propos il disait : « Choisis que tu sois vaincu alors que tu es équitable et ne choisis pas que tu sois vainqueur alors que tu es injuste. »

En effet chers croyants, ces quelques caractéristiques et qualités que nous avons choisies chez Imam Ali nous amènent à parler de trois aspects extrêmement importants dans la vie de l’homme, à savoir l’égalité, l’équité et la justice.

Chers frères et sœurs, l’égalité est un principe, une règle générale qui dit que les individus doivent avoir les mêmes droits et être traités de la même manière dans une même situation. L’égalité ne signifie pas  que tout doit être uniforme et que nous devons tous être pareils.

Mais l’égalité de droits ne permet pas toujours d’arriver à l’égalité dans la vie réelle. Il existe de nombreuses différences qui se traduisent par des avantages ou des désavantages.

Certaines de ces différences peuvent produire des inégalités importantes. Par exemple, une différence de sexe, d’âge, d’appartenance religieuse ou ethnique, d’origine sociale peut devenir une inégalité lorsqu’elle entraîne une discrimination : ne pas trouver d’emploi, être maltraité, victime de racisme …

L’équité n’est pas l’égalité ! Mais il est vrai que les questions d’égalité et d’équité ne sont pas toujours faciles à distinguer et à traiter…

L’équité est une manière d’arriver à l’égalité quand les circonstances des personnes sont différentes. Dans le cas de l’équité, la loi ou la règle s’applique à tout le monde, mais elle tient compte des différences réelles entre les personnes et peut s’adapter à une situation particulière.

L’équité c’est le souci d’organiser la société selon des principes qui tiennent compte des inégalités ou différences entre ses membres. L’équité permet donc de limiter ou de corriger  les inégalités sociales, ou entre les hommes et les femmes, par exemple.

En islam si nous voulons dire qu’il y a une égalité entre l’homme et la femme cela devient une injustice.

Pourquoi ?

Parce qu’on ne peut pas égaliser deux personnes alors qu’il y a d’énormes différences entre elles. Différence d’abord dans la façon dont Le Seigneur a créé l’homme et la femme ; différence dans  la capacité physique ; différence dans la psychologie ; différence dans les responsabilités que Dieu nous a confiées.

Si nous voulons imposer quelque chose de difficile à supporter physiquement à un homme et en même temps nous l’imposons à une femme cela relève de l’injustice.

Prenons même deux hommes qui n’ont ni les mêmes capacités physiques, ni la même taille, ni le même poids et nous leur demandons  de faire le même travail tout en sachant que l’un peut le faire et que l’autre non. Mais sous prétexte qu’ils sont égaux alors ils doivent faire le même travail. Cela également relève de l’injustice car on doit bien regarder la différence entre eux.

En islam, dans l’héritage, quand on donne deux parts à l’homme et une part à la femme, il n’y a pas d’injustice car Le Seigneur qui l’a déclaré est Le plus Juste et le plus Équitable ; Et il y a des raisons pour cela.

L’homme a en charge et la responsabilité des dépenses pour plusieurs personnes : père et mère, femmes et enfants et tous ceux qui sont sous son toit. C’est Dieu qui le lui a imposé. Et quant à la femme, elle n’a pas cette responsabilité.

Si donc nous attribuons la même chose à la femme et à l’homme sous prétexte de l’égalité entre eux, cela relève aussi de l’injustice.

En général le Coran, qui est l’écriture sacrée de l’islam, considère la justice comme une vertu suprême.  Il s’agit d’un des objectifs de base de l’islam.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer