Etudes

L’Islam la religion de la simplicité

Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la difficulté pour vous…
(Sourate al-Baqarah, 185)


Introduction

Allah a choisi une religion parfaitement adaptée au tempérament de l’homme : l’Islam. Il l’a conçue très simple de sorte que l’être humain puisse l’appliquer dans sa vie aisément. La religion permet de surmonter tous les obstacles, les limites, les restrictions et les difficultés. Elle indique à l’homme comment toujours rechercher l’approbation d’Allah, s’adresser à Lui et se soumettre au destin qu’Il lui a prédéterminé, car Sa compassion, Sa douceur et Son pardon sont infinis. Tout ce qu’Il crée pour les vertueux a un but. Il est omnipotent.

Celui qui se confie à Allah, Possesseur de toutes les créatures et Contrôleur de tous les événements, et se rapproche de Lui, il se débarrasse des craintes, des inquiétudes, des soucis et difficultés. Car pour celui qui se conforme à Sa religion, c’est la simplicité et la beauté de celle-ci qui importent avant tout. Par ailleurs, Allah a établi Ses commandements en fonction des dispositions humaines ; c’est pourquoi ils n’engendrent aucune difficulté.

Dans le Coran, Allah déclare ouvertement que la religion est simple et qu’Il facilitera les choses à ceux qui suivent Sa religion :

Nous te mettrons sur la voie la plus facile. (Sourate al-Ala, 8)

…C’est Lui Qui vous a élus ; et Il ne vous a imposé aucune gêne dans la religion, celle de votre père Abraham… (Sourate al-Hajj, 78)

Notre Prophète (pbsl), à la lumière de ces versets, nous invite à suivre notre religion: « La religion est simplicité. » (Sahih Bukhari)

Les polythéistes, ou ceux qui rejettent la religion et essaient d’en écarter les gens ont fait passer comme parties intégrantes de la religion des pratiques et des croyances jugées difficiles. De plus, certains veulent se montrer plus pieux en pratiquant des actes plus difficiles. Or, notre Prophète (pbsl) a constamment ordonné aux musulmans de « faciliter » la religion. Aussi, les musulmans vertueux devraient-ils suivre ce commandement et ne pas compliquer ce qui est simple. Voici l’une des paroles de notre Prophète (pbsl) à ce sujet :

Rendez les choses faciles et non difficiles aux gens, et apaisez-les (avec de bonnes nouvelles) et ne les repoussez pas.(Sahih Bukhari)s

Suivant le conseil de notre Prophète (pbsl), nous rappelons dans ce livre que vivre la religion d’Allah est simple. La religion de l’Islam encourage le mode de vie le plus approprié au tempérament, au confort et au bonheur de l’être humain : les valeurs morales du Coran garantissent la meilleure vie possible.

Le Coran, Un Guide Vers La Simplicite

Nous n’avons point fait descendre sur toi le Coran pour que tu sois malheureux, si ce n’est qu’un rappel pour celui qui redoute Allah. (Sourate Ta-Ha, 2-3)

Afin de guider l’humanité vers la vérité, d’atteindre la réalité absolue et d’acquérir la science à propos de la religion, Allah a envoyé des messagers et des livres saints à travers l’histoire. Le Coran est le dernier des livres révélés. Un verset souligne la qualité de guide du Coran :

Et Il fit descendre la Thora et l’Evangile auparavant, en tant que guide pour les gens. Et Il a fait descendre le Discernement (Coran). Ceux qui ne croient pas aux révélations d’Allah auront, certes, un dur châtiment ! Et, Allah est puissant, détenteur du pouvoir de punir. (Sourate al-Imran, 4)

Les livres antérieurs au Coran ont tous été falsifiés par les polythéistes et les détracteurs de la religion. L’ajout de superstitions et de fausses croyances les a altérés. Mais Allah annonça clairement dans Ses versets que seul le dernier livre saint, le Coran, sera protégé de toute corruption jusqu’au jour du jugement :

En vérité c’est Nous qui avons fait descendre le Coran, et c’est Nous qui en sommes gardien. (Sourate al-Hijr, 9)

Le faux ne l’atteint ni par devant ni par derrière : c’est une révélation émanant d’un Sage, Digne de louange. (Sourate Fussilat, 42)

La validité et la protection spéciale dont jouit le Coran confortent les croyants. Ils peuvent ainsi avoir pleinement confiance en chacun de ses commandements et jugements. Ils les appliquent sans que leurs cœurs ne ressentent ressentiment ou doute. Avoir un tel guide, digne de confiance est une grande bénédiction de la part d’Allah. Dans l’un de Ses versets, Allah nous informe de la place spéciale du Coran chez les croyants :

Et Nous avons fait descendre sur toi le Livre, comme un exposé explicite de toute chose, ainsi qu’un guide, une grâce et une bonne annonce aux musulmans. (Sourate an-Nahl, 89)

Tout individu qui prend le Coran pour guide connaît le but de sa création, les moyens d’atteindre l’approbation et la miséricorde d’Allah, sait comment mériter le paradis, comment sera la vie dans le paradis et dans l’enfer, les secrets de la création d’Allah, les meilleures valeurs morales et bien d’autres choses de la manière la plus correcte et la plus complète.

Toute question concernant la religion peut trouver une réponse dans le Coran :

Ils ne t’apporteront aucune parabole, sans que Nous ne t’apportions la vérité avec la meilleure interprétation.(Sourate al-Furqane, 33)

Dans la mesure où tout le savoir à propos de la religion est inclus dans le Coran, il n’y a pas lieu de contester. L’une des fonctions du Coran est justement de clarifier les questions pouvant soulever d’éventuels désaccords :

Et Nous n’avons fait descendre sur toi le Livre qu’afin que tu leur montres clairement le motif de leur dissension, de même qu’un guide et une miséricorde pour des gens croyants. (Sourate an-Nahl, 64)

Comme l’indique ce verset, le Coran est une grande bénédiction et un guide pour ceux qui ont la foi en Allah et sont vertueux. A travers le Coran, Allah nous informe sur les secrets de Sa création. Par exemple, nous n’avons nulle connaissance de Satan, mais Allah nous apprend son existence, son caractère insidieux, ses caractéristiques, ses objectifs, ses manières d’aborder les hommes, ses tactiques et bien d‘autres choses encore. Le Coran mentionne également comment se libérer de l’influence de Satan. Tout ce que le Coran enseigne aux croyants à propos de Satan aiguise leur vigilance envers leurs ennemis invisibles et trompeurs.

Le Coran est un livre très complet attrayant pour tous. Par conséquent, au Jour du Jugement, lorsque les hommes devront rendre compte de leurs actes, ils ne pourront pas dire qu’ils n’avaient pas eu connaissance du bien et du mal. Au moyen du Coran, Allah met en garde les hommes de la meilleure façon et Il les éclaire sur les thèmes vitaux de leurs vies.

Au nom de la simplicité, Allah explique Ses points de manière variée car Il les veut clairs pour tous :

Nous leurs avons, certes, apporté un Livre que Nous avons détaillé, en toute connaissance, à titre de guide et de miséricorde pour les gens qui croient. (Sourate al-Araf, 52)

… Regarde comment Nous exposons Nos versets. Peut-être comprendront-ils ? (Sourate al-Anam, 65)

En dépit de ces déclarations divines, beaucoup commettent l’erreur de croire que le Coran n’est pas accessible à tous. Nombreux sont ceux qui pensent, en effet, qu’il faut une longue éducation pour pouvoir lire, comprendre et vivre selon les enseignements du Coran. Ceux-là n’ont certainement jamais lu le Coran. Ou s’ils l’ont fait, ils n’ont pas essayé de le comprendre, s’étant conditionnés à l’avance sur le caractère inaccessible du Coran. Or, le Coran est aussi clair que le cristal. Son style est facile pour le lecteur sincère.

Quelle bénédiction ! Dans un verset, Allah déclare avoir simplifié le Coran afin que l’on puisse le lire et le comprendre sans difficulté :

Nous l’avons rendu (le Coran) facile à comprendre ta langue, afin que tu annonces par lui la bonne nouvelle aux gens pieux, et que, tu avertisses un peuple irréductible. (Sourate Maryam, 97)

Puisque Allah, par Sa miséricorde et Sa compassion, a rendu la religion compréhensible pour tous, il ne nous reste donc plus qu’à réfléchir sur Ses paroles et à agir en conséquence. Pourtant, beaucoup optent pour la difficulté lorsque la voie est simple. Ils recherchent ce qui contribue à les égarer. Ils s’éloignent du Coran, qui seul peut leur enseigner le but de la vie et les sauver pour l’éternité. C’est pour cela que notre Prophète (pbsl) s’adresse à Allah :

Seigneur, mon peuple a vraiment pris ce Coran pour une chose délaissée ! (Sourate al-Furqane, 30)

Les véritables croyants, dont les cœurs sont satisfaits et soumis à Allah, savent que le Coran fut envoyé par le Tout-Puissant et le Sage à titre de guide vers le droit chemin. Allah nous indique également que le Coran est « une guérison et une miséricorde pour les croyants » (Sourate al-Isra, 82). Au fil des versets du Coran, tous les doutes et questions soulevés dans les esprits sont abolis. Les lecteurs y apprennent la moralité et le mode de vie qui leur conviennent mieux.

C’est là un point très important : Allah créa l’homme de telle sorte que s’il vit selon l’Islam, il peut être heureux, en bonne santé et en paix mentale et physique. Il n’existe pas d’autres moyens d’atteindre cet équilibre, même si on le recherche pendant des centaines de millions d’années. Se conformer au Coran est la seule manière d’être bien dans ce monde et dans le suivant. Dans le verset suivant, Allah déclare que le Coran est le seul véritable Livre qui élève les hommes de l’obscurité vers la lumière :

Alif, Lam, Ra. Voici un livre que nous avons fait descendre sur toi, afin que – par la permission de leur Seigneur – tu fasses sortir les gens des ténèbres vers la lumière, sur la voie du Tout Puissant, du Digne de louange. (Sourate Ibrahim, 1)

En suivant la lumière du livre d’Allah et en se soumettant à sa loi directrice, l’individu connaîtra la facilité et mènera une vie magnifique dans ce monde et dans l’au-delà, par la volonté d’Allah.

Allah N’enjoint Que Ce Qui Est Simple

La connaissance religieuse repose principalement sur ce que les gens entendent dès leur enfance. Parce qu’ils n’ont pas appris l’Islam à sa source, c’est-à-dire dans le Coran et les hadiths authentiques, ils sont la proie de superstitions et d’idées préconçues à propos de la religion. L’une de ces croyances les plus nocives est qu’il est difficile de pratiquer l’Islam : cela est complètement faux.

Au cours de l’histoire, nombreux sont ceux qui ont tenté de faire dévier la religion de son essence et d’empêcher sa pratique. En inventant de faux rites et des superstitions, ils ont contribué à éloigner les hommes de la religion, intentionnellement ou non. Cependant, d’après les paroles d’Allah dans le Coran et les traditions de notre Prophète (pbsl), la pratique de la religion est simple pour les êtres sincères.

Tout d’abord, nous devons comprendre et accepter l’affirmation d’Allah qu’Il a créé les humains et tout le reste de l’univers à partir du néant. Ainsi, Allah connaît l’être humain mieux que personne. Il est plus près de lui que sa propre veine jugulaire. C’est en connaissance de cause qu’Il a créé une religion conforme aux caractéristiques humaines.

Dirige tout ton être vers la religion exclusivement, telle est la nature que Allah a originellement donnée aux hommes – pas de changement à la création d’Allah. Voilà la religion de la droiture ; mais la plupart des gens ne savent pas. (Sourate ar-Rum, 30)

En raison de la compassion et de la douceur d’Allah, toutes les vraies religions envoyées au fil des âges étaient composées de commandements faciles à appliquer. Allah a, en effet, toujours souhaité la facilité pour Ses fidèles. Le verset « Allah veut pour vous la facilité  » (Sourate al-Baqarah, 185) en est la preuve. Obéir aux limites spécifiées par Allah permet de vivre de la manière la plus appropriée à ses caractéristiques.

Par opposition, certains croient mener une vie plus confortable en transgressant les limites de la religion. Aussi s’estiment-ils plus libres s’ils ne se soucient pas des valeurs morales. Peut-être pensent-ils que la religion engendre des restrictions compliquant la vie. Ce sont là les erreurs des individus trompés par Satan. Il est au contraire extrêmement simple de vivre la religion d’Allah et de se soumettre à Ses commandements. La réelle difficulté réside dans le fait de vivre dans un environnement qui ne reconnaît pas les limites d’Allah, ce qui peut avoir des conséquences épouvantables.

Tout d’abord, dans le contexte où la religion n’est pas pratiquée ou dans la vie de personnes non-religieuses, règnent toujours le chaos, le trouble, l’angoisse, la crainte, la tristesse et le stress, voire la dépression. Lorsque l’on ne craint pas Allah, on peut commettre toute sorte d’actes immoraux. Et puisque l’on ne connaît pas de limite, on mène une vie décousue. Dans un tel environnement, le sacrifice, l’amour, le respect ou le soutien mutuel spirituel ou matériel font défaut. C’est pourquoi une vie dénuée de la crainte d’Allah ne peut apporter le bonheur. Quand on élimine les frontières établies par la religion, on détruit l’atmosphère paisible pour laisser place à un environnement infernal, tout comme le désire Satan.

Voici un autre exemple courant de nos jours : il s’agit de la prolifération de la consommation et du commerce de la drogue, de la prostitution, de la corruption et de la fraude. Tous ces fléaux sont liés à l’absence de religion, de valeurs spirituelles ou de notion de beauté. Dans de telles circonstances, les hommes s’estiment agir librement et à leur guise. Or, la destruction spirituelle et physique due à l’absence de limites dépasse largement tout sentiment de liberté. Pensez-y ! Quels sont les bénéfices à vivre dans la prostitution, de l’abus de drogue et de l’alcool ? Vieillir prématurément, tomber malade, perdre toute vitalité et éclat, vivre dans la fatigue et dans le dénuement ? Qu’apporte une vie sans limites, vide de valeurs morales, sans but vouée au néant si ce n’est de profonds dommages physiques et émotionnels ?

Ces exemples sont loin d’être extrêmes. Le fait est que plus une personne mène une vie en dehors des frontières établies par Allah, plus sa vie sera malheureuse et difficile. Même si dans la réalité les cas vécus par des de telles gens ne sont pas si extrêmes, leur vie n’est pas autant simple et heureuse. Même si la précarité est moindre, la véritable paix intérieure ne peut jamais être atteinte. Sans compter que dans l’au-delà l’individu ayant négligé les limites d’Allah éprouvera un grand remords et subira les pires châtiments.

Ceux qui craignent Allah et appliquent correctement les commandements divins jouissent d’une place d’honneur dans ce monde et dans le suivant. Mieux encore, ils connaissent le plaisir spirituel et ont pleine conscience d’obéir à Allah. Les bonnes nouvelles et la beauté les attendent. Allah l’annonce à ceux qui cherchent Son approbation et sont conscients de Ses limites :

Ils sont ceux qui se repentent, qui adorent, qui louent, qui parcourent la terre, qui jeûnent, qui s’inclinent, qui se prosternent, qui commandent le convenable et interdisent le blâmable et qui observent les lois d’Allah… et fais bonne annonce aux croyants. (Sourate at-Tawbah, 112)

En négligeant les commandements d’Allah, donc en allant contre sa fitra, sa disposition innée, en diabolisant la foi et en prônant la mécréance, l’individu aura à affronter des épreuves difficiles dans cette vie et dans l’au-delà. Allah nous dit dans l’un de Ses versets :

… Telles sont les lois d’Allah. Quiconque cependant transgresse les lois d’Allah, se fait du tort à lui-même… (Sourate at-Talaq, 1)

Comme nous l’avons mentionné plus haut, il y a d’une part ceux qui estiment qu’il est difficile d’être religieux et d’autre part ceux qui montrent la pratique religieuse comme une souffrance. Ceux qui ne saisissent pas l’essence de la religion tendent, en effet, à prendre la religion dans ses extrêmes. Tout comme certains ignorent les limites religieuses au nom de la liberté, d’autres s’évertuent à rendre insupportables les limites instaurées par Allah, au nom de la piété. Il s’agit là, en fait, d’un piège de Satan. En prohibant des choses non-interdites, ces personnes se permettent d’établir d’autres interdictions. Pis encore, elles ne se conforment même pas aux règles qu’elles prônent et finissent par être torturées par leur conscience. A ce propos, Allah cite l’exemple des chrétiens qui ont dénaturé le Christianisme après Jésus (paix sur lui) :

Ensuite, sur leurs traces, Nous avons fait suivre Nos messagers, et Nous les avons fait suivre de Jésus fils de Marie et lui avons apporté l’Evangile, et mis dans les cœurs de ceux qui le suivirent douceur et mansuétude. Le monachisme qu’ils inventèrent, Nous ne le leur avons nullement prescrit. (Sourate al-Hadid, 27)

Aussi Allah met-Il en garde les croyants contre ce danger : ceux qui vont aux extrêmes en religion dévient en réalité de la vraie religion :

Dis : « O gens du Livre, n’exagérez pas en votre religion, s’opposant à la vérité. Ne suivez pas les passions des gens qui se sont égarés avant cela, qui ont égaré beaucoup de monde et qui se sont égarés du chemin droit. (Sourate al-Maidah, 77)

L’unique règle à suivre consiste à appliquer les commandements édictés par Allah dans le Coran et à se garder de ce qui est interdit. Puisque Allah affirme que tout est simple pour les croyants, ceux qui compliquent la religion devront rendre des comptes le Jour du Jugement. Comme pour toute chose, la vie de notre Prophète (pbsl) suffit pour modèle. Dans l’une de ses traditions, le Prophète Mohammad (pbsl) rappelle aux croyants de ne pas délaisser, ni d’excéder les limites d’Allah et affirme ensuite que la religion est simple.

« La religion est simple. Personne ne peut être sévère avec la religion. Car il sera vaincu. (C’est-à-dire que l’on doit se conformer à la simplicité de la religion. Quiconque essaie d’être ferme sera impuissant). Redressez votre ligne de conduite et soyez proche de la limite/fin. » (Ramuz al-Ahadith, vol. 1, p. 98)

On devrait évaluer la religion à la manière du Prophète (pbsl), comme l’indique la tradition ci-dessus. C’est-à-dire qu’il est faux de montrer comme difficile et incompréhensible la religion, alors qu’elle est facile à appliquer. En réalité, les commandements d’Allah sont si simples que l’on peut les respecter dans toute situation et dans tout contexte. Dans les chapitres suivants, il sera question des limites simples entre le permis et l’interdit.

La clémence au sujet de la nourriture

Allah accorda de nombreuses bénédictions comme moyens de subsistance. Des fruits colorés, des légumes, des viandes, des boissons, des graines, des fruits à coque… Chacun représente un bienfait pour l’humanité :

Ils t’interrogent sur ce qui leur permis. Dis : « Vous sont permises les bonnes nourritures. » (Sourate al-Maidah, 4)

Nous savons, grâce à Allah, que tout aliment déclaré propre, est autorisé à la consommation.

Allah nous interdit de consommer ce qui est nocif, notamment les carcasses, le sang et le porc. Allah affirme dans l’un de Ses versets :

Dis : « Dans ce qui m’a été révélé, je ne trouve d’interdit, à aucun mangeur d’en manger, que la bête trouvée morte, ou le sang qu’on a fait couler, ou la chair de porc – car c’est une souillure – ou ce qui, par perversité, a été sacrifié à autre que Allah. » Quiconque est contraint, sans toutefois abuser ou transgresser, ton Seigneur est certes pardonneur et miséricordieux. (Sourate al-Anam, 145)

Le terme « souillure » convient parfaitement pour qualifier ces aliments interdits, car le porc a, en effet, des caractéristiques pernicieuses pour la santé humaine.

La viande de porc est très grasse. Une fois ingérée, cette graisse passe dans le système sanguin, s’accumule dans les vaisseaux sanguins, fait augmenter la pression artérielle et c’est finalement la crise cardiaque. Par ailleurs, afin d’éliminer les substances toxiques se trouvant dans la graisse de porc, les ganglions lymphatiques doivent travailler plus. Cela se produit particulièrement chez l’enfant sous forme d’infections et de gonflements des ganglions. De plus, le porc contient du soufre en grandes quantités. L’excès de soufre dans le corps s’accumule dans les cartilages, les muscles et les nerfs causant des infections, la calcification et l’hernie lombaire. Il apporte également de nombreuses maladies cutanées et la trichine (celle-ci étant transmise uniquement par le porc et pouvant être mortelle pour l’homme). Seuls quelques risques liés à la consommation de porc sont mentionnés ici.

Il est par conséquent bénéfique et sain que certains aliments nocifs soient interdits à l’homme.

Il faut souligner un point important à ce niveau. C’est bien sûr Allah qui décide de ce qui est permis ou interdit. Et les hommes sont tenus responsables de leurs actes dans les limites de la loi d’Allah. C’est également par la volonté d’Allah que nous connaissons les raisons ou non d’une interdiction. Mais, pour nous simplifier les choses et pour contenter nos cœurs, Allah nous apporte des explications sur de nombreux points.

Lorsque Allah mentionne les aliments interdits dans le Coran, Il précise également comment réagir dans toute sorte de situations. Toute confusion est ainsi épargnée. Voici quelques versets à ce sujet :

Mangez donc de ce que Allah vous a attribué de licite et de bon. Et soyez reconnaissants pour les bienfaits d’Allah, si c’est Lui que vous adorez. Il vous a, en effet, interdit la chair de la bête morte, le sang, la chair de porc, et la bête sur laquelle un autre nom que celui d’Allah a été invoque. Mais quiconque en mange sous contrainte, et n’est ni rebelle ni transgresseur, alors Allah est pardonneur et miséricordieux. (Sourate al-Nahl, 114-115)

Le rappel du pardon et de la protection d’Allah rassure le croyant car, être humain qu’il est, il est faible. Il peut commettre des erreurs, oublier ou agir contre sa volonté. Cependant, le repentir sincère appelle le pardon et la protection d’Allah.

L’aisance accordée à celui qui prie

La prière est un devoir du musulman qu’il doit accomplir à des moments déterminés par Allah. Le musulman se doit de l’accomplir tout au long de sa vie. Certains attendent leurs vieux jours pour commencer à la faire. Pourtant, la prière, comme les autres actes d’adoration, est extrêmement simple à faire.

Il faut souligner que tout ce que Allah a décrété comme obligatoire relève de la responsabilité individuelle. S’il accomplit son devoir envers Allah, l’individu peut espérer Sa satisfaction, Sa miséricorde et le paradis. La simplicité des rites d’adoration est le signe de Sa miséricorde et de Sa compassion. C’est pourquoi le manque de force ou la difficulté ne seront pas des excuses pour ceux qui ignorent leurs devoirs (à l’exception de ceux cités dans le Coran comme étant irresponsables).

Les ablutions sont très simples à effectuer. Aussi est-il possible, si l’on ne dispose pas d’eau, d’avoir recours au tayammum – c’est-à-dire la substitution du sable, de la pierre ou de la neige à l’eau. Grâce au tayammum, on peut faire les ablutions dans toutes les situations. Un verset nous indique comment effectuer le tayammum :

… Et si vous êtes dans un état d’impureté majeure, alors purifiez-vous par un bain ; mais si vous êtes malades, ou en voyage, ou si l’un de vous revient du lieu où il a fait ses besoins ou si vous avez touché aux femmes et que vous ne trouviez pas d’eau, alors recourez à la terre pure, passez-en sur vos visages et vos mains. Allah ne veut pas vous imposer quelque gêne, mais Il veut vous purifier et parfaire sur vous Son bienfait. Peut-être serez-vous reconnaissants. (Sourate al-Maidah, 6)

Allah ne veut pas imposer de lourdes exigences aux hommes. Les commandements divins sont très faciles à appliquer pourvu qu’on ait la foi. Grâce à la grande miséricorde divine, les formes d’adoration et le mode de vie les plus simples sont prônés. Ceux qui les appliquent mériteront alors l’approbation divine et le paradis.

Raccourcir la prière par temps de guerre

D’après le Coran, des assouplissements sont possibles à certains moments. Ainsi, à l’époque du Prophète Mohammad (pbsl), lorsque les croyants combattaient les ignorants, Allah leur permettait de raccourcir leurs prières pendant la bataille – toutefois lorsque cela s’avérait impératif :

Lorsque vous êtes en déplacement, rien ne s’oppose à ce que vous abrégiez la salât, si vous craignez d’être inquiétés par les infidèles qui sont pour vous des ennemis déclarés. (Sourate an-Nisa, 101)

Tout décret d’Allah est plein de bienfait et de sagesse pour les croyants. Allah ne veut pas imposer de fardeau à Ses sujets. En cela, Il est le véritable ami des croyants et leur unique protecteur.


L’indulgence à propos du jeûne

Il est du devoir des musulmans de jeûner pendant le mois de Ramadan. Pourtant Allah mentionne certaines exceptions comme la maladie ou le voyage qui lèvent l’obligation. Cela prouve bien qu’Il nous souhaite la facilité et non la difficulté :

Ces jours sont le mois de Ramadan au cours duquel le Coran a été descendu comme guide pour les gens, et preuves claires de la bonne direction et du discernement. Donc quiconque d’entre vous est présent en ce mois, qu’il jeûne ! Et quiconque est malade ou en voyage, alors qu’il jeûne un nombre égal d’autres jours. – Allah veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la difficulté pour vous, afin que vous en complétiez le nombre et que vous proclamiez la grandeur d’Allah pour vous avoir guidés, et afin que vous soyez reconnaissants ! (Sourate al-Baqarah, 185)

A travers ces versets, la simplicité voulue par Allah pour le jeûne reflète la simplicité de toute la religion. Ceux qui fuient leurs obligations religieuses sous prétexte qu’elles sont complexes ont bien peu de connaissance en terme de religion, et se trompent grandement.

Les individus non responsables de leurs actes

Une autre marque de compassion divine se manifeste dans le fait que les handicapés et les malades mentaux n’ont pas les mêmes responsabilités :

Nul grief n’est à faire à l’aveugle, ni au boiteux ni au malade. Et quiconque obéit à Allah et à Son messager, Il le fera entrer dans des jardins sous lesquels coulent les ruisseaux. Quiconque cependant se détourne, Il le châtiera d’un douloureux châtiment. (Sourate al-Fath, 17)

En soulageant les individus diminués physiquement et mentalement de leurs devoirs de culte, Allah fait preuve d’infinie compassion. Le verset suivant cite clairement que Allah ne veut pas la difficulté ; c’est bien là le signe de Sa douceur et de Sa miséricorde :

Et si Allah avait voulu, Il vous aurait accablés. Certes Allah est puissant et sage. (Sourate al-Baqarah, 220)

L’indulgence à propos de la rupture de serments faits par inadvertance

Faire des serments est courant, d’autant plus lorsqu’il est question de promesses. Les honorer doit être caractéristique du croyant. Or, l’être humain est oublieux. Il se peut que le croyant oublie par mégarde sa promesse. Dans ce cas-là, il n’est pas tenu responsable des serments faits au hasard, lors d’une absence mentale ou par habitude. Le respect des serments sera vérifié le Jour du Jugement, à l’exception des serments faits au hasard ou sans but. Voici les versets relatifs :

Ce n’est pas pour les expressions gratuites dans vos serments que Allah vous saisit : Il vous saisit pour ce que vos cœurs ont acquis. Et Allah est pardonneur et patient. (Sourate al-Baqarah, 225)

Allah accorde une autre concession à ceux qui prennent des serments en Son nom dans un but, mais souhaitent ensuite les rompre en faisant pénitence :

Allah vous a prescrit certes, de vous libérer de vos serments. (Sourate at-Tahrim, 2)

Allah ne vous sanctionne pas pour la frivolité dans vos serments, mais Il vous sanctionne pour les serments que vous avez l’intention d’exécuter. L’expiation en sera de nourrir dix pauvres, de ce dont vous nourrissez normalement vos familles, ou de les habiller, ou de libérer un esclave. Quiconque n’en trouve pas les moyens devra jeûner trois jours. Voilà l’expiation pour vos serments, lorsque vous avez juré. Et tenez à vos serments, Ainsi Allah vous explique Ses versets, afin que vous soyez reconnaissants ! (Sourate al-Maidah, 89)

Allah permet au croyant d’agir aisément selon sa situation. Il est, bien sûr, plus juste d’honorer les serments ; mais le croyant est humain, et donc faible, il n’est pas à l’abri de l’oubli. Par ailleurs le contexte du serment peut avoir évolué au moment d’honorer l’engagement. Souhaitant le bien-être de tous, Allah nous explique comment expier les écarts. En cela, Il offre une issue à tous.

En plus d’expier son acte, la compensation fera également réfléchir le croyant avant toute promesse future. Cela contribue à aiguiser sa conscience et sa prise de décision.

Jusqu’ici nous nous sommes attachés à montrer que Allah a établi une religion simple. En toute circonstance, l’Islam est une religion de simplicité. La sincérité et la reconnaissance du musulman lui assureront une pratique religieuse tranquille.

L’épreuve d’Allah est très simple

Au cours de leurs vies, les non-croyants se fixent des objectifs généralement axés sur la vie de ce monde. Ils rêvent de devenir docteur, ingénieur, un bon père, un riche homme d’affaires, un artiste mondialement connu… Ils luttent, travaillent dur et sacrifient beaucoup pour atteindre le succès, le bonheur ou le confort matériel. Ils se concentrent sur leur quête d’un certain statut. Absorbés dans leurs affaires, ils oublient ou ignorent leur raison d’être dans ce monde.

Pour rectifier cela, il faut faire une pause et réfléchir à sa vie et à sa mort. « Pourquoi suis-je ici ? » « Pourquoi suis-je vivant ? » « Certes, j’ai réussi. Je suis devenu riche. Je suis honoré. Je suis célèbre. Mais qu’est-ce que cela m’apporte? Quel service cela me rend-il après la mort ? Quel bénéfice vais-je tirer dans l’au-delà de tout ce que je laisserai derrière moi ? Mon existence se limite-t-elle à ma vie dans ce monde ? » Voilà les principales questions que l’on doit se poser avant que la mort ne frappe à l’improviste.

Bien sûr qu’on peut avoir une carrière et il n’est pas blâmable de vouloir réussir et d’y travailler dur. Cependant, il est essentiel de ne pas oublier que le travail doit contribuer à nous rapprocher de notre but ultime. L’aspect éphémère de la vie terrestre ne doit pas occulter notre finalité.

Allah créa les hommes uniquement pour qu’ils Le servent et Il créa l’univers pour éprouver les hommes et déterminer leur statut dans l’au-delà. Cela est évoqué dans le Coran :

Celui qui a créé la mort et la vie afin de vous éprouver et de savoir qui de vous est le meilleur en œuvre, et c’est Lui le Puissant, le Pardonneur. (Sourate al-Mulk, 2)

Allah fournit de nombreuses preuves pour que nous comprenions l’aspect éphémère de ce monde et l’éternité de notre demeure dans l’au-delà.

Il existe des centaines de maladies. Un virus microscopique peut menacer la vie d’êtres des millions de fois plus grands que lui. L’homme a besoin d’un minimum d’hygiène, de nourriture et de repos. L’espérance de vie de l’homme est courte, entre 60 et 70 ans en moyenne. Le temps appose invariablement ses marques sur l’homme. Tout individu mourra, en laissant ses êtres aimés et ses biens. Le corps finit par se décomposer. Cela doit suffire à faire comprendre que la vie est courte et imparfaite. Le monde terrestre ne satisfera jamais l’âme humaine. C’est pourquoi il est inutile de s’y attacher. Le Coran nous dit que le monde ne fut pas créé de manière fortuite :

Ce n’est pas par jeu que Nous avons créé le ciel et la terre et ce qui est entre eux. Si nous avions voulu prendre une distraction, Nous l’aurions prise de Nous-mêmes, si vraiment Nous avions voulu le faire. (Sourate al-Anbiya, 16-17)

En réfléchissant un tant soit peu, il devient évident que nous ne resterons pas dans le monde éternellement. Le monde d’ici-bas n’est qu’un lieu d’épreuves. Cette vie n’est pas le dernier arrêt : elle ne représente qu’un lieu de transit et il faudra rendre compte de chaque action. Nous avons une responsabilité envers Allah, Lui qui a créé tout à partir du néant.

Si nous admettons cela, faisons un pas en avant : Allah éprouve les hommes à travers différentes situations, agréables ou désagréables. Tous les incidents constituent des épreuves qui détermineront quelle sera notre demeure éternelle après la mort. Allah mit toutefois ces tests à la portée de tous. Il nous indique quel chemin prendre et comment agir :

En effet, Nous avons créé l’homme d’une goutte de sperme mélangé pour le mettre à l’épreuve. Nous l’avons fait entendant et voyant. Nous l’avons guidé dans le chemin, – qu’il soit reconnaissant ou ingrat. (Sourate al-Insan, 2-3)

Comme l’indiquent ces versets, Allah guide clairement l’individu en mettant la connaissance religieuse et la moralité à sa portée. Inévitablement nous sommes tous invités à la religion avant que ne survienne la mort. Nous avons tous, d’une manière ou d’une autre, l’occasion d’apprendre ce qui est juste. Réitérons que nous savons tous que le monde est un endroit temporaire ; aussi devons-nous agir de sorte à plaire à Allah et à garantir notre vie dans l’au-delà. En d’autres termes, les épreuves envoyées ne sont pas insurmontables. Nous en avons conscience et nous disposons des moyens pour les réussir. Les messagers, les livres révélés ainsi que notre conscience nous guident vers le droit chemin et nous protègent de ce qui peut nous nuire. Pour ceux qui croient en Allah, se soumettent à Lui entièrement, voient en Lui un ami et un protecteur, s’adressent à Lui en toute situation, chaque épreuve est facile et agréable. Le secret de la foi et la sincérité envers Allah immunisent contre les difficultés, la tristesse, la souffrance et les complications de la vie. Tout devient alors bénédiction, occasion de se rapprocher d’Allah et d’espérer un peu plus le paradis.

La foi sincère nécessite la connaissance d’Allah. Plus on reconnaît Son pouvoir, plus on se rapproche de Lui et plus on devient pieux. Par exemple, il suffit de prendre conscience que Allah pardonne facilement pour se prémunir contre le désespoir ou le pessimisme. Allah est Celui qui pourvoit : alors pourquoi devenir avide d’argent ? Allah pourvoit à nos besoins, quels que soient nos efforts : Il détermine la quantité de bienfaits et nous n’y pouvons rien changer mais cela n’implique pas que l’on s’abstienne d’agir. Le monde est simple et beau pour qui connaît Allah et œuvre constamment vers Lui. Chaque instant apporte une révélation. En somme, pour les musulmans pieux soumis à Allah, le test envoyé par Allah est extrêmement simple et agréable.

Allah pardonne

L’infinie miséricorde d’Allah est une grande bénédiction pour les hommes, parce qu’ils sont des créatures faibles et parfois négligentes : ils sont enclins à oublier et à commettre des erreurs. Allah, dans Son infinie compassion, offre toujours la possibilité aux pêcheurs de se repentir. Si le musulman souhaite sincèrement la rémission de ses fautes, il peut compter sur le pardon d’Allah. Le Coran nous informe que  » … Allah veut accueillir votre repentir…  » (Sourate an-Nisa, 27) Le verset suivant revient également sur la magnanimité d’Allah :

Quiconque agit mal ou fait du tort à lui-même, puis aussitôt implore d’Allah le pardon, trouvera Allah pardonneur et miséricordieux. (Sourate an-Nisa, 110)

Allah multiplie les occasions de solliciter Son pardon. Il suffit au croyant d’écouter sa conscience avant que l’heure de la mort n’arrive. Il admet alors son erreur et ne souhaite pas la répéter. Le Coran nous apprend que seule la repentance des personnes non sincères ne sera pas acceptée.

Mais l’absolution n’est point destinée à ceux qui font de mauvaises actions jusqu’au moment où la mort se présente à l’un d’eux, et qui s’écrie : « Certes, je me repens maintenant » – non plus pour ceux qui meurent non-croyants. Et c’est pour eux que Nous avons préparé un châtiment douloureux. (Sourate an-Nisa, 18)

En pardonnant les erreurs, en différant les punitions ici-bas et en accordant de nouvelles occasions à tout instant, Allah manifeste Sa douceur, Sa clémence et Sa mansuétude. Si les hommes devaient être punis pour leurs péchés immédiatement, il ne resterait plus aucun homme sur terre :

Si Allah s’en prenait aux gens pour leurs méfaits, Il ne laisserait sur cette terre aucun être vivant. Mais Il les renvoie jusqu’à un terme fixe. Puis, quand leur terme vient, ils ne peuvent ni le retarder d’une heure ni l’avancer. (Sourate an-Nahl, 61)

Peu importe les péchés, il n’est jamais trop tard pour changer. Peu importe le nombre d’erreurs, peu importe le degré d’égarement par rapport à la religion dans le passé. Il suffit de se repentir sincèrement et de devenir un pieux serviteur d’Allah. Les péchés feront alors partie des souvenirs et serviront de leçons, afin de ne pas les répéter à l’avenir. Allah ne demandera pas de compte sur l’égarement passé des musulmans pieux, une fois qu’ils ont trouvé le droit chemin :

Allah a pardonné ce qui est passé ; mais quiconque récidive, Allah le punira. Allah est puissant et détenteur du pouvoir de punir. (Sourate al Maidah, 95)

Dis à ceux qui ne croient pas que, s’ils cessent, on leur pardonnera ce qui s’est passé. Et s’ils récidivent, ils seront châtiés à l’exemple de leurs prédécesseurs. (Sourate al Anfal, 38)

Sans nul doute, cela correspond bien à une grande concession de la part d’Allah.

Allah répond à toutes les prières – Il est proche de tous

Dans certains cercles religieux qui ont dévié de la religion, la prière a été rendue complexe par les superstitions. Ainsi, des heures précises de prière sont instaurées même si en réalité on peut prier à tout moment. Ou alors des intermédiaires sont placés entre les fidèles et Allah. Allah met en garde contre ce genre de falsification :

Je propose pour le paragraphe ci-haut:  » Dans certain milieux religieux…les superstitions et les intérmédiaires qui sont placés…  »

C’est à Allah qu’appartient la religion pure. Tandis que ceux qui prennent des protecteurs en dehors de Lui disent : « Nous ne les adorons que pour qu’ils nous rapprochent davantage d’Allah. » En vérité, Allah jugera parmi eux sur ce en quoi ils divergent. Allah ne guide pas celui qui est menteur et grand ingrat. (Sourate az-Zumar, 3)

Le besoin d’intermédiaire pour s’adresser à Allah est inspiré par ceux qui veulent alourdir la religion. Car comme le dit le verset 50 : 16 du Coran,  » Nous avons effectivement créé l’homme et Nous savons ce que son âme lui suggère et Nous sommes plus près de lui que sa veine jugulaire ». Allah est plus proche de l’homme que quiconque.

L’individu n’a pas besoin d’horaires spéciaux pour invoquer Allah. Il peut le faire à tout instant. Il peut Le solliciter lorsqu’il souhaite une chose, lorsqu’il se déplace d’un endroit à un autre, ou tout simplement quand il descend les escaliers, quand il fait des courses, quand il prépare le dîner, quand il regarde la télévision, dans l’ascenseur, quand il attend quelqu’un, quand il se couche, quand il se lève, quand il mange, quand il conduit… En somme, à chaque instant et n’importe où Allah peut être invoqué. Allah sait tout, même ce qui est caché au plus profond de soi.

Ainsi, le musulman qui prie Allah sait qu’Il répond à toutes les prières. Allah simplifie les choses pour ceux qui ont besoin de Lui et qui se tournent vers Lui :

N’est-ce pas Lui qui répond à l’angoissé quand il L’invoque, et qui enlève le mal, et qui vous fait succéder sur la terre, génération après génération. Y a-t-il donc une divinité avec Allah ? C’est rare que vous vous rappeliez! (Sourate an-Naml, 62)

Dans de nombreux versets du Coran, Allah mentionne Sa proximité des êtres humains. Il sera un gardien pour ceux qui s’adressent à Lui. Il répondra immanquablement à la prière de Ses serviteurs.

Et quand Mes serviteurs t’interrogent sur Moi, alors Je suis tout proche : Je réponds à l’appel de celui qui Me prie quand il Me prie. Qu’ils répondent à Mon appel, et qu’ils croient en Moi, afin qu’ils soient bien guidés. (Sourate al-Baqarah, 186)

Les croyants devraient méditer une fois de plus ce bienfait d’Allah. Ils devraient œuvrer à vivre pour Le satisfaire. Car par Sa clémence, le Possesseur de tout l’univers promet de répondre à toutes leurs requêtes. Et Allah ne faillit jamais à Sa promesse.

Allah ne fait jamais peser une charge sur quiconque au-delà de ses capacités

Les situations dures à vivre sur le moment ont une intensité proportionnelle à ce que l’on peut endurer. Allah, le Créateur des êtres humains sait mieux ce qu’ils peuvent tolérer en terme de fardeaux et d’épreuves.

A plusieurs reprises, Allah affirme qu’Il n’affligera pas l’homme au-delà de ce qu’il peut supporter et qu’aucune injustice ne sera commise :

Allah n’impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité. Elle sera récompensée du bien qu’elle aura fait, punie du mal qu’elle aura fait. (Sourate al-Baqarah, 286)

Et ceux qui croient et font de bonnes œuvres – Nous n’imposons aucune charge à personne que selon sa capacité – ceux-là seront les gens du paradis : ils y demeureront éternellement. (Sourate al-Araf, 42)

Bien évidemment, chacun aura son lot d’épreuves. Mais au bout du compte, Allah testera la force. Par exemple, certains vivent dans le dénuement et c’est donc leur patience à l’égard de la pauvreté qui est éprouvée. Certains vivent dans l’opulence et là ce sont leur gratitude envers Allah, leur moralité, leur attachement aux biens matériels qui sont testés. En fin de compte, le pauvre et le riche vivent la vie qui leur est destinée. Peu importe si l’indigent devient plus pauvre encore, c’est un obstacle qu’il est capable de gérer. De même, quelle que soit la quantité de biens amassés, le riche ne doit pas pour autant devenir ingrat. Leur fidélité à Allah et leur crainte du Jour du Jugement les poussent à respecter les commandements divins et à appliquer les valeurs morales du Coran. C’est ainsi qu’ils peuvent tous surmonter les obstacles qu’ils rencontrent. Leur secours vient d’Allah, ainsi que Sa satisfaction d’eux. Ils ne montrent pas de déception face aux difficultés, si intenses soient-elles, ils ne dévient pas du droit chemin. Ils ont confiance en Allah, c’est pourquoi Il leur facilite les situations les plus complexes par Sa mansuétude. Dans la sourate al-Kahf, le verset 88 clarifie ce point : « Et quant à celui qui croit et fait bonne œuvre, il aura, en retour, la plus belle récompense. Et nous lui donnerons des ordres faciles à exécuter. » Allah attire notre attention sur cette vérité dans d’autres versets également :

Celui qui donne et craint Allah et déclare véridique la plus belle récompense. Nous lui faciliterons la voie au plus grand bonheur. (Sourate al-Layl, 5-7)

Ceux qui ne font pas confiance à Allah voient les choses les plus simples comme étant difficiles. Leur ingratitude, leur rejet de la religion, et leur distance par rapport aux valeurs du Coran, leur valent la souffrance dans ce monde :

Et quant à celui qui est avare, se dispense de l’adoration d’Allah, et traite de mensonge la plus belle récompense, Nous lui faciliterons la voie à la plus grande difficulté, et à rien ne lui serviront ses richesses quand il sera jeté au Feu. C’est à Nous, certes, de guider. (Sourate al-Layl, 8-12)

Allah accorde la facilité après chaque difficulté

Allah nous annonce la bonne nouvelle qu’Il apporte l’aise après l’épreuve. Les versets suivants sont explicites :

A côté de la difficulté est, certes, une facilité ! A côté de la difficulté, est certes, une facilité ! (Sourate as-Sarh, 5-6)

Lorsque nous nous penchons sur la vie du Prophète (pbsl) et des pieux personnages dans le Coran, il est frappant de voir que Allah fait toujours venir la paix après les turbulences. Allah, par Son attribut, « Le Conquérant », ouvre toutes les voies.

Le Coran cite l’exemple de croyants qui ont dû quitter leurs maisons et émigrer à cause des persécutions qu’ils ont subies au nom d’Allah. Ils ont dû abandonner leur travail, leur maison, leur jardin, leurs biens et s’installer dans des contrées où ils ne connaissent personne. Vue de l’extérieur, cette situation semble pénible. Or, dans la sourate an-Nisa’, Allah nous apprend qu’Il facilita la situation de ces émigrants et qu’Il les bénit :

Et quiconque émigre dans le sentier d’Allah trouvera sur terre maints refuges et abondance. Et quiconque sort de sa maison, émigrant vers Allah et Son messager, et que la mort atteint, sa récompense incombe à Allah. Et Allah est pardonneur et miséricordieux. (Sourate an-Nisa, 100)

Allah a tenu la promesse qu’Il a faite aux croyants de l’époque du Prophète (pbsl). Les compagnons du Prophète (pbsl), peu intéressés par les biens matériels et courageux face à l’adversité au nom d’Allah, ont reçu leur subsistance de la part d’Allah. Allah a beaucoup facilité leur tâche. La miséricorde dont ils ont joui est mentionnée dans le Coran :

Et rappelez-vous quand vous étiez peu nombreux, opprimés sur terre, craignant de vous faire enlever par des gens. Il vous donna asile, vous renforça de Son secours et vous attribua de bonnes choses afin que vous soyez reconnaissants. (Sourate al-Anfal, 26)

La vie des autres prophètes regorge d’exemples. Le soulagement a succédé à l’épreuve à plusieurs reprises au cours de la vie du Prophète Joseph (psl). Il a d’abord été jeté dans un puits par ses frères. Les membres d’une caravane qui l’ont trouvé, l’ont vendu ensuite à un dignitaire comme esclave. Peu après, accusé à tort pour un méfait, il a été emprisonné. A première vue, la vie de Joseph paraît être vouée au malheur. Cependant, Allah l’a récompensé pour les valeurs morales dont il a fait preuve et pour sa gratitude. La facilité a suivi la difficulté puisque Joseph (psl) a été nommé à la tête du trésor et est devenu par conséquent un important gouverneur.

Pour sa part, le Prophète Moïse (psl), dans sa lutte contre l’un des êtres les plus féroces – Pharaon –, a imposé sa supériorité avec l’aide et le soutien d’Allah. Lorsque Moïse (psl) a prié Allah de l’assister par son frère Aaron (psl), Allah a exaucé sa requête. Il lui a accordé, par ailleurs, des pouvoirs miraculeux pour vaincre les sorciers de Pharaon. Le Prophète Moïse (psl), même dans les moments les plus éprouvants, n’a pas oublié le secours d’Allah. Aussi quand il a été pourchassé par l’armée de Pharaon et freiné par la Mer Rouge, il a rappelé à ses compagnons que Allah les avait toujours aidés et qu’Il allait leur trouver une issue.

Il dit : « Jamais, car j’ai avec moi mon Seigneur qui va me guider. » Alors Nous révélâmes à Moïse : « Frappe la mer de ton bâton. » Elle se fendit alors, et chaque versant fut comme une énorme montagne. Nous fîmes approcher les autres. Et Nous sauvâmes Moïse et tous ceux qui étaient avec lui ; ensuite Nous noyâmes les autres. (Sourate as-Shuaraa, 62-66)

Autre illustration : l’épisode où le Prophète Mohammed (pbsl) s’est vu obligé de se réfugier avec son compagnon dans une grotte pour échapper à ceux qui le pourchassaient. La présence de ce compagnon a représenté pour Mohammad (pbsl) un soulagement alors qu’il était menacé par les non-croyants.

Si vous ne lui portez pas secours… Allah l’a déjà secouru, lorsque ceux qui avaient mécru l’avaient banni, deuxième de deux. Quand ils étaient dans la grotte et qu’il disait à son compagnon : « Ne t’afflige pas, car Allah est avec nous. » Allah fit alors descendre sur lui Sa sérénité et le soutint de soldats que vous ne voyiez pas, et Il abaissa ainsi la parole des incroyants, tandis que la parole d’Allah eut le dessus. Et Allah est puissant et sage. (Sourate at-Tawbah, 40)

En réalité, il suffit de s’intéresser au sens profond des choses pour voir comment Allah facilite tout à tous les moments de la vie. Or, ceux qui peuvent bénéficier de l’assistance divine sont ceux qui craignent Allah. Ils placent leur destinée entre Ses mains, ils savent que l’épreuve fait partie de leur lot et ils croient en Allah comme ami et gardien. Allah bénira de tels gens au moment où ils s’y attendent le moins :

… Voilà ce à quoi est exhorté celui qui croit en Allah et au Jour dernier. Et quiconque craint Allah, Il lui donnera une issue favorable, et lui accordera Ses dons par des moyens sur lesquels il ne comptait pas. Et quiconque place sa confiance en Allah, Il lui suffit. Allah atteint ce qu’Il Se propose, et Allah a assigné une mesure à chaque chose. (Sourate at-Talaq, 2-3)

Que celui qui est aisé dépense de sa fortune ; et que celui dont les biens sont restreints dépense selon ce que Allah lui a accordé. Allah n’impose à personne que selon ce qu’Il lui a donné, et Allah fera succéder l’aisance à la gêne. (Sourate at-Talaq, 7)

Allah allège les charges de ceux qui appliquent sincèrement Ses commandements. En croyant à cela, ils ne faiblissent pas devant l’adversité.

Dans la sourate al-Sharh, Allah annonce la bonne nouvelle de la facilité après la souffrance et indique qu’Il est Celui qui ôte les fardeaux :

N’avons-Nous pas ouvert pour toi ta poitrine ? Et ne t’avons-Nous pas déchargé du fardeau qui accablait ton dos ? Et exalté pour toi ta renommée ? A côté de la difficulté est, certes, une facilité ! A côté de la difficulté, est certes, une facilité ! (Sourate as-Sarh, 1-6)

Allah soutient les croyants par des moyens invisibles

Comme nous l’avons souligné au début, le monde a été créé comme lieu où la foi en Allah et en l’au-delà est testée. A première vue, ceux qui font le bien semblent vivre de la même manière que ceux qui font le mal ou même pire. Or, il n’en est rien puisque Allah facilite toujours les choses pour ceux qui croient en Lui. Même lorsque la situation paraît désespérée, Il apporte Son appui.

Allah assiste Ses sujets de manière imperceptible ou inattendue. Voici une liste non exhaustive des formes d’assistance citées dans le Coran.

Allah envoie de l’aide aux croyants à travers Ses anges

Une des manifestations de l’intervention Allah en faveur des croyants est l’envoi des anges. Ce fut le cas, au cours d’un incident vécu à l’époque de notre Prophète (pbsl) :

Lorsque tu disais aux croyants : « Ne vous suffit-il pas que votre Seigneur vous fasse descendre en aide trois milliers d’anges ? » Mais oui ! Si vous êtes endurants et pieux, et qu’ils vous assaillent immédiatement, votre Seigneur vous enverra en renfort cinq mille anges marqués distinctement. Et Allah ne le fit que pour vous annoncer une bonne nouvelle, et pour que vos cœurs s’en rassurent. La victoire ne peut venir que d’Allah, le Puissant, le Sage. (Sourate al-Imran, 124-126)

Dans un autre verset, Allah précise qu’Il aide les croyants avec des armées invisibles :

Ô vous qui croyez ! Rappelez-vous le bienfait d’Allah sur vous, quand des troupes vous sont venues et que Nous avons envoyé contre elles un vent et des troupes que vous n’avez pas vues. Allah demeure clairvoyant sur ce que vous faites. (Sourate al-Ahzab, 9)

Il est très réconfortant et encourageant pour les croyants de savoir que Allah les fera toujours triompher. Toute assistance provient d’Allah car Il possède sans nul doute tous les pouvoirs. Les croyants savent que la victoire réelle est entre les mains d’Allah. Ils n’oublient pas que les anges sauveurs sont la manifestation du soutien divin.

Et rappelez-vous le moment où vous imploriez le secours de votre Seigneur et qu’Il vous exauça aussitôt : « Je vais vous aider d’un millier d’anges déferlant les uns à la suite des autres. Allah ne fit cela que pour vous apporter une bonne nouvelle et pour qu’avec cela vos cœurs se tranquillisent. Il n’y a de victoire que de la part d’Allah. Allah est puissant est sage. (Sourate al-Anfal, 9-10)

Les croyants, rassurés que Allah aide qui Il veut à Sa manière, ne perdent pas espoir et entretiennent leur sérénité même dans les situations critiques. Grâce à cet état d’esprit, ils vivent la plus belle vie spirituelle.

Allah soutient les croyants contre leurs ennemis

Par la volonté d’Allah, les croyants ont toujours été en nombre plus faible que les non croyants. Néanmoins, les vainqueurs ont toujours été les croyants, et non les plus nombreux. Et ce, en raison des qualités octroyées par Allah, à savoir la sagesse, la sagacité, le discernement et la moralité :

Ô vous qui croyez ! Lorsque vous êtes en face d’une armée ennemie, soyez fermes et invoquez sans cesse le nom de votre Seigneur ! Votre succès est à ce prix. (Sourate al-Anfal, 45)

Dans d’autres versets, Allah informe le Prophète Mohammed (pbsl) qu’Il augmentera la puissance des musulmans à plusieurs reprises, selon Son gré. Il promet aux musulmans qu’Il leur accordera plus de pouvoirs et que la victoire sera la récompense de leur patience :

Prophète ! Incite les croyants à combattre ! S’il en est parmi vous vingt qui soient endurants, ils en vaincront deux cents, et s’il en est cent, ils vaincront mille négateurs, car les négateurs sont des gens qui manquent de discernement. Mais, pour l’instant, tenant compte de votre faiblesse, Allah entend alléger votre tâche. S’il se trouve donc, parmi vous, une centaine de combattants à être endurants, ils en vaincront deux cents, et s’il s’en trouve mille, ils vaincront deux mille négateurs, avec l’aide d’Allah, car Allah est avec ceux qui sont persévérants. (Sourate al-Anfal, 65-66)

Allah a donc assisté les croyants en temps de guerre à l’époque du Prophète (pbsl) car Il est toujours leur ami et secours. Peu importe le nombre et la force des ennemis, en fin de compte Allah est Le Tout-Puissant. Il lui suffit d’ordonner : « Soit. », pour qu’une chose ait lieu ou entre en existence. Ceux qui placent leur confiance en Lui et apprécient Sa force infinie sont toujours rassurés par ce point.

Allah imprègne les cœurs des croyants avec des sentiments de confiance et de réconfort

Dans la sourate al-Anfal, Allah traite du soutien spirituel qu’Il apporte aux croyants lors d’épreuves difficiles, à l’époque du Prophète (pbsl) :

Et quand Il vous enveloppa de sommeil comme d’une sécurité de Sa part, et du ciel Il fit descendre de l’eau sur vous afin de vous en purifier, d’écarter de vous la souillure du Diable, de renforcer les cœurs et d’en raffermir les pas ! (Sourate al-Anfal, 11)

« Envelopper de sommeil » dans ce verset fait référence au sommeil spirituel. Par la grâce divine, en dépit des épreuves, les croyants connaissent les sentiments de paix, de confiance et de détermination.

Ces sentiments de paix transparaissent dans tous les aspects de la vie du croyant. Lorsque l’on croit en Allah et en l’au-delà, on ne se laisse pas envahir par la panique, la tristesse ou l’inquiétude. On sait que Allah est le Seul Possesseur de toute chose. On sait qu’Il a fait les choses de la manière la plus appropriée pour ici-bas et pour la vie dans l’au-delà.

Si Allah vous donne Son secours, nul ne peut vous vaincre. S’Il vous abandonne, qui donc après Lui vous donnera secours ? C’est à Allah que les croyants doivent faire confiance. (Sourate al-Imran, 160)

D’après ce verset, les croyants vivent dans le confort de savoir que Allah dirige tout pour eux. Quelle que soit l’épreuve, ils savent qu’elle est passagère. Ils se rappellent que, comparé à l’infini au-delà, la vie terrestre est d’une durée bien brève. Une difficulté dans ce monde, même si elle dure toute une vie, connaîtra très probablement son terme au bout d’une soixantaine d’années. Rien ne vaut une vie passée dans l’endurance et dans la moralité si la récompense à venir est la vie infinie dans l’au-delà. Les croyants ne connaîtront ni les soucis, ni la tristesse, ni la pauvreté, ni l’ennui. Au contraire, ils atteindront enfin ce que leur cœur désire au milieu d’une beauté infinie.

Conscient de cela, le croyant se confie à Allah face à l’adversité. Sa détermination et sa confiance lui apportent le réconfort spirituel.

Tous les cœurs et toutes les forces sont entre les mains d’Allah. Allah peut créer la situation qu’Il souhaite, comme Il la souhaite, où Il la souhaite. On ne peut trouver le repos sans la volonté d’Allah. Le réconfort que la religion confère aux hommes consiste à savoir que tout est sous le contrôle d’Allah. S’adresser à Allah pour tout et compter sur Ses récompenses à Lui seul permet d’obtenir Son soutien.

Mais c’est Allah votre Maître. Il est le meilleur des secoureurs. (Sourate al-Imran, 150)

Simplicité De La Vie Selon Les Préceptes Du Coran

Allah veut vous alléger les obligations, car l’homme a été créé faible. (Sourate an-Nisa, 28)

L’altruisme, la confiance, la compassion, la modestie, l’honnêteté, le comportement amical ; nourrir les pauvres, tenir ses promesses, restituer à temps un article emprunté, être digne, mature, doux, clément, reconnaissant, patient, brave, respectueux, composé ; ne pas tricher, ne pas voler autrui, ne pas rabaisser autrui sont là quelques-unes des qualités inscrites dans le Coran.

En réalité, tout le monde sait par sa conscience quelles sont les caractéristiques approuvées par Allah. Cependant, Satan laisse imaginer qu’il est très difficile de vivre selon ces critères moraux. On pense même que l’application stricte de ces valeurs morales sans compromis n’est propre qu’aux prophètes et à leurs compagnons. Les qualités morales des personnes ignorantes sont comme un lien attaché à une fine ficelle – elle casse au moindre souffle. Par exemple, une personne calme au quotidien peut se laisser envahir par la colère, devenir incontrôlable, vulgaire et agressive lorsque ses intérêts sont compromis. Dans la société actuelle, beaucoup d’individus ont ces penchants, c’est pourquoi des traits négatifs tels que l’égoïsme, la protection de l’intérêt personnel au dépend d’autrui, la tromperie, la malhonnêteté, l’hypocrisie, le manque d’empathie, l’arrogance, l’impolitesse, la jalousie deviennent la norme. On n’hésite pas à se définir de la sorte : « Je suis très ambitieux, très jaloux et égoïste », comme si ces défauts valorisaient la personnalité. En conséquence, on finit par accepter mutuellement ce genre de défauts.

Or Allah a créé l’homme avec une fitra, c’est-à-dire un sens religieux inné. Il est donc naturel que l’homme se plaise à observer et à maintenir un bon sens moral. Une attitude contraire à sa nature mène l’homme vers les problèmes et la tristesse. Dans son ouvrage intitulé « Les Rayons », un éminent savant de notre passé proche, Bediuzzaman Said Nursi, attire notre attention sur la facilité à vivre une vie religieuse et sur l’adversité que l’absence de foi apporte à la vie humaine.

« … le mode de croyance et d’adhésion à l’unicité d’Allah est bien délimité, directe et simple. En revanche, les manières de nier la religion sont extrêmement longues, difficiles et dangereuses. En d’autres termes, la non-croyance et l’association de partenaires à Allah ne sont pas raisonnables dans ce monde sage, où tout prend le chemin le plus simple et le plus court. La croyance et l’affirmation de l’unicité divine sont aussi nécessaires et essentielles à l’univers que le Soleil. De la même manière, la voie la plus confortable, bénéfique, et sûre dans la moralité et la conduite humaine est la voie du droit chemin et de la modération. » (Bediuzzaman Said Nursi, La Collection de Risale-i Nur, La Collection des Rayons, 15ème Rayon)

Dans un autre ouvrage, Bediuzzaman évoque cette idée :

« Marcher sur la voie de la non-croyance c’est comme si l’on marche sur la glace ou sous terre, c’est-à-dire que cela inspire de la répulsion. Par conséquent, il est difficile pour celui qui penche vers cette voie sciemment de marcher sur cette voie. Or, l’insouciance et l’imitation peuvent dissimuler cet obstacle. Quant à suivre le chemin de la croyance, c’est comme se mouvoir dans l’eau ou dans les airs. C’est une voie attractive, par conséquent elle est simple pour qui est enclin à la suivre.  » (Bediuzzaman Said Nursi, Epitomes de la Lumière, 2ème Chapitre, p. 71)

Il est possible de connaître quelques plaisirs dans une vie dénuée de la foi. Mais ils sont toujours éphémères et apportent tristesse et souffrance. Même si l’individu vit dans l’abondance, la beauté et le plaisir, s’il n’a pas la foi, il sera torturé par l’idée de tout perdre que ce soit dû à la tournure des évènements sur terre ou parce qu’il devra faire face à l’inévitable : la mort. Donc il ne lui est pas possible d’éprouver la vraie paix lorsqu’il n’y a ni foi en l’au-delà, ni soumission à Allah. Bediuzzaman exprime ainsi la fin de l’individu sans foi ni morale :

« La vie, si elle est dénuée de foi ou dotée d’une foi rebelle, est inefficace. Elle produira des souffrances et de la tristesse bien au-delà des plaisirs superficiels qu’elle apporte. » (Bediuzzaman Said Nursi, La Collection de Risale-i Nur, La Collection des Mots, 13ème Mot)

La morale détermine le bien et le mal. Pour ceux qui choisissent le chemin de la foi, la voie entre cette vie et l’au-delà est ininterrompue de plaisir, de joie et d’aisance. Même s’ils connaissent des désagréments, ils continuent à vivre avec la certitude que les troubles sont temporaires et que tout ce qui manque en ce monde leur est promis dans l’au-delà. Afin d’atteindre la bénédiction infinie, la marche à suivre est très simple : en obéissant au Coran et en écoutant leur conscience, les gens atteindront le paradis, un lieu de beautés infinies et de bienfaits continus, par la volonté d’Allah.

Ceux qui écoutent leur conscience gagnent toujours

Pensons aux voitures sur l’autoroute… Chacun de ses occupants est unique, par sa culture, par le poste qu’il occupe, par son caractère, par son niveau d’éducation… Chacun est différent, mais tous roulent sur l’autoroute.

Imaginons que deux de ces voitures fassent un accident. Un des occupants est blessé et a perdu connaissance. Une voiture passe, le conducteur voit le corps inerte et poursuit sa route. Un autre conducteur, lui, s’arrête immédiatement pour porter secours au blessé.

Ce qui distingue ces deux conducteurs est que l’un a écouté sa conscience et l’autre non. La différence de culture, d’éducation, d’emploi, de race et de lignée entre les deux individus n’a eu aucune portée. Tout individu, sans exception, possède la voix de la conscience qui lui indique ce qui est juste. Chaque fois qu’il commet une erreur, sa conscience lui rappelle ce qui est correct. Cette voix est facilement reconnaissable dans la mesure où c’est la première chose que l’on entend. Tant qu’on suit cette voix, on vivra une vie paisible. En revanche, si on se bouche les oreilles et on se cherche des excuses, il faudra vivre avec une conscience coupable et connaître inévitablement l’adversité.

L’existence de notre conscience est un grand bienfait d’Allah puisqu’elle nous assure la paix et l’aisance. En écoutant notre conscience, nous saurons distinguer le bien du mal dans chaque situation, plaire à Allah et nous assurer notre salut dans ce monde et dans l’au-delà.

Allah nous dit que nous serons sauvés en écoutant notre conscience :

Et par l’âme et Celui qui l’a harmonieusement façonnée et lui a alors inspiré son immoralité, de même que sa piété ! A réussi, certes celui qui la purifie. (Sourate ach-Chams, 7-9)

« A réussi certes celui qui la purifie » met clairement en avant l’idée que quiconque écoute sa conscience trouve la paix.

Quant à ceux qui ne s’inspirent pas de leur conscience, ce verset décrit leur sort :

Et est perdu, certes, celui qui la corrompt ! (Sourate ach-Chams, 10)

La conscience des non-croyants continue à leur commander le bien et le juste. Cela aboutit à une lutte interne. Le pécheur est torturé jour et nuit pour ses méfaits. En définitive, ce sera la perte pour lui dans ce monde et le suivant.

La simplicité de se soumettre à Allah et d’avoir foi en Lui

Tout le monde est frappé tôt ou tard par des incidents malheureux et douloureux qui peuvent parfois bouleverser une vie entière. Si l’on n’est pas épaulé par la morale du Coran, on vit dans la déprime, l’inquiétude, la tension et la crainte face à des événements déplaisants mineurs ou majeurs. Cette souffrance est le résultat du choix qui consiste à vivre dans l’inconscience face à une réalité essentielle. Allah mentionne dans l’un de Ses versets : « Allah n’opprime pas les hommes, ils s’oppriment eux-mêmes. » Aussi quand on n’a pas la foi et qu’on ignore ce dont Allah nous informe, la vie est faite de chagrin, d’anxiété, de crainte et de faiblesse.

Les croyants sont protégés de toute inquiétude car ils ont foi en tout ce que Allah a créé. Ils se rappellent, par ailleurs, que toutes leurs actions sont inscrites auprès d’Allah et qu’ils ne font que suivre leur destinée. Ils gardent à l’esprit que la conclusion des évènements voulus par Allah sera positive. Le sort des pieux serviteurs d’Allah est organisé le plus sagement.

Le terme de destinée est familier pour beaucoup, mais peu le comprennent vraiment. Certains croient, par exemple, que la couleur des cheveux, la taille ou la parenté sont inscrites dans le sort de l’individu ; d’autre part ils pensent pouvoir modifier leur lot en essayant fort et en persévérant. En réalité, chaque moment de la vie de la personne, chaque incident vécu et à vivre, chaque mot prononcé, chaque regard, chaque voix font partie de la destinée. Il est ainsi déjà écrit dans son destin que le lecteur lira ces lignes à cette heure, en ce jour. Allah savait cet instant des millions d’années avant notre création. Il a pu se produire de nombreuses choses avant que ce livre ait pu être lu, une visite inattendue ou autre. Peu importe, tout ceci est du domaine d’Allah. De même, le destin du lecteur, du visiteur ou même de ce livre est déjà prédéterminé. Allah évoque cette question dans l’un de Ses versets :

Tu ne te trouveras dans aucune situation, tu ne réciteras aucun passage du Coran, vous n’accomplirez aucun acte sans que Nous soyons témoin au moment où vous l’entreprendrez. Il n’échappe à ton seigneur ni le poids d’un atome sur terre ou dans le ciel, ni un poids plus petit ou plus grand qui ne soit déjà inscrit dans un livre évident. (Sourate Yunus, 61)

Allah n’est pas soumis aux notions de temps et d’espace. L’humanité si. C’est pourquoi, le passé, le présent et le futur sont pour Allah un seul moment. Notre prochain anniversaire fait partie du futur pour nous. En réalité, ce moment a déjà été vécu dans la présence d’Allah. Allah sait déjà ce qu’il se passera ce jour-là. De la même manière, Il connaît chaque détail des deux, trois, dix, quarante prochaines années. Allah est conscient de la vie au quotidien à la seconde près des milliards d’individus ayant vécu depuis la création de l’univers ainsi que ceux qui vivront jusqu’à la fin des temps. Allah a créé le temps infini en une période infinitésimale, c’est-à-dire qu’Il a créé tous les temps en une fraction de seconde.

Se dire que Allah sait tout par Sa science infinie et se rendre compte que les individus sont des observateurs de leur destin est un grand bienfait pour le croyant. Un croyant sincèrement soumis à Allah prend son destin comme une leçon, avec excitation, gratitude et contemplation. Il regarde sa destinée se dérouler avec la même confiance, réconfort et bonheur que s’il était en train de regarder un film assis sur un canapé.

Allah étant son ami et gardien, le croyant est heureux des évènements, des visions et des discours qui composent son sort. Allah éprouve ses créatures à travers différentes situations. Cela peut sembler effrayant, difficile ou inquiétant. Mais chacune de ces situations est planifiée dans le plus grand détail par la volonté d’Allah. Ainsi, le Prophète Joseph (psl) fut emprisonné pendant de nombreuses années, en dépit de son innocence. Malgré cela, il a accepté joyeusement le sort que Allah lui avait réservé. Au lieu de voir dans son incarcération une calamité, il l’a considérée comme une porte s’ouvrant sur de nombreux bienfaits et beautés. En effet, n’éprouve pas le même plaisir celui qui voit une rose tous les jours que celui qui n’a que des murs en béton pour spectacle. Celui qui subit la rudesse et la souffrance jouira plus du confort et de la beauté. Tout comme celui qui est emprisonné à tort apprécie sa situation car il sait qu’en contre partie il aura la satisfaction d’Allah et la récompense dans l’au-delà. En somme, il sait que personne, lui y compris, ne pourrait modifier une seconde de son sort, et il vit dans la résignation.

Le croyant soumis à son destin s’efforce certainement de faire tout son possible dans toutes les situations. Donc s’il est malade, il se fera examiner par un médecin, il prendra un traitement et se soignera. Il sait néanmoins que sa visite chez le médecin, son traitement sont écrits dans son destin. Aussi ne connaîtra-t-il jamais le malheur, la tristesse et l’inquiétude. Il vit dans le confort et dans la conscience que Allah lui souhaite le meilleur. Il est essentiel pour l’homme de croire qu’il y a une explication derrière chaque événement. Les croyants voient même dans les situations éprouvantes un grand bienfait pour eux et ils s’en remettent à Allah. Cette qualité est propre aux croyants. Notre Prophète (pbsl) évoque ce thème dans un de ses hadiths :

« L’affaire du musulman est décidément remarquable ! Car elle est toujours à son avantage, et cela est particulier au croyant. Si une bonne nouvelle le touche, il remercie Allah et cela lui bénéficie. Si une calamité le touche, il l’endure et cela lui bénéficie aussi. »(Sahih Muslim)

Allah est le seul Juge de l’univers et Il possède une force infinie. Conscient de cette réalité, il n’y a clairement d’autre choix que de se soumettre et se résigner à Lui. Car chaque situation, chaque personne, chaque parole est sous le contrôle d’Allah. Comme notre Prophète (pbsl) disait, tout ce qui vient de notre Seigneur est une beauté et un bienfait pour le croyant. Allah fait référence aux croyants qui placent leur confiance en Lui avec la conscience de cette réalité :

Je place ma confiance en Allah, mon Seigneur et le vôtre. Il n’y pas d’être vivant qu’Il ne tienne par son toupet. Mon Seigneur, certes, est sur un droit chemin. (Sourate Hud, 56)

Les non croyants supposent que tout est en leur pouvoir et contrôle. Ils vivent dans la crainte, la tristesse et le pessimisme continus. C’est comme l’excitation croissante lorsque l’on croit pouvoir changer la fin du film regardé. Cette montée d’adrénaline est toute aussi inappropriée et inutile pour celui qui regarde son sort se dérouler. Ceux qui, par exemple, accusent autrui à tort, sont sous le contrôle d’Allah. Allah en est à l’origine pour éprouver les hommes. Tant que le croyant endure dans l’espoir de l’approbation divine, du paradis et de Sa miséricorde, il n’a aucune raison de se lamenter. Car Allah envoie Son secours aux croyants et les soulage. Allah le promet. A ceux qui furent lésés, Allah déclare :

Ainsi en est-il. Quiconque châtie de la même façon dont il a été châtié, et qu’ensuite il est victime d’un nouvel outrage, Allah l’aidera, car Allah est certainement absoluteur et pardonneur.(Sourate al-Hajj, 60)

La seule voie possible pour les croyants qui connaissent le pouvoir, l’aide et l’amitié d’Allah est de se soumettre à Lui. C’est là la meilleure voie et la plus simple. S’ils agissent autrement, ils s’infligent un fardeau au-delà de leur capacité. Bediuzzaman explique dans « Les Mots » la difficulté qu’on s’inflige lorsqu’on ne croit pas en Allah :

« L’homme est impuissant et il est exposé à des nombreux revers de fortune. Il est indigent et ses besoins sont multiples. Il est faible et le poids de la vie est lourd. S’il ne compte pas sur le Tout-Puissant, Lui fait confiance et se soumet à Lui, sa conscience sera toujours troublée. Des tourments inutiles, des souffrances et des regrets le feront suffoquer et l’intoxiqueront ou le transformeront en bête. »(Bediuzzaman Said Nursi, La Collection de Risale-i Nur, La Collection des Mots, 6ème Mot)

Ce conseil n’est pas donné afin que l’on puisse se consoler ou consoler autrui, ni pour pousser à réfléchir ceux qui sortent d’une épreuve. C’est là tout simplement la réalité de la création d’Allah et de la vie terrestre. Agir de manière contraire ne revient qu’à se tromper. En résumé, les ignorants vivent sous tension en raison de leur mécréance en Allah, même au summum de la prospérité et du confort matériel. Tandis que le croyant vit dans l’aisance et le bonheur, grâce à sa religion, peu importe sa condition.

Le Coran décrit les croyants ainsi :

En vérité, les bien-aimés d’Allah seront à l’abri de toute crainte, et ils ne seront point affligés, ceux qui croient et qui craignent Allah. Il y a pour eux une bonne annonce dans la vie d’ici-bas tout comme dans la vie ultime. Il n’y aura pas de changement aux paroles d’Allah. Voilà l’énorme succès ! (Sourate Yunus, 62-64)

Les mérites à uniquement rechercher la satisfaction d’Allah

Si l’on fait attention, on remarquera que beaucoup tentent de gagner la satisfaction, l’amitié ou l’amour des autres au cours de leur vie, que ce soit auprès d’amis, de patrons, de collègues, de voisins, de disciples ou d’enfants. Selon cette mentalité, il y a toujours quelqu’un à qui plaire, à travers son mode de vie, son style vestimentaire, sa façon de parler, en somme à travers tout. Ce qui rend la vie difficile, ennuyante et fatigante. Qui plus est, l’individu qui cherche toujours à plaire est obligé de se débarrasser de sa conscience. Par exemple, il hésitera à signaler à ses amis qu’ils agissent mal, de crainte de les perdre. Toute sa vie, il devra taire sa conscience de peur de se retrouver isolé. Ce sera difficile au début, mais avec le temps sa conscience sera complètement rodée, et il deviendra incapable de différencier le bien du mal, la beauté de la laideur.

Cet individu risque également de déplaire à une personne en tentant d’en satisfaire une autre. Donc il peut s’attirer les foudres de sa famille en cherchant le plaisir de ses amis avant tout et vice versa. Ou en essayant d’impressionner son supérieur hiérarchique, il cause le mépris de ses collègues. Inexorablement, l’inconfort, la tension et le mécontentement vont naître.

Pour sa part, le musulman sincère se concentrera sur le plaisir d’Allah seul. Peu importe ce que diront les autres sur lui, les commandements d’Allah passent avant tout. Rechercher l’accord divin le guide toujours sur le droit chemin. Allah nous explique la différence entre le croyant et celui qui est possédé par plusieurs partenaires :

Allah a cité comme parabole un homme appartenant à des associés se querellant à son sujet et un autre homme appartenant à un seul homme : sont-ils égaux en exemple ? Louanges à Allah ! Mais la plupart d’entre eux ne savent pas.(Sourate az-Zumar, 29)

La seule voie convenable à suivre est celle qui mène à la satisfaction d’Allah. Bediuzzaman déclare également que lutter dans cette voie mènera toujours à une vie aisée :

« Vous devriez chercher le plaisir divin dans vos actions. Le Tout-Puissant doit être satisfait, même si le monde entier est mécontent. S’Il accepte une action et tout le monde la rejette, cela n’a aucun effet. Une fois Son plaisir gagné et l’action agréée, même si vous ne le Lui demandez pas, s’Il le souhaite, Il la fera accepter de tous. Il les fera consentir également. » (Bediuzzaman Said Nursi, La Collection de Risale-i Nur, La Collection des Eclairs, Le 21ème Eclair)

Cette réflexion de Bediuzzaman est extrêmement importante : elle est la clé de la sincérité et de l’ardeur. On ne devient un musulman sincère et pieux que si l’on cherche la satisfaction d’Allah. Si l’on a tendance à chercher le plaisir des autres, l’hypocrisie intervient. Or l’hypocrisie mène à la ruine dans ce monde et dans l’au-delà. En essayant de plaire aux autres, on n’obtient jamais la réaction escomptée. Les autres ne sont pas capables d’apprécier les efforts. Et même s’ils les apprécient, ils n’en demeurent pas moins d’impuissants individus. Le Seul Juge et Possesseur de toute chose, Allah, ouvre Son paradis infini à ceux qui Le satisfont. Le paradis est la demeure où tous les désirs sont exaucés. Seuls seront sauvés ceux qui obéissent aux souhaits d’Allah :

Par ceci, Allah guide aux chemins du salut ceux qui cherchent Son agrément. Et Il les fait sortir des ténèbres à la lumière par Sa grâce. Et Il les guide vers un chemin droit. (Sourate al-Maidah, 16)

Obéir aux commandements d’Allah assure la meilleure vie : simple et pleine de joie dans ce monde et l’au-delà.

L’altruisme est facile, l’égoïsme est difficile

Les non-croyants défendent avant tout leurs désirs et leurs propres intérêts. Leur plaisir, bien-être et confort priment. Aussi l’altruisme leur semble-t-il difficile. Chez eux, une attitude égoïste est interprétée comme étant intelligente, tandis que le comportement altruiste est considéré naïf. En revanche, les croyants voient dans l’altruisme une manière de gagner la satisfaction d’Allah et de l’adorer.

Allah cite des attitudes altruistes de croyants :

Ils offrent la nourriture, malgré son amour, au pauvre, à l’orphelin et au prisonnier : « C’est pour le visage d’Allah que nous vous nourrissons : nous ne voulons de vous ni récompense ni gratitude. Nous redoutons, de notre Seigneur, un jour terrible et catastrophique. » Allah les protégera donc du mal de ce jour-là, et leur fera rencontrer la splendeur et la joie. (Sourate al-Insan, 8-11)

Le croyant sait qu’en retour de ses actions altruistes, il gagnera la satisfaction d’Allah et les bienfaits de l’au-delà où il connaîtra « splendeur et joie », comme le verset l’indique ; et les choses sacrifiées n’auront aucune importance. Dans cette vie, temporaire, courte et imparfaite, le bien préféré n’aura aucune valeur ni beauté comparé à la satisfaction d’Allah et la récompense du paradis. Le croyant, par conséquent n’attend rien en retour de sa gentillesse, aussi grande soit-elle.

Par ailleurs, Allah promet également l’abondance dans ce monde et promet à l’altruiste davantage que ce qu’il sacrifia :

Quiconque prête à Allah de bonne grâce, Il le lui rendra multiplié plusieurs fois. Allah restreint ou étend Ses faveurs. Et c’est à Lui que vous retournerez. (Coran, 2 : 245)

Ceux qui dépensent leurs biens dans le sentier d’Allah ressemblent à un grain d’où naissent sept épis, à cent grains l’épi. Car Allah multiplie la récompense à qui Il veut et la grâce d’Allah est immense, et Il est omniscient. Ceux qui dépensent leurs biens dans le sentier d’Allah sans faire suivre leurs largesses ni d’un rappel ni d’un tort, auront leur récompense auprès de leur Seigneur. Nulle crainte pour eux, et ils ne seront point affligés. (Sourate al-Baqarah, 261-262)

En l’absence de foi en Allah et en l’au-delà, le moindre sacrifice est une grande perte et se fait au détriment des intérêts propres. Les non-croyants voient les magnifiques bienfaits de leur sacrifice comme une perte. L’égoïsme les rend tendus et déprimés, tentant à tous prix de garder la mainmise sur leurs biens. Même chez eux, ils ne connaissent pas la paix : ils voient les meubles vieillir, leur réserve de denrées s’épuiser, les visites de leurs amis les font souffrir et créent le trouble. Ils se torturent avec leur décadence. Ils passent à côté de ce que la décence apporte.

Le pardon est ce qu’il y a de mieux et de plus avantageux pour l’homme

Et c’est Lui qui agrée de Ses serviteurs le repentir, pardonne les méfaits et sait ce que vous faites. (Sourate Achoura, 25)

Allah est pardonneur. Les croyants, obéissant aux valeurs morales approuvées d’Allah, savent pardonner face à la malveillance et chasser la méchanceté par la douceur. Il ne fait pas de doute que la patience et la clémence envers le malfaiteur sont les qualités de la personne pieuse. Ce comportement lui vaut l’amour d’Allah en guise de récompense :

Ceux qui dépensent dans l’aisance et dans l’adversité, qui dominent leur rage et pardonnent à autrui – car Allah aime les bienfaisants –. (Sourate al-Imran, 134)

Répondre au mal par le bien contribue à créer un espace confortable de paix pour tous. Un tel environnement est préférable au règne de la vengeance, de la rancune, de la haine et de l’animosité. Bien sûr il n’est pas simple de se contrôler et de faire preuve de patience afin de se débarrasser de la colère et des sentiments négatifs qui nous envahissent. Mais il en résulte une atmosphère amicale, respectueuse et paisible. C’est ce que Allah explique aux croyants dans Ses versets :

La bonne action et la mauvaise ne sont pas pareilles. Repousse le mal par ce qui est meilleur ; et voilà que celui avec qui tu avais une animosité devient tel un ami chaleureux. Mais ce privilège n’est donné qu’à ceux qui endurent et il n’est donné qu’au possesseur d’une grâce infinie. (Sourate Fussilat, 34-35)

Ceux qui ne pardonnent pas sont entourés d’ennemis qui les détestent et les méprisent. En revanche, le pardon garantit une vie confortable et permet de resserrer les liens. Une vie bonne et simple est la récompense d’Allah.

La modestie apporte une vie facile et confortable

Le mépris et le sentiment de supériorité causent une grande souffrance. Au contraire, la modestie apaise. La personne méprisante se croit, tout d’abord, maîtresse d’elle-même. Elle se vante donc de son intelligence au lieu de remercier Allah de l’avoir dotée d’un cerveau. En amplifiant ses capacités, une telle personne finit par se sentir supérieure et arrogante et par rabaisser les autres. C’est pourquoi son entourage ne l’apprécie pas et se tient à l’écart. Certains vont tout de même continuer à lui témoigner un faux respect, car elle peut leur nuire. L’arrogant n’a pas d’amis dont l’amitié est réelle, authentique et candide. Il n’inspirera que des sentiments faux et factices.

L’arrogant s’évertue de toujours paraître sans la moindre imperfection, se vante d’être le plus intelligent et n’admet jamais ses erreurs. Quand il commet une faute, il fait tout pour la dissimuler aux autres, et notamment en usant du mensonge. Les êtres humains sont très vulnérables, imparfaits et sont éprouvés à tout instant durant leur vie terrestre. Il est donc naturel qu’ils aient des défauts et qu’ils commettent des erreurs. Cela ne fait pas de sens de vouloir les cacher aux autres. Allah voit tout et Il sait tout. Se rendre compte que ce qui importe est sa position aux yeux d’Allah et aux yeux des hommes faillibles facilite la vie. On évite ainsi de courber l’échine face à l’adversité.

Une autre erreur, cause de grande dépression, consiste à se valoriser plus de par certaines qualités. C’est également caractéristique de Satan. Quand Allah créa le Prophète Adam (psl), Il ordonna à Satan et à tous les anges de se prosterner devant lui. Les anges se prosternèrent immédiatement. Tandis que Satan s’y refusa en prétextant :

« Je suis meilleur que lui, dit Satan, Tu m’as créé de feu et tu l’as créé d’argile ». (Sourate Sad, 76)

Se considérant supérieur aux autres créatures, Satan osa désobéir à Allah.

Le Coran cite également les hommes qui ont dévié de la religion d’Allah car ils se sont estimés supérieurs aux autres. Par exemple, en se disant « Nous sommes les fils d’Allah et Ses préférés » (Sourate al-Maidah, 18), les juifs et les chrétiens dévièrent. Tous les êtres humains, eux y compris, sont les créatures vulnérables d’Allah. Toute créature relève d’Allah et suit le destin qu’Il lui a préparé. Personne ne peut développer par ses propres moyens certaines qualités pour atteindre un rang supérieur par rapport aux autres. La supériorité se mesure uniquement par les efforts déployés par les hommes à se rapprocher d’Allah et donc par leur piété.

A ceux qui se prétendent exceptionnels et supérieurs, Allah répond :

« Pourquoi donc vous châtie-t-Il pour vos péchés ? » En fait, vous êtes des êtres humains d’entre ceux qu’Il a créés. Il pardonne à qui Il veut et Il châtie qui Il veut. Et à Allah seul appartient la royauté des cieux et de la terre et de ce qui se trouve entre les deux. Et c’est vers Lui que sera la destination finale. (Sourate al-Maidah, 18)

Il est extrêmement pesant de se dire parfait car cela signifie qu’il faut constamment surveiller son comportement. Cela s’illustre, par exemple, lors de réunions par une concurrence dans l’influence du discours, dans l’élégance vestimentaire, dans l’intelligence des solutions apportées, en somme, il est question d’attirer l’attention à soi. Pendant les réunions, il faut mettre en avant l’aspect extraordinaire de sa personne ; ne pas se distinguer dans la masse est inacceptable pour l’ego. Rien n’est plus naturel ou sincère dans cet état d’esprit. Chaque chose est calculée et planifiée à la mesure des certitudes des personnes arrogantes. Leurs souffrances sont flagrantes.

Elles ne peuvent, en outre, jamais atteindre leurs buts. Leur arrogance entraîne la haine et la colère dans leur entourage. Et quand elles perdent tout, elles tombent dans la dépression.

Ceux qui discutent sur les versets d’Allah sans qu’aucune preuve ne leur soit venue, n’ont dans leurs poitrines qu’orgueil. Ils n’atteindront pas leur but. Implore donc la protection d’Allah, car c’est Lui l’Audient, le Clairvoyant. (Sourate Ghafir, 56)

Plus important encore, les personnes arrogantes, en plus de ne jamais pouvoir atteindre leurs ambitions, perdent l’amour d’Allah :

Et ne détourne pas ton visage des hommes, et ne foule pas la terre avec arrogance : car Allah n’aime pas le présomptueux plein de gloriole.(Sourate Luqman, 18)

Les gens modestes, en revanche, ne connaissent pas les tourments des arrogants. Bien évidemment, tout le monde voudrait posséder le meilleur et être le meilleur. Mais quand cela se fait pour satisfaire des désirs terrestres, pour se grandir aux yeux des hommes et pour acquérir le respect, cela ne confère aucun avantage. La personne humble désire se surpasser pour gagner la récompense d’Allah. Ce qu’elle accomplit ou acquiert est le fruit de la bénédiction d’Allah. Aussi, elle ne s’attriste pas si elle ne réussit pas. Elle remercie Allah pour le succès qu’Il lui accorde dans ses entreprises. Le croyant sait que le monde a été créé pour l’éprouver. Il reste serein et confiant.

Bediuzzaman définit cette différence de vie entre les gens hautains et les gens modestes :

« Celui qui a une trop haute estime de lui-même est visité par les calamités et rencontre des difficultés. Tandis que celui qui n’est pas particulièrement attaché à lui-même, trouve le bonheur et reçoit la miséricorde. » (Bediuzzaman Said Nursi, La Collection de Risale-i Nur, La Collection de Lettres, 23ème Lettre)

La simplicité et la paix sont les fruits de l’honnêteté et de la sincérité

Chaque fois que les ignorants ont des ennuis, ils ont recours à la tromperie. C’est pour eux un bon moyen de sauver leur peau. Cependant, ils oublient qu’ils souffriront torturés par leur malhonnêteté. Le menteur vit constamment dans l’appréhension d’être découvert et de l’humiliation qui en découlerait. Le mensonge torture par ailleurs la conscience. Dans un environnement où prévaut le mensonge, prévalent également le manque de sincérité et l’hypocrisie. La méfiance et le scepticisme s’installent. Comment peut-on accorder sa confiance dans de telles circonstances ? L’amitié basée sur le mensonge et l’hypocrisie ne sera ni sincère ni profonde.

Par contre, pour la personne qui craint Allah, l’honnêteté est primordiale. Allah ne commande-t-il pas aux croyants d’être honnêtes ?

O vous qui croyez ! Craignez Allah et parlez avec droiture.(Sourate Ahzab, 70)

Le croyant qui commet une erreur, ne la cache pas aux autres, car il sait que Allah le regarde et l’écoute. En faisant face à Allah, il se repentit. Les autres croyants n’exploiteront pas la confession. Au contraire, ils loueront sa sincérité et sa modestie. Si le croyant n’a rien à cacher et s’il ne s’entoure pas d’airs mystérieux, il est accessible et engageant. Les gens se sentent à leur aise avec lui. On évite ainsi l’humiliation et les épreuves difficiles. Les hommes sincères et honnêtes créent une atmosphère agréable autour d’eux. La récompense qu’ils recevront dans l’au-delà est bien meilleure :

Allah dira : « Voilà le jour où leur véracité va profiter aux véridiques : ils auront des jardins sous lesquels coulent les ruisseaux pour y demeurer éternellement. » Allah les a agréés et eux L’ont agréé. Voilà l’énorme succès.(Sourate al-Maidah, 119)

Maintenir de bonnes valeurs morales est source de confort et de simplicité pour tous

Dans cette partie, à travers quelques exemples nous avons expliqué que le bonheur et la simplicité sont le résultat de l’application des valeurs morales du Coran. Prenons un autre cas encore. Un individu qui s’est laissé auparavant envahir par la jalousie commencera à tirer du plaisir de toutes les beautés, des gens de bien et des succès d’autrui dès qu’il l’aura éliminée. En d’autres termes, au lieu d’être jaloux et envieux à l’égard de la beauté de son ami, il va instantanément louer la création d’Allah. Un autre exemple : une personne impatiente peut apprendre les vertus de la patience aux yeux d’Allah. Elle connaîtra la paix en se résignant et en faisant confiance à Allah, même dans les situations les plus difficiles. Faire preuve de patience mène à la récompense. Il suffit de croire en Allah, au destin qu’Il nous a tracé, au paradis et à l’enfer pour acquérir la paix et le bonheur. Se trompent ceux qui tentent d’y parvenir par d’autres moyens. Aucun bienfait n’est accessible sans la foi.

Les Faibles Ruses De Satan

Allah éprouve chaque être humain sur terre. Ses qualités morales et sa foi détermineront sa destination finale : l’enfer ou le paradis. Les épreuves sont extrêmement simples. Notre devoir, en tant qu’humain, est de vivre selon les préceptes d’Allah, ce qui inexorablement assure le bonheur et la paix. Satan fut créé par Allah comme force négative. Sa tâche consiste à insinuer des suspicions non fondées dans l’esprit de l’homme, de suggérer la non-croyance. En somme, il s’efforce d’égarer l’homme de la religion et de la morale divine. Il recourt à de nombreux procédés afin de piéger l’homme. Le fait est que Satan est l’ennemi de l’homme :

Ô les croyants ! Entrez en plein dans l’Islam, et ne suivez point les pas du Diable, car il est certes pour vous un ennemi déclaré. (Sourate al-Baqarah, 208)

Or, les pièges de Satan peuvent être déjoués dans la mesure où le croyant, avec ses yeux de fidèle, les remarque immédiatement. Allah nous dit que les tours de Satan sont inefficaces.

Et quand tout sera accompli, le Diable dira : « Certes, Allah vous avait fait une promesse de vérité ; tandis que moi, je vous ai fait une promesse que je n’ai pas tenue. Je n’avais aucune autorité sur vous si ce n’est que je vous ai appelés, et que vous m’avez répondu. Ne me faites donc pas de reproches ; mais faites-en à vous-même. Je ne vous suis d’aucun secours et vous ne m’êtes d’aucun secours. Je vous renie de m’avoir jadis associé à Allah. » Certes, un châtiment douloureux attend les injustes. (Sourate Ibrahim, 22)

On peut lire que Satan n’a pas de pouvoir coercitif, car c’est le croyant qui dispose de la force. N’est-ce pas rassurant ?

Un autre verset mentionne que Satan n’a pas de volonté indépendante :

Et Satan a très certainement rendu véridique sa conjecture à leur égard. Ils l’ont suivi donc, sauf un groupe parmi les croyants. Et pourtant il n’avait sur eux aucun pouvoir si ce n’est que Nous voulions distinguer celui qui croyait en l’au-delà et celui qui doutait. Ton Seigneur, cependant, assure la sauvegarde de toute chose. (Sourate Saba, 20-21)

L’absence d’influence de Satan fait partie de la volonté d’Allah. Satan murmure uniquement la méchanceté, la négation et l’immoralité. Mais il n’utilise pas la force pour convaincre les hommes. En cela ses pièges sont facilement perceptibles et faibles. Pour se libérer de son influence, peu d’énergie est nécessaire. Il suffit d’un minimum d’intelligence pour être clairvoyant. Satan peut, certes, montrer le monde ici-bas comme étant beau et attrayant. Il peut certes faire croire que la vie ici-bas n’aura pas de fin. Il peut certes enjoliver les passions. Mais si l’individu réfléchit, il sait qu’un jour tout le monde mourra. Il sait que tout ce que contient ce monde est transitoire. Il sait que ce que contient le paradis est de loin préférable aux choses de ce bas monde. Il déjoue ainsi le piège de Satan.

Satan peut également suggérer l’arrogance et la vanité. Or il suffit de songer à sa propre vulnérabilité pour repousser Satan.

Evidemment, cela est simple pour les individus pieux qui n’ont nullement le désir de vivre sous l’influence de Satan, mais pour qui, au contraire l’objectif est le plaisir d’Allah. Satan n’a pas d’emprise sur les pieux :

« Par Ta puissance ! dit Satan. Je les séduirai assurément tous, sauf Tes serviteurs élus parmi eux. » (Sourate Sad, 82-83)

En revanche, lorsque l’individu ne craint pas Allah, ne s’intéresse pas à Sa satisfaction, il tombe facilement dans l’embuscade tendue par Satan. Tel est son sort :

Il m’a, en effet, égaré loin du rappel, après qu’il m’estx parvenu. Et le Diable déserte l’homme. (Sourate al-Furqane, 29)

Conclusion

Comme toute créature sur terre, chaque heure, chaque minute, chaque seconde vous rapproche du terme de votre vie. C’est une réalité inexorable. Ce jour-là, il faudra rendre des comptes à Allah sur chacune de vos actions.

La religion, que vous jugiez difficile, ne vous a peut-être pas attiré jusqu’à présent. Vous n’appliquiez pas les valeurs du Coran. Vous avez commis des péchés. Or ce qui importe désormais c’est de se repentir sincèrement devant Allah. Vous devez faire ce qu’il y a de mieux pour la vie dans l’au-delà. Vous devez adhérer à ce qui est simple. Par la grâce d’Allah, vous parviendrez à ainsi améliorer votre vie.

La notion de « vie de bien » peut paraître étrange. Beaucoup estiment qu’une vie sans souci, sans tristesse, ni crainte fait partie du domaine du rêve. C’est effectivement impossible pour ceux qui mènent une vie éloignée de la religion.

Le bonheur est réservé à ceux qui s’efforcent de satisfaire Allah, d’atteindre le paradis et d’être cléments. Allah annonce la bonne nouvelle aux croyants:

Quiconque, mâle ou femelle, fait une bonne œuvre tout en étant croyant, Nous lui ferons vivre une bonne vie. Et Nous les récompenserons, certes, en fonction des meilleures de leurs actions. (Sourate al-Nahl, 97)

Comme nous l’avons expliqué dans cet ouvrage, la religion d’Allah n’est en rien ardue. Elle soulage l’homme de toute souffrance. Vivre en accord avec la religion mène au succès et à la protection d’Allah.

Il faut par conséquent opter pour la meilleure et la plus simple des vies. Le Coran, parole d’Allah, Créateur de toute chose, nous guide dans ce sens. Il ne faut pas hésiter à mettre de côté les a priori de nos cultures véhiculés par les médias pour se recentrer sur la véritable religion et percevoir la facilité à vivre selon les valeurs décrites dans le Coran.

Rappelez-vous que si vous ignorez le fait que la religion est facile à vivre, vous vous exposez à une souffrance indescriptible et infinie dans l’autre monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer