BlocÉvènementsVidéos

Message pour les pèlerins

Cheikh Mohamad Kanso

Au nom de Dieu Le Miséricordieux Le très Miséricordieux

Dieu Le Très Haut nous dit dans Le Livre Sublime, Verset 97, sourate La famille d’Imran : « …Et c’est un devoir envers Dieu pour les gens qui ont les moyens, d’aller faire le pèlerinage de la Maison… »

Chers frères et sœurs, le pèlerinage est une parmi les prescriptions religieuses fondamentales comme la prière, le jeûne, la zakat, ordonner le bien et condamner le blâmable et autres encore.

Le pèlerinage n’est obligatoire que sur celui qui en a la possibilité et les capacités dans tous les sens du terme set s’il ne le fait pas c’est comme s’il avait laissé la prière ou une parmi les obligations et Dieu Tout Puissant nous demandera des comptes sur le pèlerinage.

En islam, toute adoration et toute prescription renferme une philosophie et une sagesse que nous devons saisir intelligemment, mais aussi un but que nous devons connaitre, bien qu’elles convergent toutes vers la piété et la peur de Dieu ainsi que le respect des limites qu’IL nous a tracées.

Le pèlerinage est composé de plusieurs stations, de plusieurs rites et de plusieurs actions à réaliser, rituels sur lesquels nous devons bien méditer.

« L’ihrâm » symbolise l’entrée dans l’univers sacré. Le pèlerin met son vêtement de pèlerinage, c’est-à-dire s’enveloppe d’un morceau de tissu blanc, seulement d’un certain nombre de mètres, tout au long du pèlerinage. On dit qu’il est en état de consécration rituelle ou sacralisation.

Lorsque l’homme par exemple, est en état de sacralisation, entre dans l’univers sacrée et à partir de ce moment, 25 choses lui sont totalement interdites, comme se parfumer ou regarder dans un miroir, choses parmi lesquelles, il y en a pourtant qui lui sont permises lorsqu’il est dans un autre état hors période du pèlerinage.

Le but est que l’homme se détache de tout ce qui le relie avec ce bas monde tels les beaux habits, les toilettes, le bien-être corporel, les bonnes apparences, etc. et se rapprocher de Dieu Le Très Haut comme s’il était enveloppé d’un suaire ou linceul.

C’est comme pour lui rappeler qu’un jour viendra et il abandonnera ce monde comme il était venu et que les jouissances mondaines ne signifieront plus grand-chose.

En effet, l’état de consécration rituelle renferme une philosophie, une sagesse, une éducation, et a un but. C’est un état qui rappelle à l’homme qu’il côtoie tous les jours de sa vie les jouissances mondaines, et que, durant cette période du pèlerinage, doit sortir de ce carcan et tout ce qui le relie à ce bas monde et de se diriger exclusivement vers son Seigneur Tout Puissant.

Un autre rite est de circuler un nombre déterminé de fois autour de la Kaaba, et cette action rappelle l’énergie qui est produite dans tout ce qui est mouvement circulaire comme les moteurs se trouvant dans toute sorte d’appareil ou le mouvement des planètes et astres.

Lorsque que l’homme circule autour de la Kaaba fait référence à l’énergie que nous devons produire en bougeant sur cette Terre pour aller chercher la pitance et la subsistance, en étant dynamique et non statique. Et le fait de circuler autour de la maison de Dieu, qui est le centre du monde, nous circulons proche de Dieu, sur son chemin et pour son amour.

Après cela nous exécutons deux unités de prière du Tawaaf et nous nous dirigeons vers le Seigneur Tout Puissant. Puis nous nous déplaçons, à une certaine allure, un certain rythme pour matérialiser une recherche de biens et de choses de la vie dans le mouvement, au nom du Tout Puissant. C’est comme si l’islam nous disait d’être dans un dynamisme constant.

Et lorsque nous consultons l’histoire de Safa et Marwa, nous verrons que Hajar, la mère d’Ismaïl était dans cette dynamique de mouvement, et pourtant, elle et son fils se trouvaient dans un lieu où il était presque impossible de trouver de l’eau. Malgré cela, en plus de la demande à son Seigneur, elle n’est pas restée sur une même place, mais se déplaçait d’un point à un autre, jusqu’à ce que Dieu réponde à sa demande.

C’est comme pour dire à l’homme de ne jamais désespérer même dans les situations les plus critiques où l’on pense qu’il n’y a pas de solution probable ;

Chers pèlerins, nous devons voir dans le pèlerinage un ensemble de leçons que nous donne Le Seigneur Tout Puissant, et ce ne sont pas des leçons exclusivement religieuses, mais aussi des leçons de la vie ainsi qu’une éducation au travail, à l’effort et à l’action.

Le pèlerinage, en dehors de son aspect religieux, nous construit et nous prépare à être des gens mûrs, conscients et travailleurs.

N’oublions pas également que durant le pèlerinage, les gens sont égaux et il n’y a rien qui les différencie. Ils ont tous laissé dans leurs pays leurs qualités, leurs noms, titres et fonctions, leurs richesses et attributs ; d’ailleurs personne ne doit montrer un seul signe parmi eux que nous venons de citer, sinon le pèlerinage perdrait tout son sens et sa philosophie.

Dieu Le Très Haut veut que nous soyons tous sous cette même forme pour que personne ne puisse montrer une quelconque arrogance ou insolence ou se distinguer par rapport aux autres ; et ceci est formellement interdit.

Le pèlerinage est une leçon d’égalité et non d’inégalité, une leçon d’union et non de division.

Les musulmans d’aujourd’hui sont malheureusement effrayés, tourmentés, divisés, déchirés, se détestent les uns les autres, s’entretuent, se taxent de mécréants et que sais-je encore.

Avons-nous vraiment tiré profit du pèlerinage et de tout ce qu’il nous apporte ?

Avons-nous profité de cette période où tout le monde est sur un même pied, période où il n’y a aucune différence ni de couleur, ni de langue, ni d’origine, ni de doctrine ?

Malheureusement, lorsque les musulmans retournent chez eux après la période du pèlerinage, au lieu de s’unir, reviennent à leur division et à leur opposition. Et pourtant l’unité leur était imposée durant toutes les stations et toute la période du pèlerinage.

Dieu nous a appelé musulmans pour que nous soyons comme un seul corps et une seule communauté ; et la période du pèlerinage est un moment favorable pour réconforter et consolider cette unité.

Combien de phases de pèlerinage avons-nous vécues depuis le temps du prophète (pslf) et nous n’avons toujours pas oublié ce qui nous différencie afin de réaliser cette unité tant attendue ?

Combien de fois les musulmans se sont-ils rencontrés dans les différents endroits, ont effectué ensemble différents rituels comme un seul homme, et malgré tout cela, nous n’avons pas encore appris à nous unir et continuons à nous diviser ?

Combien de fois nous sommes-nous retrouvé devant ou à l’intérieur des symboles de l’islam tels la kaaba, tel à Araf et autres lieu, qui sont pourtant unique aux yeux de tous les musulmans, alors pourquoi se quereller et s’opposer fortement ?

Chers pèlerins, chers frères et sœurs le pèlerinage est plein de leçons à apprendre, de fruits à récolter et de sagesses sur lesquelles nous devons méditer comme pour dire qu’il y a un but et des objectifs à atteindre dans cette période bien spécifique.

Sans oublier que le pèlerinage nous apprend le respect de l’heure lorsqu’il nous dit d’être à tel endroit, à une heure bien précise.

Par exemple à Arafa, nous nous y retrouvons de midi jusqu’au coucher du soleil, pour évoquer et implorer Le Seigneur Tout Puissant, pour conjurer, prier, demander avec humilité et pitié, bref vivre un état de connexion totale et exclusive avec Dieu, en se rappelant des péchés, fautes et erreurs commis durant la vie, les présenter devant Lui et Lui demander pardon et se repentir pour cela.

Et nous disons à Dieu ! Seigneur nous voulons ouvrir une nouvelle  page de notre vie, prendre un nouveau départ ou naitre de nouveau ; Seigneur nous sortons de ce passé durant lequel nous étions loin de Toi et aujourd’hui nous sommes prêts à vivre des lendemains où nous serons toujours près de Toi !

À Mina, la lapidation de Satan via un symbole, est également un rituel très significatif sur lequel nous devons bien méditer. Satan a toujours été notre ennemi qui a pour seul et unique but, de nous éloigner du sentier de Dieu, en employant tous les moyens à sa disposition,  et cela depuis notre création par le Seigneur Tout Puissant.

À Mina, c’est comme si nous voulons afficher ou exprimer une position contre Satan ; et lorsque nous le lapidons, nous lui disons de sortir et de s’éloigner de notre vie ; nous refusons sa domination sur nous et refusons qu’il capte notre attention et notre écoute ; et nous ne le suivons pas dans ce qu’il cherche à nous faire-faire.

Il n’y a aucun doute que, plusieurs fois, pendant des jours précis, à des moments précis et à différentes occasions, nous avons échoué devant Satan et cédé à ses volontés et nous lui avons permis d’atteindre un de ses objectifs.

Lorsque que nous effectuons ce voyage, lorsque que nous venons de contrées lointaines, pour effectuer ce pèlerinage une fois dans notre vie, nous voulons quitter Satan de façon définitive et non juste pour une durée déterminée.

Pour cela, je dis à tous les pèlerins d’étudier et de comprendre la philosophie du pèlerinage ainsi que le sens de chaque station, de chaque rituel, particulièrement lorsque vous répondez à l’appel du Seigneur en Lui disant : «Me voilà, ô Seigneur, me voilà. Me voilà, Tu n’as pas d’associé, me voilà. En vérité la louange et la grâce T’appartiennent ainsi que la royauté. Tu n’as pas d’associé, Me voilà ! »

Qu’est-ce ces paroles veulent dire ?

« Ô seigneur, je T’obéis et je Te réponds, je fais ce que Tu m’ordonne et me demande de faire »

Le pèlerinage est obligatoire pour une seule fois dans notre vie, alors effectuons-le de la meilleure façon et méditons bien sur comment nous devons revenir de cette obligation, de ce pilier important de la religion.

Est-ce sensé et raisonnable de lapider Satan durant le pèlerinage et de l’inviter à nouveau dans notre vie, une fois revenu chez nous ?

Non bien sûr !

Et enfin nous effectuons le sacrifice pour Dieu et pour lui dire « Ô Seigneur, accepte cette offrande de ma part, pour  ton amour, pour me délivrer de mes fautes, erreurs et péchées comme était le mouton, une délivrance pour Ismaïl (p) ».

Chers frères et sœurs, constatons ensemble combien le pèlerinage est beau, lorsque nous comprenons son essence et sa philosophie et lorsque nous tirons les enseignements qu’il faut !

Constatons ensemble combien le pèlerinage est plein de sens lorsque nous comprenons tous les rituels que nous faisons.

Et n’oublions surtout pas de rendre visite au prophète Mohamad (pslf) dans la ville sainte de Médine, devant sa tombe pour lui dire ou répéter ce que nous lui disons tous les jours dans nos prières, à savoir :

« Nous attestons qu’il n’y a de Dieu que Dieu et que tu es le Messager de Dieu ; nous attestons que tu as rempli ta mission de la meilleure façon, ta mission sur terre et envers les hommes »

Chers frères et sœurs, vous qui effectuez le pèlerinage,  Dieu vous a permis d’être son hôte et de répondre à son appel ; ce qui est confirmé par le verset 27 de la sourate le pèlerinage qui nous dit :

« Et fais aux gens une annonce pour le pèlerinage. Ils viendront vers toi, à pied, et aussi sur toute monture, venant de tout chemin éloigné. »

Que Dieu Tout Puissant accepte le pèlerinage de tous les musulmans et nous facilite la réalisation de l’unité du monde islamique tant attendue.

 

 

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer