Biographies

Qasim, Fils De L’Imam Al Hassan (p)

Le Martyr D’Al Qasim, Fils De L’Imam Al Hassan Al Mujtaba(as) Son Père Mourra En Martyr, Empoisonner…Alors Qu’il Était Tout Petit, C’est L’imam Al Hussein(as) Qui L’éleva Et S’occupa De Lui Jusqu’a Ce Jour….

Un tout jeune homme, presque un enfant, se dressa devant l’Imam Hussein :

– Mon oncle, je viens demander ton autorisation d’aller au combat !

C’était Qasim, le fils de son frère l’Imam Hassan. L’Imam Hussein se releva, et essuya les larmes qui mouillaient ses yeux, et murmura :

– Certes c’est à Dieu que nous appartenons, et c’est à Lui que nous devons retourner !

La nuit précédente, alors qu’Aun et Mohammad, les deux fils de Zaynab, et Qasim le fils de l’Imam Hassan discutaient de la façon dont ils pourraient s’y prendre pour obtenir de leur oncle l’Imam Hussein l’autorisation de combattre l’ennemi, Omm Farva la mère de Qasim, avait appelé son fils sous sa tente. Omm Farva avait pris son fils dans ses bras et lui avait dit :

– Qasim mon fils ! Sais-tu pourquoi je t’ai appelé ? Je veux te rappeler tes devoirs envers ton oncle Hussein. Je veux te dire quelque chose de l’amour unique que ton père portait à son frère Hussein. Ils étaient si proches l’un de l’autre que toujours ils pensaient et agissaient de concert. La moindre peine ressentie par l’un faisait souffrir l’autre à l’instant même ! Ils étaient plus proches, plus unis que deux jumeaux. Si Hassan était encore de ce monde, j’imagine sans peine ce qu’il ressentirait aujourd’hui. Nul doute qu’il serait le premier à se lever et à sacrifier sa vie pour défendre son frère Hussein.

Omm Farva avait repris, après une pause :

– Quand ton père est mort, tu étais trop jeune pour comprendre la vie. Ses dernières paroles, sur son lit de mort furent les suivantes : « Omm Farva, je te confie, ainsi que mes enfants, à la garde de Dieu et de mon frère Hussein. Quand Qasim sera grand, tu lui diras que ma dernière volonté est qu’il se tienne près de Hussein contre vents et marées. Je vois venir un jour ou mon frère sera assailli de toutes parts et trahi par tous. Ce jour-là il aura besoin du soutien sans faille de ses proches. Je veux que tu prépares Qasim dès son enfance pour qu’il soit prêt quand viendra ce jour ! »

– Maman, je ne sais pas comment te remercier pour ce que tu viens de me dire. Aussi loin que remontent mes souvenirs, je n’ai jamais su ce qu’est l’amour d’un père. Mais je sais que si mon père avait vécu, il n’aurait pas pu me donner plus de tendresse et d’affection que ne l’a fait mon oncle Hussein ! Jamais il ne m’a laissé un instant me sentir orphelin ! Comment pourrais-je oublier tout ce que je lui dois ? Comment pourrais-je être à ce point ingrat envers lui ? Quel goût aurait pour moi la vie sans lui, et sans mon oncle Abbas, et sans Ali Akbar, et Aun et Mohammad ?

L’Imam Hussein regarda avec tendresse le jeune homme qui se tenait devant lui. IL secoua la tête avec tristesse :

Qasim, mon enfant chéri ! Comment pourrais-je te permettre de partir, quand je sais que la mort est au bout de la route ? Ton frère, mon cher Hassan, t’a confié à ma garde ; mon cœur tremble à la pensée de t’envoyer au supplice !

La réponse de l’Imam Hussein brisa le cœur de Qasim. Il resta immobile, tête baissée, ne sachant que dire, que faire, pour arracher à son oncle l’autorisation tant souhaitée. A ce moment arriva Zaynab. Elle s’adressa à l’Imam Hussein :

– Hussein, mon frère, de toute ma vie je ne t’ai jamais rien demandé. Aujourd’hui, pour la première et la dernière fois, j’ai une faveur à solliciter. Permets à mes deux fils de marcher sur les pas d’Ali Akbar ! L’Imam Hussein regarda sa sœur, puis Aun et Mohammad.

– Je ne trouve aucun argument, Zaynab, pour refuser de t’accorder ce que tu demandes. Pourtant mon cœur chavire en moi d’envoyer à la mort ces deux enfants ! Vous deux, mes chers enfants, allez ! Satisfaites votre désir de mourir en héros ! Je ne serai pas long à vous rejoindre…

A cette réponse, les deux jeunes héros furent transfigurés de bonheur. Ils demandèrent à leur mère de leur donner sa bénédiction. Des larmes plein les yeux, Zaynab les embrassa:

– Mes enfants, mes chéris ! Que Dieu soit avec vous jusqu’à la fin ! Qu’IL rende votre mort douce ! C’est mon destin de subir outrages et ignominie seule, sans frères, ni fils, ni neveux pour me consoler !

– Maman, avec l’aide de Dieu, nous montrerons à Omar fils de Saad et à toute son armée que nous sommes les dignes petits-fils de Jaafar Tayyar ! Si Dieu le permet nous nous battrons avec tant de courage que ta peine sera transformée en fierté !

Les deux vaillants neveux de l’Imam Hussein sautèrent en selle et disparurent bientôt aux regards angoissés des leurs. Un nuage de poussière masquait la fureur du combat qu’ils livrèrent aux ennemis de l’Islam.

Bientôt on entendit le cri d’adieu d’Aun. L’Imam Hussein pâlit, comme si lui-même avait été frappé. Il regarda sa sœur Zaynab. Abbas et Qasim s’étaient précipités pour la soutenir. Alors à son tour Mohammad, mortellement touché salua son oncle et Imam. L’Imam Hussein se précipita vers eux. IL ordonna à Abbas et à Qasim de rester près de Zaynab.

C’est Mohammad qu’il atteignit en premier. Le garçon perdait beaucoup de sang et respirait avec difficulté. Une profonde blessure à la gorge rendait sa voix presque inaudible. L’Imam Hussein se pencha à le toucher, et l’entendit murmurer : Reçois mes dernières salutations mon oncle. Dis à ma mère que j’ai fait ce qu’elle attendait de moi, et que je meurs avec courage comme elle-même et mon père me l’ont commandé. Transmets-lui mes salutations, et console-la autant que tu le pourras.

Mohammad ferma les yeux un instant, puis reprit dans un souffle :

– Avant de tomber moi-même, j’ai entendu le cri d’Aoun. Je n’ai plus besoin d’aide maintenant. Va trouver Aoun, mon oncle, avant qu’il ne soit trop tard !

A peine avait-il prononcé ces mots que ce qui restait en lui de vie s’échappa.

L’Imam Hussein chercha dans ta direction d’ou était venu l’appel d’Aun. Quand il trouva son corps, le dernier souffle en était déjà parti. Il souleva dans ses bras et serra contre sa poitrine le garçon sans vie.

Portant le corps d’Aun dans ses bras, l’Imam Hussein marcha jusqu’au campement. Abbas courut à sa rencontre :

– Laisse-moi transporter Aun jusqu’à sa dernière demeure, pendant que tu retourneras chercher Mohammad. Je suis encore vivant, mon Maître.

Laisse-moi partager ton fardeau et ta peine !

L’Imam Hussein tendit le corps exsangue à Abbas, et alla chercher son autre neveu. Quand Zaynab vit les deux corps sans vie, elle s’effondra sur eux en pleurant :

– Mes enfants chéris ! Quelle mère pourrait envoyer ses fils à la mort comme je l’ai fait aujourd’hui ?

O mes chéris vous avez quitté ce monde en souffrant de la soif. Mais votre grand-père Ali va maintenant étancher votre soif avec l’eau des sources du Paradis.

Comme c’était l’usage dans l’armée de Yazid, les tambours retentirent pour saluer la mort des deux jeunes garçons, ou plutôt leur misère. Puis ils cessèrent, remplacés par tes cris sauvages de la horde ivre de haine, assoiffée de carnage réclamant du sang encore, du sang toujours !

Lorsque Zaynab était intervenue pour que l’Imam Hussein permette à Aun et à Mohammad d’aller au combat, Qasim s’était hâté d’aller voir sa mère. IL lui avait raconté avec amertume ce qui s’était passé.

Il avait conclu:

– Si je ne dois pas mourir en Martyr aujourd’hui, quel intérêt présentera pour moi la vie ? Suis-je destiné à être esclave, et à ne marcher dans les rues que pour gagner ma prison ?

Omm Farva se souvint de ce que l’Imam Hassan, son époux, lui avait confié juste avant de mourir, qu’un jour Qassim serait désespéré au-delà de toute description. Il lui avait remis une lettre cachetée qu’elle devrait lui donner alors. Elle chercha la lettre, et la tendit à Qassim. Les doigts tremblant d’impatience et d’angoisse, celui-ci brisa le sceau. IL déplia la lettre et lut :

– Mon enfant. Quand cette lettre te parviendra, j’aurai cessé de vivre depuis longtemps. Quand tu liras ceci, tu seras déchiré par un conflit entre ton désir intense de faire ton devoir et de montrer ton amour pour ton oncle Hussein, et l’amour que celui te porte et qui le pousse à t’empêcher de remplir tes obligations. C’est en prévision de ce jour que je t’écris cette lettre j’y joins une autre, qui lui est destinée. Remets-la à ton oncle. IL te laissera accomplir ce que ton cœur désire ! Qassim, quand tu liras cette lettre, le temps de notre séparation sera prêt de finir. Hâte-toi mon enfant ! Je t’attends !

Qasim, transporté de joie, replia la lettre et fit ses adieux à sa mère. IL courut porter le message à son oncle. Mais celui-ci, Abbas à ses cotés, surveillait les péripéties du combat d’Aun et de Mohammad.

Qassim ne voulut pas déranger son oncle en un tel moment. Aussi décida t-il d’attendre Quand les corps d’Aun et Mohammad eurent été rendus à leur mère. Qasim s’approcha de son oncle. Ne sachant que dire. Il tendit simplement la lettre. L’Imam Hussein reconnut au premier regard l’écriture de son frère. Surpris il l’ouvrit. Il lut le message qui lui était destiné :

– Mon cher Hussein, quand tu liras cette lettre tu seras assailli de toutes parts de soucis et de chagrins. Les corps sans vie de tes proches joncheront le sol partout autour de toi. Je ne serai plus là pour donner ma vie pour toi, mais je laisse derrière moi Qasim, qui sera mon représentant auprès de toi. Hussein, je te demande de ne pas repousser mon offre. Au nom de l’amour que tu me portes, laisse Qasim combattre pour te défendre.

Laisse-lui connaître la Gloire du Martyre.

L’Imam Hussein fut soudain submergé par le souvenir de son frère, et il ne put retenir ses larmes à la pensée de cette ultime preuve d’amour. Par delà la tombe. Hassan lui laissait son fils Qasim pour le défendre en ce jour !

L’Imam Hussein se reprit avec effort. IL leva les yeux vers Qasim :

– Mon cher enfant, la volonté de ton père est pour moi un ordre. Il ne me laisse pas le choix. Va Qasim !

C’est ce que veux ton père. Le Martyre est ton destin, je dois l’accepter !

Qasim retourna faire ses adieux à sa mère. Oumm Farwa lut la satisfaction sur le visage de son fils, et comprit que l’heure était arrivée. Lentement elle se leva :

– Mon fils, toutes ces années, j’ai attendu le jour où tu atteindrais l’âge de te marier, et pour cette occasion j’ai gardé le vêtement que portait ton père le jour où il m’a épousée… Je voulais te demander de le porter le jour de ton mariage.

Oumm Farwa marqua une pause. Elle poursuivit :

– Mon fils ! Puisque le destin en a décidé autrement, je souhaite que tu revêtes aujourd’hui ce vêtement de mariage, pour entreprendre le voyage dont on ne revient pas. La coutume veut que le jeune marié teigne ses mains de henné… Je n’en ai pas, et tu n’en as d’ailleurs pas besoin, puisque tes mains seront bientôt couvertes de ton propre sang !

Revêtu des habits de noce de son père, Qasim en était le vivant portrait. Il embrassa sa mère, salua sa tante Zaynab, puis vint embrasser avec respect les mains de son oncle Hussein. L’Imam Hussein eut à cœur de tenir lui-même la bride du cheval pendant que Qasim montait en selle. Il le salua de ces mots :- Qasim, je ne serai pas long à venir te rejoindre !

Qasim s’avança vers la horde hurlante. Quand il parla, le silence se fit. Son éloquence était celle de son grand-père, l’Imam Ali. Les mots que portait sa voix juvénile faisaient baisser vers le sol les regards de ces brutes sans âme. Les vestiges de quelques qualités humaines étaient remués par le discours du jeune homme à peine âgé de quatorze ans. Omar fils de Saad perçut le danger et, une fois encore, fit appel aux plus bas instincts des plus cupides de ses hommes de main pour faire taire la voix qui réveillait quelques consciences.

Qasim se battit, puisqu’il fallait se battre ! Il se battit avec tant de fougue et tant d’habileté que son oncle Hussein, qui observait le combat de loin, ne put retenir un cri d’admiration ! Plus un seul mercenaire n’osait l’affronter maintenant. Il avait beau les défier tous, tous se récusaient. Alors Omar fils de Saad ordonna de lancer l’assaut contre le jeune homme… Toute une armée contre un enfant de quatorze ans à peine ! Des centaines, des milliers de poignards, d’épées, de lances, de flèches venant de toutes les directions, pour venir à bout d’un enfant!

Qasim, couvert de blessures de la tête aux pieds lança son dernier cri d’adieu à son oncle.

L’Imam Hussein sauta en selle et chargea, sabre au clair. Il se fraya un chemin au milieu de la horde de lâches, et seul le souvenir des charges de l’Imam Ali à la bataille de Siffine peut donner une idée de la violence avec laquelle il mit en fuite l’armée du tyran. Dans leur course éperdue pour sauver leurs vies minables, les soldats de Yazid piétinèrent le corps sans vie de Qasim. Quand le champ de bataille fut nettoyé de tous ces couards, et qu’il put enfin s’approcher de son neveu, l’Imam Hussein découvrit que le corps du garçon avait été déchiqueté en lambeaux !

– Mon Dieu ! Qu’est-ce que ces lâches ont fait de mon Qasim ?

Il fallut un long moment à l’Imam Hussein pour se ressaisir. Il entreprit de rassembler les morceaux du corps de Qasim dans un morceau de tissu. Il chargea le paquet sur ses épaules fatiguées, et c’est d’un pas pesant qu’il repartit vers le campement :

Mon pauvre Qasim ! Ta mère t’a envoyé au combat vêtu comme un jeune marié, et je te ramène à elle le corps coupé en morceaux !

En approchant du camp, il s’exclama encore :

– Mon Dieu ! A-t-on jamais vu un oncle transporter le corps de son neveu dans un tel état ?

Quand il mit pied à terre, l’Imam Hussein appela son frère Abbas. Il lui dit d’aller chercher les femmes. Il confia à Fizza, la servante dévouée de Fatima sa mère, le soin de réconforter autant qu’elle le pourrait Omm Farva et Zaynab, car le spectacle de !a dépouille de Qasim était bien de nature à les tuer. Fizza fit de son mieux pour les préparer à la vision cruelle. Puis elle dénoua le macabre paquet.

Les hurlements d’horreur et les sanglots des femmes retentirent longtemps dans la plaine de Karbala

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer