Évènements

Achoura: un mouvement sacré

L’Imam Hossein (as) entreprit un soulèvement dont le caractère sacré n’a égal que son immensité. Un soulèvement qui embrasse toutes les caractéristiques d’un mouvement sacré et unique dans l’histoire du monde.
Les caractéristiques d’un mouvement sacré :
• La première condition d’un mouvement sacré est qu’il ne devrait pas poursuivre des buts et des objectifs personnels ou se rapportant à des individus.
Il devrait être universel et concerner l’humanité entière. Il arrive parfois que les individus déclenchent des soulèvements pour des objectifs personnels, mais il arrive parfois que leurs mouvements répondent à des objectifs sociaux ou humains ou qu’ils œuvrent pour instaurer le juste, l’égalité ou le monothéisme.
Les hommes dont les actes et la conduite ne répondent pas à des motivations personnelles mais au contraire, militent pour l’humanité, pour l’amour de l’Unicité et la connaissance de Dieu, sont aimés et honorés.
C’est pourquoi le Prophète (SAW) avait dit :  » Hossein est de moi et je suis de Hossein. Et nous, nous sommes les fidèles adeptes de Hossein.
Pourquoi ? Parce que l’Imam Hossein (as) se souleva, il y a quatorze siècles, pour nous et pour le bien de l’humanité tout entière. Son soulèvement fut sacré et a transcendé les buts personnels.
• La seconde condition d’un mouvement sacré est qu’il devrait être inspiré par une vision puissante et pénétrante. Supposons une société où les gens sont ignorants et incapables de comprendre les faits qui les entourent.
Un homme perspicace et à la vision pénétrante surgit et comprend les maux dont ils souffrent ; il connaît les remèdes qui doivent être appliqués un siècle avant qu’ils ne puissent comprendre eux-mêmes ce dont ils souffrent.
Alors que les autres sont incapables de comprendre et de voir, cet homme perçoit très clairement ce qu’il leur faut.
Il leur proclame, mais les années passent. Vingt, trente, cinquante ans plus tard, les gens se réveillent et comprennent alors le sens de ce que cet homme avait dit à leurs parents et grands-parents.
Aujourd’hui, nous comprenons le caractère de Yazid et les conséquences de son gouvernement. Nous savons ce que fit Muawiya et quels furent les plans des Omeyyades. Mais les Musulmans de cette époque, disons 89% d’entre eux, n’avaient pas compris la nature du pouvoir Omeyyade, étant donné que les techniques d’information de l’époque n’étaient pas aussi développées qu’aujourd’hui.
Les gens de Médine ne pouvaient concevoir qu’une telle situation existe. Ils furent choqués et se demandèrent pourquoi il fut assassiné ?
• La troisième caractéristique d’un mouvement sacré est sa nature solitaire. Il est comme un « Flash « de lumière dans l’obscurité totale, un « Cri » dans le monde du silence et un « Mouvement » dans la mer étendue immobile. Dans des conditions de répression implacable, lorsque les gens ne peuvent s’exprimer, lorsque l’obscurité est totale et que règnent le désespoir, le silence absolu et l’immobilisme, un homme apparaît soudain et brise le silence. Il déclenche un mouvement qui ressemble à une lueur en pleine obscurité. C’est alors que les autres se réveillent et que progressivement, ils se mettent en marche derrière lui.
Le soulèvement de Hossein (as) fut un tel mouvement.
Mais que fut son objectif ?
Pourquoi les Imams infaillibles insistaient-ils tant sur la pérennité des cérémonies de deuil de l’Imam Hossein ?
L’Imam Hossein (as) annonça lui-même les raisons de son mouvement :  » En réalité, je ne me révolte pas pour commettre des erreurs, ni en tant qu’aventurier, ni pour causer la corruption et la tyrannie. Je me soulève uniquement pour réformer l’Umma de mon grand-père.  »
En d’autres termes : « Notre société est devenue corrompue et la communauté de mon grand-père est devenue avilie. Je me soulève pour réaliser la réforme car je suis un réformateur. J’œuvre pour appliquer le louable et prohiber le blâmable, suivre la voie de mon grand-père et de mon père Ali ben Abi Taleb. Ne voyez-vous pas que le vrai est rejeté et que l’illicite n’est pas interdit ? Dans une telle situation l’homme de foi ne peut rencontrer son Seigneur… Je ne vois dans la mort qu’une félicité et la vie sous les oppresseurs n’est rien d’autre que l’infamie.  »
L’Imam Hossein (as) a dit :  » Je me suis soulevé pour appliquer le louable et prohiber le blâmable. Mon mouvement est islamique et vise la réforme.  »
L’Imam Hossein (as) annonça haut et fort que les causes et les intentions de son mouvement sont dans la ligne des principes de l’Islam.
Il déclara explicitement que l’Islam est une religion qui ne permet à aucun croyant de rester indifférent face à l’oppression, à l’injustice, à la perversité et au péché. L’Imam installa son mouvement sur les fondements idéologiques de l’Islam.
L’Islam exposa les principes et l’Imam (as) les mit en pratique
Quel est le sens de cet événement ?
Chaque jour, des centaines de personnes innocentes sont tuées et liquidées par des criminels et c’est une tragédie.
S’il en est ainsi, pourquoi célébrons-nous depuis des siècles le deuil de l’Imam Hossein (as), qui fut tué en martyre en toute innocence ?
Pouvons-nous oser dire que sa mort fut vaine et que son sang fut futilement versé ?
Une seule personne au monde refusa qu’une seule goutte de son sang soit vainement versé et c’est Hossein Ibn Ali (as).
Une seule personne au monde refusa qu’une particule de sa personne soit gaspillée et c’est Hossein Ibn Ali (as).
Il accorda une valeur tellement élevée à chaque goutte de son sang que c’est inimaginable !
Pouvons-nous prétendre qu’un homme a gaspillé sa vie et que son sang fut tombé en vain, alors que sa mort, depuis des siècles, fait trembler les oppresseurs ?
Est-ce que son martyr est affligeant pour nous parce qu’il fut tué en vain ?
C’est nous-mêmes, malheureux et ignorants que nous sommes, qui gaspillent nos vies.
Hossein Ibn Ali (as) est quelqu’un dont on dit :  » En réalité, tu as une situation proche d’Allah qui ne peut être atteinte que par les martyrs.  »
Est-ce que Hossein Ibn Ali (as) voulait-il mourir en vain lorsqu’il aspira au martyr ?
Les Imams appellent à garder vivante la tradition du deuil de Hossein Ibn Ali (as) parce que son objectif était sacré.
Il a fondé une école et ils ont voulu que cette école demeure vivante et florissante.

Source : http://fr.al-shia.org

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page