BlocEducationVidéos

La vie familiale (2e partie) / Le rôle de la mère

Cheikh Mohamad Kanso

Au nom de Dieu Le Clément Le Miséricordieux
Chers frères et sœurs, aujourd’hui nous traitons la deuxième partie de la série sur la vie familiale. Dans une toute première partie, nous avons abordé les généralités et les points importants sur la vie au sein de la famille.
Les deux premiers piliers de la famille sont d’abord le père et la mère. Et lorsqu’ils passent du rang d’époux au rang de parents, c’est-à-dire lorsqu’ils commencent à jouer plus de rôles et assumer plus de responsabilités, le père et la mère doivent être très conscients de la mission qui les attend.
Dans cette deuxième partie, nous allons surtout parler des compétences que doivent acquérir la femme et l’épouse afin de devenir mère ; puis nous parlerons des responsabilités à assumer et des rôles à jouer.
Dans la vie de tous les jours et de façon générale, nous ne pouvons pas confier une mission à quelqu’un ou le nommer à un poste de responsabilité ou lui donner un travail sans vérifier au préalable s’il est prédisposé à le faire.
Autrement dit il est impossible pour quelqu’un d’exercer le métier de médecin alors qu’il n’est pas formé pour cela ou pour quelqu’un de travailler la terre alors qu’il n’a aucune connaissance de l’agriculture.
Eh bien remplir la mission qui nous est confiée en tant que chef de famille, en tant que mère et en tant que père va demander des compétences et des aptitudes qui s’acquièrent avec l’apprentissage dans le temps.

Malheureusement, de nos jours, il est très courant de voir des personnes entrer dans la vie conjugale puis fonder une famille sans y être préparés, c’est-à-dire sans aucune connaissance, ni à travers l’apprentissage, ni à travers l’expérience.
Chers frères et sœurs, la femme a des rôles et des responsabilités qui sont de loin plus importants que ceux de l’homme, tout simplement parce que la femme est le premier foyer et la première source de connaissances de l’enfant.
Saviez-vous que l’éducation de l’enfant commence au moment où il est dans l’utérus et que le fœtus ressent les émotions de sa future mère ; ceci a été prouvé et démontré par les médecins et les scientifiques.
C’est pourquoi la femme doit faire très attention à son enfant avant même qu’il ne vienne au monde. Et dans la religion il y a des recommandations qui disent aux nouveaux mariés, avant la nuit de noce, de faire les ablutions, de faire deux unités de prière et réciter quelques invocations afin de demander à Dieu une descendance vertueuse.
Nous disons alors avec insistance, à toutes les femmes qui souhaitent devenir mère de se préparer. On ne devient pas mère du jour au lendemain car cela demande un apprentissage et une formation.
En général les gens ne se préoccupent que de la propreté, de l’organisation, de la bonne cuisine et non des compétences requises pour être un bon père ou une bonne mère au vrai sens des mots.
Chères sœurs, avec toutes les sources de connaissance diverses et variées dont nous disposons aujourd’hui, celle qui veut devenir mère un jour peut le faire si elle se forme dès maintenant.
Être mère est tout un art, un message, qui demande une instruction et un ensemble de règles fondamentales, des efforts, de la volonté et de la détermination.
Et vous devez connaitre votre place et votre position aux yeux de votre enfant qui vous regarde comme le centre de toute sa vie ; vous qui êtes sa chair et son sang et la première personne qu’il sent au toucher et intérieurement lorsqu’il vient au monde ; vous êtes pour lui le commencement, le point principal et la pièce maîtresse ; vous êtes pour lui la première école à travers laquelle il apprend et comprend la vie ; alors c’est vous qui semez les graines qui vont lui transmettre les valeurs et la vertu, la morale et la religion, les traditions et les attitudes jusqu’à l’âge de sept ans.
Toute séparation dans cette période va s’avérer comme un état de faiblesse, de peur, de manque pour l’enfant. C’est pour cela que les enfants pleurent lors des premiers jours d’école, en quittant leur mère et reviennent à la maison souriants, avec une immense joie de retrouver enfin leurs mères.
Chères sœurs, soyez donc pour lui un modèle car votre enfant vous regarde et vous voit comme un exemple à suivre dans vos faits et gestes.
Alors si vous n’êtes pas prêtes à être mère, si vous n’êtes pas compétentes ou si vous n’avez pas le temps alors oubliez l’idée de faire des enfants pour éviter de les laisser aux soins des nounous ou à la merci de la rue.
Alors je répète intentionnellement : si vous voulez être mère dans le vrai sens du terme, alors préparez-vous à l’être en prenant toutes les dispositions nécessaires en votre faveur, préparez-vous avec volonté et détermination.
L’enfant, dès la naissance ne connait qu’un langage, pleurer et quel que soit le motif. Et après des mois, il commence à produire des sons. Alors sa mère va être son premier dictionnaire et va lui donner ses premiers mots.
Alors prenez garde de lui transmettre et de lui apprendre les bons mots, les mots justes, et préparez-vous à répondre vrai et juste à ses questions au fur et à mesure qu’il grandit.
Car un jour viendra, il découvrira qui est sa mère et si elle a bien assumé ses responsabilités et bien joué son rôle dans son éducation.
Chères sœurs et futures mères, savez-vous comment prendre soin de votre enfant, sa santé, son hygiène et sa propreté, ses heures de sommeil et d’alimentation ?Savez-vous comment le nourrir et quoi lui donner ou comment lui donner l’affection et la tendresse dont il a besoin ou comment le mettre en sécurité dans l’environnement familiale ?
Savez-vous comment faire face à ses problèmes d’alimentation et de santé ou lorsqu’il ne dort pas bien ou refuse de s’alimenter ?
Savez-vous comment suivre son apprentissage à l’école, comment surveiller son comportement au sein de ses camarades, comment vérifier s’il est poli ou non ?
Chercher à savoir et formez-vous avant de vous retrouver devant différentes situations qui vont venir à coup sûr.
Et surtout, ne pas le frapper, le punir, l’insulter ou le violenter pour les fautes qu’il commet car sa compréhension claire de ce qui est bon ou mauvais, bien ou mal ne s’est pas encore développée. Il faut lui apprendre avec le temps par une approche pédagogique, le corriger, l’avertir, lui faire savoir ce qu’il faut ou ne pas faire.
La mère doit faire attention à ce que son enfant entend et répète, ce qu’il imite des autres ou ce qu’il regarde à la télévision, bref à tout ce que son environnement immédiat lui procure comme information et qui peut avoir un impact sur son esprit ; puis la mère doit expliquer à son enfant, rectifier ou corriger ce qu’il a répété, le conseiller sur le discours à adopter et l’orienter sur ce qui est préférable de faire.
La mère est la première responsable qui doit semer les germes des principes et bases de la morale et de la religion, les premières graines des bons comportements socio-culturels, dans la théorie comme dans la pratique, car l’enfant lui posera beaucoup de questions sur sa personne, sur Dieu et sur autres encore, car c’est dans sa nature même.
L’enfant copie textuellement sa mère, l’imite dans sa parole comme dans ses faits et gestes ; donc il faut faire très attention devant lui, dans le foyer comme dans la société.
C’est la mère qui doit lui définir les limites de tous les côtés, à ne pas franchir, dans ses relations avec les membres de la famille, les voisins, les amis et les membres de la société.
Mais attention à ne pas tomber dans le piège de l’affection et de ne pas être sévère quand il le faut, lorsqu’il s’agit de corriger et de rectifier. En effet il y a un énorme avantage de lier la douceur et la rigueur car cela fait partie des stratégies à adopter.
Également il doit y avoir une relation de confiance et une certaine complicité entre la mère et son enfant afin que celui-ci puisse s’ouvrir à elle de façon naturelle, car il est très dangereux de créer une distance entre parent et enfant.
C’est la mère qui doit écouter, calmer et soulager son enfant lorsqu’il se trouve dans un état émotif, quand il a un problème et surtout ne pas se comporter d’une façon où l’enfant aura peur de revenir vers elle pour lui parler de ses ressentis.
L’enfant va se tromper, tomber dans des pièges, faire des erreurs et aura besoin de se confier. Qui donc est mieux placé pour écouter et alléger ?
L’enfant va apprendre de ses propres expériences et des expériences des autres alors la mère doit être toujours en alerte, toujours prête à écouter son enfant et à partager avec lui ses problèmes et ses chagrins, ses joies et peines.
Le rôle de la mère est un sujet très vaste qu’il n’est pas possible de développer en une heure, mais seulement nous faisons sortir les points saillants sur lesquels il faut insister.
Dans cette période de l’enfance, la mère, en dehors de son rôle, joue également celui du père pendant son absence pour des raisons de travail, de voyage ou autres ; cela peut aussi être pour des raisons de séparation ou de décès. Donc il est du devoir de la mère de savoir quand le moment est arrivé pour chaque rôle.
En définitive tout se résume à l’apprentissage et l’acquisition des connaissances et compétences permettant d’assumer pleinement les responsabilités et jouer de la meilleure façon le rôle qui est attribué à la mère.
Dans la prochaine séance, nous parlerons des rôles et responsabilités du père, qui est le deuxième pilier de la famille.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer